24-FR Site des fans de la série 24 heures chrono Boutique 24!
Connexion S'enregistrer Rechercher Galerie Photos :: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum
Fan Fiction de GP_@lex : Opération "Hammer"
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
:: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum » Fan-fictions 24-fr » Fan Fiction de GP_@lex : Opération "Hammer"
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Mar 26 Juin 2007 - 17:55    Sujet du message:
Répondre en citant

Voici mon épisode quatre que j'ai vraiment pris un grand plaisir à ecrire Wink !bonne lecture et n'hésitez pas a laisser vos commentaires Wink !

voici le pdf :

EPISODE 04



------------------------------------------------------------------------------ -------
OPERATION "HAMMER"
------------------------------------------------------------------------------ -------




24h Chrono


Résumé de l’épisode précédent…

Jack réussit à convaincre les Salazar qu'il n'est pas un agent fédéral, il rétablit donc sa couverture au sein du clan. Ramon lui demande alors de venir avec eux au rendez-vous qui va avoir lieu dans l'heure suivante avec Dos Santos. Tony découvre grâce aux suspects qu'il a arrêtés à la place de Jack et Miguel qu'il a réussi à infiltrer les Salazar. A la cellule, Mason a encore ratée son coup et Choppelle, de la division va venir à la Cellule. Pendant ce temps là, Dos Santos est au téléphone avec un homme étrange qui lui parle d'une mission importante, on en sait pas plus. Au bureau de l'OEA, Les négociations ont commencé, le président de la Colombie commence alors un long discours sur l'intérêt de la coopération des états membres de l'OEA et sur l'intérêt que représente les Etats-Unis dans cette lutte. A la cellule, Milo découvre que ce sont les Salazar qui sont en affaire avec Dos Santos et que Miguel Ramos, le détenu avec qui Jack s'est évadé, est le cousin des Salazar. Mason est alors furieux. Michelle appelle Tony pour lui dire qu'elle est sur le point d'être découverte à propos de l'évasion de Jack. A la maison blanche, Le président se sent impuissant et ne peut qu'attendre les résultats de la CAT. Du côté de la cellule, Choppelle arrive et découvre que l'hélicoptère qui a attaqué la prison est un hélico de la CAT, il y a donc une taupe au sein de la cellule. Il découvre très vite que c'est Michelle qui est aussitôt arrêtée. Pendant ce temps là, Dos Santos est en route pour le rendez-vous, il ne veut pas être en retard. A la cellule, Michelle se fait interroger par Choppelle qui découvre que l'attaque de la prison était en fait une fausse attaque.


(Episode 4)



SES EVENEMENTS SE DEROULENT ENTRE 17H ET 18H.

Ils sont rapportés en temps réel.




17h00 – CAT de Los Angeles.

Choppelle : « Qu'est ce que vous racontez ? »il pensait qu'elle délirait complètement.
Michelle reprenait encore une fois et accentuait sa phrase pour lui montrer qu'elle maîtrisait la situation.
Michelle : « C'était une fausse attaque personne n'est mort à la prison ! »
Choppelle : « Enfin Michelle, on a le rapport de la police et du F.B.I sur l'attaque. Il y a deux morts, deux gardiens que Jack a tué, et des blessés parmi les prisonniers qui ont des éclats de verres sur tout le corps à cause de l'attaque du mirador...Vous délirez ce n'est pas comme ça que vous allez arranger votre cas. »
Michelle était vexé par la remarque de Choppelle.
Michelle : « On a simulé une attaque pour faire libérer Miguel Ramos de Prison avec l'aide de Jack. L'équipe Delta qui était dans l'hélico y est allée sur mon ordre. Ils ont vidés un chargeur à balles réelles sur le mirador pour faire croire à une attaque réaliste, on avait besoin que cela fasse vrai pour que Miguel Ramos croie vraiment s'être échappé... Ensuite ils tiraient avec des balles à blancs. Les gardiens étaient au courant eux aussi, ils tiraient avec des balles à blancs. Enfin Ryan, vous ne vous êtes pas demandé comment un hélico qui reste au dessus d'une prison américaine pendant plus de cinq minutes et qui essuie des tirs de fusil M-16 par une dizaine de gardiens est resté intact ? » elle l'avait cloué sur place, Choppelle ne savait pas quoi dire, gêné, puis elle renchérissait. « Les gardiens que Jack a abattus portaient des gilets par balles, ils sont bel et bien en vie, encore une fois il fallait que l'attaque soit la plus réaliste possible si on voulait convaincre Miguel Ramos.»
Choppelle : « Mais les rapports...» il n'eut pas le temps de finir sa phrase que Michelle avait déjà repris ces mots.
Michelle : « Quoi les rapports ? ... Ils ont été falsifié par un vieil ami et contact de Jack au F.B.I. »
Choppelle prit un instant pour avaler la masse d'information qu'il venait de recevoir, son cerveau était en plein travail pour reconstituer le puzzle des évènements de ces dernières heures. Les pièces commençaient à s'emboîter parfaitement maintenant.
Choppelle : « Et Bauer ? Il était infiltré c'est ça ? Pourquoi n'en avoir pas parlé ? » Disait-il toujours aussi secoué, mais il essayait de comprendre les agissements de Michelle.
Michelle : « La Division n'aurait jamais approuvé la mission vous le savez tout aussi bien que moi. Et on ne pouvait pas prendre le risque d'impliquer le président dans cette histoire au cas où les choses tourneraient mal. »


17H06 – Planque des Salazar, quelque part dans Los Angeles.

Tout était prêt du côté des Salazar pour ce fameux rendez-vous avec Dos Santos et ses hommes.
Ramon : «Ok. On y va. T'es prêt Jack ?» Demandait Ramon.
Jack prenait un instant pour se remettre s'appuyant sur le mur à côté de lui. Sa vision devenait trouble, son regard livide dessinait les visages et les perspectives en double. Son teint pâle cadavérique faisait peur à voir et il transpirait.
Ramon : «Putain Jack t'es en manque...Miguel files lui quelque chose je n'ai pas envie qu'il crève aujourd'hui!» balançait-il, Jack répondait du tac au tac.
Jack : «Non, ça va aller c'est bon.» refusant agressivement le sachet que lui tendait Miguel, il était quand même vraiment mal en point. La douleur se faisait de plus en plus présente, ses violentes nausées le faisait souffrir comme si des coups de marteau le frappait de part et d'autre à l'intérieur même de son crâne, et ses tremblements ne s'arrêtaient plus.
Ramon : «Prends ce sachet!» s'exclamait Ramon d'une grosse voix. L'affirmation ressemblait plus à un ordre qu'autre chose. Jack était encore lucide pour penser qu'il ne voulait pas gâcher ses chances avec les Salazar et surtout Dos Santos. Il pouvait faire pitié à quiconque le voyant dans cet état, lui le directeur de la cellule anti-terroriste de Los Angeles à une certaine époque était devenu un junkie en manque de sa dose. Même ces propres collègues n'auraient pas reconnu l'homme si il s'était tenu devant eux. Téri elle, aurait désapprouvée cette mission si elle avait su, tout sacrifier pour son pays, « c'est au delà de ma compréhension humaine » aurait-elle pensée. Il pensait justement à elle à ce moment précis. Il aimait profondément Téri, il l'aime toujours d'ailleurs, mais il était persuadé qu'ils se seraient encore quittés et pour de bon cette fois ci à cause de son « putin » de boulot. Mais il n'avait jamais envisagé de perdre l'amour de sa vie comme ça, si brutalement. Seuls les souvenirs et le temps pouvaient maintenant l'aider à faire le deuil de sa disparition, mais cela lui faisait mal, encore et toujours, comme une lame qu'on lui plantait encore et encore dans le coeur sans pouvoir faire quoi que ce soit pour l'arrêter. Il se sentait vide et fatigué de cette tristesse qui l'envahissait chaque jour un peu plus, et finit par prendre la drogue que Miguel lui avait donné. Après une absence de plusieurs minutes, Jack reprenait des couleurs et ses pensées négatives avaient disparues, seul l'objectif qu'il s'était fixé comptait. Tous étaient alors montés en voiture, Jack avait pris place avec Miguel à l'arrière d'un des véhicules, Hector conduisait tandis que Ramon était assis à la « place du mort ». Ils se mirent en route, destination : autoroute 110, kilomètre 31.


17h12 – Good Samaritan Hospital, Los Angeles.

Un homme d'une quarantaine d'années au comportement désorganisé traversait le grand hall d'entrée de l'hôpital. Il marchait lentement mais l'état d'excitation dans lequel il se trouvait était manifeste. Une bouffée délirante l'envahissait, il se mit à rire sans raison apparente puis s'arrêta d'un coup net. Son visage s'était alors figé dans la peur, pris d'une montée d'angoisse soudaine. Il se retourna comme si quelqu'un derrière lui l'avait interpellé mais il n'y avait personne. Le monde autour de lui s'affairait au quotidien de l'hôpital, les médecins passaient devant lui d'un pas pressé, ne lui accordant aucune attention particulière trop occupés avec leurs dossiers. Les malades qui pouvaient marcher se promenaient dans le hall, les regards perdus bien souvent, accompagnés de membres de la famille qui essayent tant bien que mal de remonter le moral. Seul un garde à proximité semblait trouver la situation bizarre. Il l'observait avec attention. La première impression que l'homme lui inspirait était celui d'un toxico en manque, mais il sentait son diagnostic incomplet au vu des agissements de celui-ci. Il décida quand même d'aller parler à l'homme en prenant soin d'abord d'avertir un de ses collègues par talkie-walkie de la situation.
Le garde : « Monsieur, est ce que tout va bien ? » demandait-il restant tout de même vigilant. Il avait pris soin de mettre deux ou trois mètres de distance entre lui et l'homme - qu'il considérait comme un suspect maintenant - au cas où.
L'homme n'avait pas réagi. Parlant tout seul, il avait l'air ailleurs, plongé dans ses pensées, plongé dans un monde complètement imaginaire dont il était le maître absolu. Seule la clé qu'il détenait pouvait ouvrir la porte qui le ferait revenir dans le monde réel, mais il l'avait perdu tout au fond de lui. Le garde réitérait sa question.
Le garde : « Monsieur, vous m'entendez ?... est-ce que tout va bien ? »
L'homme avait mis ses mains dans ses poches entre temps. Il tourna la tête sur sa gauche s'adressant à une personne que lui seul pouvait voir, une de ces nombreuses hallucinations responsables de son mal-être. Un «NON» franc était sorti de sa bouche puis, il adressa un regard plein d'humanité au garde comme si une force invisible allait le pousser à faire l'impensable.

Le calme avant la tempête...

Le garde fut surpris par le regard intense du suspect, mais ne comprit pas tout de suite la gravité de la situation.
Le garde : « À qui vous parliez ? » demandait-il. Il avait peur maintenant, il pensait que son sort se jouait peut être en ce moment même.
L'homme eut sa deuxième bouffée délirante, puis comme pour la première s'arrêta de rire d'un coup net. Son visage se figea dans la peur, submergé d'une autre montée d'angoisse encore plus violente que la première. Il sortit les mains de ses poches, il tenait un Berreta 9mm à la main gauche qu'il pointait sur le garde. Un court regard s'échangeait entre les deux hommes, le premier voulant dire qu'une force surhumaine lui dictait sa conduite, le deuxième qu'il ne voulait pas mourir maintenant et que le destin en avait décidé autrement. Les trois mètres que le garde avait pris tellement de soin à mettre entre eux deux l'empêcha de tenter quoi que se soit. La fatalité s'empara aussitôt de lui.

Un coup de tonnerre dans le ciel serein...

L'homme entendit une voix intérieure lui dire «Vas-y.» et il s'exécuta sans réfléchir. Le garde s'effondra à terre, tué sur le coup par une balle de 9mm en pleine tête. Le liquide rouge se répandait alors sur le sol du hall d'entrée, formant une grosse tâche circulaire autour de la tête du garde.

La tempête...

La panique s'empara aussitôt du hall d'entrée de l'hôpital, un déluge de cris s'y abattait. La terreur habitait les lieux maintenant, laissant le calme et sa fragilité s'évaporer dans la nature.


17h17 – Autoroute 110, kilomètre 31, sur le bas côté, Los Angeles.

Ramon composait le numéro de téléphone que Dos Santos lui avait donné, chaque touche enfoncée était suivi d'un bip : 9...5...6...5...4...6...6... La liaison prenait un peu de temps, le système de brouillage des communications s'initialisait. Après un petit moment d'attente, Dos Santos décrochait.
Ramon : « Où on va maintenant ? »
Dos Santos : « Ah Ramon, content de t'entendre. Ca va, le voyage se passe bien ? » Manuel avait retrouvé sa décontraction légendaire même si des restes de nervosité aurait pu le trahir dans sa voix. Le coup de fil qu'il avait reçu tout a l'heure n'avait pas manqué de le garder sous tension.
Ramon : « Où on va ? » demandait-il, ne prenant même plus la peine de faire attention aux remarques du chef du MS-13, il commençait à avoir l'habitude.
Dos Santos : « Ok, au kilomètre 34 tu as un chemin sur la droite, suis le sur 8 kilomètres, tu arriveras à un carrefour, prends à gauche sur deux kilomètres et tu nous trouveras... Hé Ramon ? »
Ramon : « Quoi ? » il pensait qu'il allait encore avoir le droit à une plaisanterie douteuse.
Dos Santos : « Vous êtes venu à 4 SUV noirs, essayez de le restez, pas de conneries je vous surveille ! Le moindre faux plan et tu peux dire adieu à ton fric! Sois la dans 15 minutes. »
Ramon : « C'est bon j'ai compris. » et Ramon raccrochait.


17h22 – CAT, Los Angeles.

A la CAT, Tony était occupé au bureau de Chloé. Il se sentait nerveux au milieu de ses collègues de travail, il était en milieu « hostile » comme il le disait lui même. Ces agissements – comme ceux de Michelle et Chloé - ces trois dernières heures étaient de la trahison pure et simple mais servait un intérêt bien plus grand. Le protocole méritait d'être transgressé si on pouvait éviter une crise internationale avec d'autres pays mais les hautes sphères dirigeantes du pays ne l'auraient sans doute pas vue du même oeil.
Tony : « Est ce que tu as réussi à localiser la voiture grâce au GPS ? »
Chloé : « Oui, c'est bon. Elle ne bouge pas. Qu'est ce qu'on fait maintenant ? » Demandait-elle.
Tony : « Il faut attendre que Jack nous contacte. »
Chloé : « Quoi ? C'est tout ? Et si on se fait prendre par Choppelle ? Combien de temps on va attendre ? »
Choppelle quitta son bureau après plusieurs coups de téléphone, passait devant eux sans rien dire et partait continuer l'interrogatoire de Michelle. Tony eut un moment d'hésitation envers Choppelle il se demandait comment allait Michelle et ce qu'elle avait bien pu lui dire.
Tony : « Je ne sais pas Chloé combien de temps on va attendre. Continue à faire ce que tu fais d'habitude. Moi je vais voir si je peux en savoir plus. »

Choppelle entrait dans la salle d'interrogatoire où se trouvait Michelle. Il s'asseya tranquillement en face d'elle et poursuivit son interrogatoire.
Choppelle : « Qui d'autre était au courant ? »
Michelle réfléchit court un instant. Elle pensait qu'il valait mieux lui dire mais si elle savait ce qui allait se passer ensuite.
Michelle : « Tony et Chloé. »
Choppelle n'avait pas l'air surpris, il était plutôt dépité à vrai dire, il aurait du le savoir, il aurait du s'en douter. Il s'en voulait de ne pas avoir compris plus tôt. Il se leva de son siège et se dirigea vers la porte mais Michelle n'allait pas abandonner comme ça.
Michelle : « Ryan... » S’écria-t-elle.
Choppelle fit un demi-tour pour lui faire face.
Michelle : « Je ne pense pas que la division soit très enchanté de ce qu'elle va apprendre à propos de l'histoire de l'hélicoptère et de votre incompétence sur la situation si je leur fait une déposition. Si vous arrêtez Tony et Chloé, je n'hésiterai pas. »
Choppelle fut agacé par la remarque qu'elle venait de prononcé. Mais il avait compris tout de suite l'enjeu de la situation. Le job qu'il faisait ne permettait pas la moindre erreur sinon la sanction tombait tout de suite. Il avait perdu le contrôle et il le savait, mais voulait garder sa fierté.
Choppelle : « Vous me menacez ? » la regardant fixement dans les yeux.
Michelle eut un instant de faiblesse mais tenait bon, il ne fallait pas lâcher maintenant.
Michelle : « Ecoutez Ryan, on peut s'arranger. Relâchez moi, on sait où se trouve Jack, il a réussi à infiltrer le gang des Salazar, il va nous contacter d'ici peu. Tout ce que je veux c'est vous aider à empêcher une crise internationale. »
Choppelle prit un instant de réflexion mais n'avait vraisemblablement pas le choix. Il était coincé. Si il avait eu la possibilité de faire autrement, il l'aurait fait sans hésiter pour pouvoir assouvir ses ambitions personnelles mais là, sa carrière était en jeu. Il accepta à contre coeur.
Choppelle : «Quand cette crise sera fini vous aurez des comptes à rendre. Est-ce que c'est clair ?»
Michelle acquiesça de la tête sans rien dire mais sa victoire contre son supérieur l'avait ravie. Un garde de la sécurité lui enleva les menottes, puis elle fila au bureau de Chloé avec Choppelle pour se mettre au courant de la situation.


17h30 – Lieu de rencontre Des Salazar et Dos Santos, près de l'autoroute 110, Los Angeles.


Ramon avait suivi à la lettre les instructions, et était arrivé à destination sans problème. Un grand bâtiment désaffecté se dressait devant eux. On avait l'impression que sa structure rouillée par le temps allait bientôt s'effondrer comme un château de cartes sous l'effet des rafales de vent. Le logo de l'ancienne fabrique de produits chimiques était encore là, accroché à la taule usée à environ 8 mètres du sol. Il était bancal. Il se balançait lentement au rythme du vent n'attendant que la rafale de trop pour s'écraser inexorablement 8 mètres plus bas sur la terre ferme.
Dos Santos et ses hommes les attendaient de pied ferme. Tout était en place à la convenance du chef, les snipers étaient en hauteur pour parer à toute éventualité comme au premier rendez-vous raté.
Dos Santos : « Ah mes amis, comment allez-vous ? Vous êtes à l'heure cette fois... C'est bien ! » lançait Dos Santos aux Salazar.
Ramon : « Où est mon fric Dos Santos ? » s'exclamait Ramon qui commençait à perdre patience.
Dos Santos s'était retourné vers Jack et Miguel qu'il ne connaissait pas.
Dos Santos : « Tu ne me présentes pas ? »
Ramon : « Lui c'est mon cousin Miguel, il vient de sortir de prison! Et voici Jack, un ami.» en pointant du doigt les deux hommes. Jack avait l'air nerveux, Miguel, lui, paraissait touojurs confiant quand il était avec ces cousins. Dos Santos les observa quelques secondes, il avait l'air embarrassé.
Dos Santos : « Ecoutes Ramon, je veux bien traiter avec toi mais ne me ramènes pas des personnes comme ça. Je veux bien que ton cousin reste, c'est la famille si il arrive un truc je le tue en premier, mais ton ami, il va faire un tour. »
Les paroles de Dos Santos jetèrent un gros blanc dans la conversation. Jack lui lança un regard noir puis s'adressa à Ramon.
Jack : « Je vous attend près de la voiture. » disait-il sans broncher.
Ramon lui fit un signe approbateur de la tête. Hector qui jusque là n'avait rien dit continuait la conversation avec Dos Santos.
Hector : « Bon alors il est où le fric ? » d'un ton insolent.
Dos Santos : « Elles sont où mes armes ? » répondait-il d'un ton tout aussi arrogant.

Jack s'empressa de sa cacher derrière la voiture et observa les alentours à travers le pare-brise arrière du SUV pour savoir si quelqu'un pouvait le voir. Personne, il sortit en vitesse le portable de sa poche et composa le numéro de la cellule.
Chloé : « Oui ? »
Jack : « Chloé c'est Jack passes moi Michelle ou Tony, c'est urgent je n'ai pas beaucoup de temps. »
Chloé : « Restez en ligne, je les previens tout de suite. »
Tout le monde s'était regroupés autour du poste de Chloé. Il y avait Michelle, Tony, Georges Mason et Ryan Choppelle.
Tony : « Jack c'est Tony, tu es où ? Qu'est ce qui se passe ? »
Jack : « Ecoutes Tony j'ai très peu de temps. Je suis avec les Salazar près de l'autoroute 110, on est en train de vendre des armes à Dos Santos. »
Tony : « Ne bouges pas on envoie une equipe sur le terrain... »
Jack : « Non surtout pas ! »
Chopelle : « Et pourquoi ça Jack, vous êtes avec eux ? »
Jack : « Tony, Chopelle est au courant ? »
Tony : « Tout va bien Jack. la cellule est au courant, ils vont nous aider.»
Jack : « Tony dis moi que vous avez arrêter les deux gars et que vous avez localiser la voiture. C'est la palqnue ou se trouvent les Salazar! »
Michelle : « Oui Jack on a localisé la voiture graçe au GPS. »
Chopelle : « Mais de quoi vous parlez ? » Lançait Chopelle d'un ton menaçant.
Tony : « Je vous expliquerais tout à l'heure. On a pas le temps là. »
Mason : « Et qu'est ce qu'on fait maintenant Jack ? »
Jack : « Ecoutez moi, laissez la transactrion se passer. Les Salazar vont rentrer chez eux. Faites venir une équipe, je vous recontacterais pour vous dire quand intervenir. »
Mason : « Et pour Dos Santos ? il menace toujours le sommet. »
Jack : « Si on intervient maintenant, on ne saura jamais qui se cache derrière cette attaque. Laissez le partir. On intérogera les Salazar une fois arrêtés, peut être qu'il savent quelque chose. C'est la seule solution! »
Chopelle : « D'accord Jack mais si vous vous plantez vous irez en prison.»
Jack n'avait pas fait attention à la dernière remarque de Chopelle.
Jack : « Je n'ai plus le temps, Ils arrivent...»
Jack coupa la communication burtalement, cacha le portable dans sa veste et sortit de derrière de la voiture.
Ramon : « T'étais où ? » demandait-il.
Jack : « J'étais en train de fumer une clope...»
Ramon ne l'avait pas vraiment cru mais cela n'avait plus vraiment d'importance maintenant. Le rendez-vous avec le MS-13 s'était bien déroulé et ils retournaient chez eux plus riche de 10 millions de dollars.


17h38 – Emplacement réservé à la presse, Parking du Good Samaritan Hospital, Los Angeles.


La nouvelle de la prise d'otages s'était répandue comme une traînée de poudre dans la ville. On avait l'impression que tous les studios de télé s'étaient donnés le mot pour envoyer une équipe de presse au Good Samaritan. Le présentateur du JT de CBS Channel 6 interrogeait son journaliste sur le terrain.
Le présentateur : « Glenn, est ce que vous m'entendez ? »
Le journaliste : « Oui, Kevin je vous entends très bien. »
Le présentateur : « OK, Alors pouvez-vous nous donner plus d'informations sur la situation ? S'agit-il réellement d'une prise d'otages ? Combien d’otages ? Qui est le preneur d’otages ? Quand la police compte-elle intervenir ? »
Le journaliste : « Alors c'est confirmé, il s'agit bien d'une prise d'otages qui est actuellement en cours au Good Samaritan Hospital de Los Angeles. Selon nos sources proche de la police, une soixantaine de personnes serait retenues par un homme d'une quarantaine d'années, déséquilibré mentalement armé et dangereux puisqu'il a déjà tué une personne. Son corps repose au milieu du hall d'entrée de l'hôpital. Une équipe d'intervention du SWAT est sur place et se prépare à intervenir dans le cas où les négociations échoueraient avec le preneur d'otages. Nous ne connaissons bien entendu toujours pas l'identité de celui-ci et ses revendications. La police, pour l'instant, ne laisse passer aucune information. Le chef de la police de Los Angeles n'a pas encore prévu de conférence de presse mais devrait se tenir normalement d'ici très peu de temps. Une partie de l'hôpital vient d'être évacué pour éviter tout risque de dérapages, cependant les personnes qui sont dans l'incapacité de bouger pour raison de santé ont été mises sous haute protection policière. Voilà toute les infos que je peux vous donner pour l'instant. »
Le présentateur : « Merci Glenn. Dans le reste de l'actualité... » Et le présentateur continuait son journal en annonçant au préalable qu'il reviendrait très souvent sur cette information capitale.


17h40 – La Maison Blanche, Washington.


A la maison blanche, le président regardait la télévision dans une des salles de conférence avec ses conseillers. Il apprenait ainsi la nouvelle terrifiante de la prise d'otages du Good Samaritan. Lui, qui avait été sénateur de Californie adorait Los Angeles, et les menaces qui pesait sur la ville l'agacait fortement. Si on ajoute en plus la prise d'otages s'en était trop. Assis sur une chaise, son pied tapait le sol frénétiquement jusqu'à ce qu'il s'arrête d'un coup et s'adressa à Gary.
Le président : « Gary essayez de savoir ce qu'il se passe exactement là-bas d'accord ? »
Gary : « Oui monsieur le président. » et Gary comme toujours dans ce cas là – quand le président était agacé – montrait une volonté impressionnante. C'était un homme de l'ombre qui ferait tout pour protéger son président et l'aider dans sa tâche. Il avait un plan en tête : appeler le sénateur de Californie, qui appellerait à son tour le chef de la Police de Los Angeles, qui contacterait lui même un directeur d'un de ses services – le SWAT sans doute – et ainsi de suite jusqu'à avoir le responsable de l'opération de terrain au Good Samaritan Hospital.


17h43 – Good Samaritan Hospital, Los Angeles.


Le Good Samaritan Hospital était maintenant sous les feux des projecteurs aux Etats-Unis. Des dizaines de journalistes étaient arrivés déchaînés, comme des lions sur leur dîner. Ils étaient excités à l'idée de tenir peut-être le scoop de l'année. La seule chose qui les préoccupait était de contourner le périmètre de sécurité installé par la police et de traquer le preneur d'otages. Ils voulaient de l'action, une scène sanglante peut être, l'intervention du SWAT et l'élimination du suspect sans doute, retransmis en direct sur des millions de télévisions américaines. Des familles entières pouvaient maintenant assister à cela satisfaisant leur curiosité toujours grandissante pour ce genre d'événements sensationnels, comme une de ces nombreuses émissions de télé-réalité à la dérive. Le SWAT venait d'arriver sur les lieux et attendait un briefing de la situation. On leurs expliquait qu'un déséquilibré mental sans doute, avait pris en otage une quarantaine de personnes – se trouvant dans le hall d'entrée de l'immeuble. Il avait tué un garde, son corps se trouvant un plein milieu du hall à la vue des journalistes et demandait à parler au Dr Carter - son psy - car il se sentait persécuté.
Le lieutenant responsable du SWAT de Los Angeles sur le terrain donnait ses ordres. Tous ses hommes l’écoutaient attentivement formant un cercle autour de lui.
Lieutenant Holt : « Ok. Eric trouve le numéro de téléphone de l'accueil et appelle le. Je veux savoir exactement ce qu'il veut. Je veux des snipers sur les deux bâtiments d'en face. Tom tu iras sur celui de gauche, John sur celui de droite. Les autres séparez vous en deux unités. Matt tu prendras le commandement de l'unité Charlie, 4 hommes avec toi. Harry tu auras l'unité delta, 4 hommes avec toi aussi. L'unité Charlie se met en position à l'aile Ouest, l'unité delta à l'aile Est pour entrer dans le bâtiment, mettez vous en position et attendez les ordres. Allez, allez, on y va ! »
Tous les hommes commencèrent alors à s'équiper en armes et munitions et prirent position dans leurs unités respectives pour se diriger vers leur point d'attente.


17h47 – Sommet de L'OEA, Bureau de L'OEA, Los Angeles.

Au sommet de l'OEA, les longs discours prononcés tour à tour par les représentants des différents pays mettaient le gouvernement américain au centre des négociations. Certains pays insistaient lourdement sur la puissance financière des Etats-unis. Le ministre Heller s'adressa discrètement à Audrey pendant qu'un représentant entamait son discours.
Heller : « Audrey, tu as des nouvelles de la maison blanche, à propos de la menace ? »
Audrey : « Non aucune. Je sais juste que la Cellule Anti-terroriste est sur le coup, et qu’ils ont renforcé la sécurité aux abords du bâtiment. »
Heller : « D'accord. J'espère seulement qu'aucun représentant n'a remarqué qu'on ait augmenté nos forces de sécurité, ils pourraient s'inquiéter et créer la panique. »
Au même moment le conseiller du président de la Colombie faisait parvenir un mot de son président en personne. Il désirait rencontrer le ministre Heller dès que possible.
Heller: « Audrey, je crois qu'on a un problème. »


17h53 – Good Samaritan Hospital, Los Angeles.


Eric le négociateur du SWAT téléphonait à l'accueil sous le regard du lieutenant Holt. Il laissait sonner mais personne ne décrochait.
Eric: « Lieutenant, personne ne décroche... »
Lieutenant Holt : « Laisses sonner encore un peu. » disait-il sûr de lui, puis il vérifiait que ces équipes ainsi que les snipers étaient bien en position.
Après quelques instants la tonalité s'interrompit, le preneur d'otages venait de décrocher mais personne ne parlait.
Eric : « Bonjour, je m'appelle Eric, je fais partie de la police...pouvez vous me donner votre nom s'il vous plait ? - personne ne répondait mais il entendait les otages en arrière fond crier, la panique et la terreur était là. - Qui que vous soyez dites moi ce que vous voulez et on fera le nécessaire pour vous aider...»
Le preneur d'otages enchaînait aussitôt, la dernière phrase prononcée par le négociateur avait déclanché l'attention de son interlocuteur.
Le preneur d'otages : « Je veux parler au président dans 5 minutes sinon je tuerais quelqu'un...oui je veux parler à David...je tuerais quelqu'un...je veux parler à David...je tuerais quelqu'un...»
Le preneur d'otages entendait une voix derrière lui mais personne ne s'y trouvait encore une fois. Il pointait son arme sur une petite fillette aux cheveux blonds et bouclés, portant une robe rouge et une peluche à la main. Elle pleurait. Le preneur d'otages n'aimait pas les enfants. Il se sentait persécutés, notamment par eux. Il disait que les enfants pénétraient son esprit et qu'ils savaient ce qu'il pensait. Rien que d'évoquer l'idée le rendait encore un peu plus nerveux et sa main tremblait. A tout moment la gâchette pouvait être actionnée.
Eric : « D'accord monsieur calmez vous! Restez en ligne je contacte le président...»
Le preneur d'otages n'avait pas répondu à l'affirmation mais Eric le jugeait trop instable pour ne pas le prendre au sérieux. Il tuerait quelqu'un dans les cinq minutes qui suivraient si il ne faisait pas ce qu'il demandait.
Le lieutenant qui se tenait à côté du négociateur n'hésita pas un seul instant.
Lieutenant Holt : « Echo 1 et 2 au rapport. Est-ce que vous avez un visuel sur le suspect ? »
Les deux snipers sur le toit répondaient à l'appel de leur supérieur. Pendant ce temps là, Eric essayait de joindre les personnes compétentes pour avertir le président, il restait environ moins de quatre minutes.
Tom : « Echo 1 au rapport. La cible est cachée par un pilier, aucun visuel pour l’instant mais je l’avais il y a 10 secondes environ. Je vois les otages, ils ont l’air paniqués. »
John : « Echo 2 au rapport. J’ai un visuel mais on risque de perdre des civils si je tire, trop de monde autour. La cible à une arme à la main et tient en joue une petite fille. »
Le lieutenant Holt prit un air grave, la décision qu’il allait prendre était difficile et méritait réflexion mais il n’avait pas le temps. Eric le négociateur s’était retourné vers son patron. Les deux hommes s’échangèrent un long regard. Eric pensait au pire, il était sûr qu’il allait le faire, il le connaissait bien. Il restait maintenant moins d’une minute avant la fin de l’ultimatum.
46…45…
Le lieutenant Holt prit son Talkie-Walkie.
Lieutenant Holt : « Echo 1 et 2…Vous avez ordre d’abattre le suspect. »
41…40…39…
Eric se leva d’un bond énergique et s’adressa à son patron droit dans les yeux.
Eric : « Monsieur, ne faites pas ça ! Je vais avoir le président en ligne d’un instant à l’autre…» S’écriait-il. Eric abattait sa dernière carte avant que l’impensable se produise. Les snipers devaient demander un ordre de confirmation à son supérieur avant de passer à l’action, c’était la procédure.
33…32…
Tom : « Echo 1 demande ordre de confirmation pour abattre le suspect. »
Cette dernière minute ne ressemblait à aucune autre. Chaque seconde qui passait alourdissait encore davantage la tension de la scène, elles semblaient durer une éternité dans ce chaos.
25…24…
Lieutenant Holt : « Je n’ai pas le choix Eric, il va abattre la petite fille sous les yeux des journalistes putain! »
20…19…
Quelque chose clochait, Echo 2 n’avait pas demandé d’ordre de confirmation pour abattre le suspect. Le lieutenant Holt hésita, le doute avait surgit de nulle part et lui collait à la peau.
John : « Echo 2 demande ordre de confirmation pour abattre le suspect. »
16…15…
Eric : « Monsieur, j’ai le bureau du président…» Lançait-il à son supérieur.
Lieutenant Holt : « Passe-lui le président vite ! »
11…10…
Eric était en train d’établir la liaison. Un coup de feu retentissait plongeant tout le monde dans un silence insoutenable. Ses dix dernières secondes seraient inoubliables à vie pour toutes les personnes impliquées dans cette histoire.
7…6…5…
Lieutenant Holt : « Echo 1 et 2 au rapport. » criait Holt dans son talkie-Walkie.
4…3…2…1…

Zéro : Une vie s'arrête ici, à cet instant précis.


17h58 – La Maison Blanche, Washington.

Le président : « Ici le président David Palmer. Dites moi ce que vous voulez. » Lançait-il d'une voix peu conciliante.
Le preneur d'otages : « Je sais qui tu es David, je ne suis pas fou... Pas besoin de prendre ce ton avec moi, je suis ton grand frère ne l'oublies pas. »lançait le preneur d'otages après un instant de réflexion, il semblait retrouver une partie de sa lucidité.
Le président fut prit d'un vertige incontrôlable, le ciel venait de lui tomber sur la tête. Ses jambes se mirent à trembler et le sol semblait s'affaisser sous ses pieds. Il se laissa tomber dans son fauteuil, le regard perdu. Son visage était comme paralysé, il ne pouvait plus parler. Il se voyait en plein cauchemar répétant inlassablement la même phrase dans sa tête... « Non ce n'est pas possible! ». Il fît un effort surhumain pour sortir de son état de choc, la fonction de la parole était revenue.
Le président : « William c'est bien toi ? » demandait-il d'une voix faiblarde.
Le silence qui suivit donnait la réponse à la question, le président avait plongé, malgré lui, dans un véritable cauchemar éveillé.


17:59:57
17:59:58
17:59:59
18:00:00


Dernière édition par GP_@lex le Sam 18 Aoû 2007 - 16:16; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Ven 29 Juin 2007 - 14:25    Sujet du message:
Répondre en citant

dites moi juste pour savoir comme ça en passant est ce que vous trouvez l'épisode trop long (et en général les quatres épisodes) ? c'est vrai que je fais pas gaffe à ça Rolling
Eyes Wink ... mais peut être qu'une fan fic a pour but d'avoir un épisode assez court pour se lire vite et enchaîner !!
_________________


"Wilson: La beauté nous détourne souvent de la vérité.
House: Et la banalité nous frappe dans les couilles. " Dr House 1x03
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Sam 30 Juin 2007 - 20:43    Sujet du message:
Répondre en citant

Je crois pas qu'écrire une fan-fic trop courte soit l'idéal.

Peut-être pour certains lecteurs flemmards qui veulent de l'action et un rebondissement à la fin de l'épisode, mais pour ceux qui recherchent plus, les détails, une ambiance, des dialogues peaufinés... ca demandera plus de travail, de temps mais ce ne devrait pas être si contraignant si tu aimes écrire !

Je sais qu'à la première saison que j'ai écrite, je voulais pas faire qqch de trop long parce que je savais que ca se lirait pas tellement sinon. Mais au final, je n'étais pas satisfait de mes scènes, ca manquait de vivant quoi, du descriptif, du visuel, et aussi quelque chose qui fait que la fan-fic, c'est plus que de l'action et du spectacle, mais qu'il y a des codes, détails et autres symboliques derrière.

Donc voila, je te conseille de pas trop te soucier du lecteur " feignant " car ce sera celui qui ne s'intéresse pas tellement au travail d'écriture et qui ne recherche pas grand chose, or, même si écrire plus demande de plus s'investir, c'est comme ca que tu pourra progresser et voir ce qu'il manque à ton travail Wink
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Dim 01 Juil 2007 - 17:35    Sujet du message:
Répondre en citant

merci pour les conseils j'en prends bonne note Mr Jack Wink !!Pour tout te dire c''est la première fois que j'écris quelque chose et je suis plutôt content de ce que j'ai fait jusqu'a présent même si c'est loin d'être parfait je le sais (maladresse dans le style d'écriture, expressions, scénario sans doute...etc)!! Il faut que je trouve ma voie! Disons que mon premier travail me servira de base pour m'améliorer dans la suite de la fan fic!Je sais que cela me prendra du temps mais ce projet là j'ai vraiment envie de le finir !
_________________


"Wilson: La beauté nous détourne souvent de la vérité.
House: Et la banalité nous frappe dans les couilles. " Dr House 1x03
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Dim 01 Juil 2007 - 17:46    Sujet du message:
Répondre en citant

Normal que tu sois mécontent et que tu trouves beaucoup d'imperfections, ca montre que tu es conscient que tu as encore des progrès à faire.

Pour tout dire, quand je relis Opération Crépuscule, autant sur le plan du style que le scénario, je trouve que c'est parfois très mauvais, limite j'ai honte d'avoir écrit ça Laughing

Mais après, ca te permet de voir là où ca coince, et plus tu sera satisfait de ton travail, plus tu prendra plaisir à le faire. De toute manière aucun écrivain est exempt de tout reproche Wink

Tu verra que peu à peu, enfin je l'espère, en progressant et en corrigeant tes erreurs, tu sera de plus en plus satisfait de ton travail car par toi-même, tu changera les défauts de tes précédents travaux, et cela te permettera de voir des détails de plus en plus minimes, d'être de plus en plus fin et rigoureux vis à vis de ton auto-analyse, en pouvant ainsi déceler des erreurs que tu ne pouvais pas au début.

Si c'est ce que tu recherches, ca te permettera d'avoir un style de plus en plus littéraire et " profesionnel " je pense, si ca persiste chaque jour pendant des années.
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Dim 01 Juil 2007 - 18:34    Sujet du message:
Répondre en citant

avec ce que tu viens de me dire je me suis amusé a relire mon épisode 4 en diagonale juste au dessus et avec le recul certains passages sont Confused Laughing ! Nan mais écrire est une passion et cela s'apprend (un peu comme la musique, je fais de la gratte et il me faudra des années avant que je maîtrise les techniques qui me feront jouer comme un hendrix ou un knofler Laughing !!!) et même si je n'ai pas le talent des grands, je pense qu'avec beaucoup de travail tout le monde peut faire quelque chose de bien alors pourquoi pas moi !en tout cas tu as raison je recherche a avoir un style un peu plus littéraire mais cela ne s'aquiert pas en 2 ou 3 mois date a laquelle j'ai commencé ma fan-fic Wink !!
_________________


"Wilson: La beauté nous détourne souvent de la vérité.
House: Et la banalité nous frappe dans les couilles. " Dr House 1x03
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Mer 18 Juil 2007 - 0:57    Sujet du message:
Répondre en citant

Après une petite pause d'une semaine et demie, (le boulot m' a submergé) l'épisode 5 est en préparation.
Je sais que j'ai pris un peu de retard mais j'ai aussi commencé un deuxième projet d'écriture qu'il fallait absolument que je fasse de peur de l'oublier !!j'éspère que vous pourrez le lire un jour car celui-ci va me prendre du temps!
Donc prochaine etape : épisode 5 online, j'espere le plus vite possible !!!!je vous tiens au courant Wink !
_________________


"Wilson: La beauté nous détourne souvent de la vérité.
House: Et la banalité nous frappe dans les couilles. " Dr House 1x03
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité






 Message Posté le: Dim 18 Nov 2007 - 0:40    Sujet du message: Re: Fan Fiction de GP_@lex : Opération "Hammer"
Répondre en citant

j'aime bien pour l'instant,j'en suis au début mais je trouve qu'on retrouve l'ambiance de la série
juste mason est mort dans la S2,la fanfic se passe après la S2 et au début michelle dit"faut pas que mason s'en apercoive"
et puis si j'ai bien compris tony et michelle sont complices de l'évasion,mais je les vois mal et je vois mal jack tuer des hommes du gouvernement de cette facon.je suis pas sur d'avoir bien compris
sinon c'est chapelle et pas choppelle Laughing


Dernière édition par Invité le Dim 18 Nov 2007 - 1:24; édité 1 fois
 Revenir en haut »
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Dim 18 Nov 2007 - 1:19    Sujet du message:
Répondre en citant

merci de ton avis didouche ca me fait plaisir Wink !lis la suite et tu comprendra mieux ce qui se passe, tu le diras ce que tu en penses quand tu auras fini les quatres premiers Wink !
_________________


"Wilson: La beauté nous détourne souvent de la vérité.
House: Et la banalité nous frappe dans les couilles. " Dr House 1x03
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité






 Message Posté le: Dim 18 Nov 2007 - 14:55    Sujet du message:
Répondre en citant

sinon milo il me semble qu'il venait juste aider la CAT dans la S1,enfin ca je suis pas sur.

ps:ces crtiques c'est pas pour tailler ton travail hein,c'est pour aider
 Revenir en haut »
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Dim 18 Nov 2007 - 18:51    Sujet du message:
Répondre en citant

didouche a écrit:
sinon milo il me semble qu'il venait juste aider la CAT dans la S1,enfin ca je suis pas sur.

ps:ces crtiques c'est pas pour tailler ton travail hein,c'est pour aider


concernant milo c'est vrai qu'a la saison 1, il était là juste en renfort il me semble aussi, j'ai décidé de l'intégrer completement en tant qu'agent de la cellule !
Puis pour les critiques surtout vas-y de bon coeur, y'a aucun souci Wink !
_________________


"Wilson: La beauté nous détourne souvent de la vérité.
House: Et la banalité nous frappe dans les couilles. " Dr House 1x03


Dernière édition par GP_@lex le Jeu 27 Déc 2007 - 3:12; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité






 Message Posté le: Dim 18 Nov 2007 - 19:08    Sujet du message:
Répondre en citant

la t'a fait que 4 épisodes.pressé de savoir la suite^^
 Revenir en haut »
GP_@lex
Vice-président(e)
Vice-président(e)


Inscrit le: 01 Mar 2007
Messages: 1069
Localisation: Poitiers

 Message Posté le: Lun 19 Nov 2007 - 4:14    Sujet du message:
Répondre en citant

didouche a écrit:
la t'a fait que 4 épisodes.pressé de savoir la suite^^


merci didouche c'est sympa Wink !!le 5 est en cours je sais que ca fait 4 mois que je dis ca mais bon que dire d'autre... Et non je n'ai pas abandonné pour les mauvaises langues Mr. Green
_________________


"Wilson: La beauté nous détourne souvent de la vérité.
House: Et la banalité nous frappe dans les couilles. " Dr House 1x03


Dernière édition par GP_@lex le Ven 30 Nov 2007 - 21:06; édité 1 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité






 Message Posté le: Mar 20 Nov 2007 - 21:00    Sujet du message:
Répondre en citant

ok j'attendrais alors
 Revenir en haut »
Invité






 Message Posté le: Ven 30 Nov 2007 - 21:49    Sujet du message:
Répondre en citant

la suite!la suite! Mr. Green
 Revenir en haut »
Montrer les messages depuis:   
:: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum » Fan-fictions 24-fr » Fan Fiction de GP_@lex : Opération "Hammer"
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Page 3 sur 4

 


- Ce site n'est en aucun cas un site officiel de la série "24" - "24" TM and © Fox and its related companies. All rights reserved - CNIL 1025857 -

Powered by phpBB © 2005 phpBB Group - Traduction par : phpBB-fr.com - Sonnerie 24 - BSG Encyclopédie - SeriesNews