24-FR Site des fans de la série 24 heures chrono Boutique 24!
Connexion S'enregistrer Rechercher Galerie Photos :: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum
La mission Hallouin.
Aller à la page 1, 2  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
:: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum » Fan-fictions 24-fr » La mission Hallouin.
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Lun 31 Aoû 2009 - 2:59    Sujet du message: La mission Hallouin.
Répondre en citant

Voici donc sans plus attendre le 1er épisode de "La mission Hallouin":

Ces événements se déroulent entre 08h00' et 09h00' du matin, le jour de la déclaration de guerre des états-Unis à l'Irak.

08h02'22''
Les premières lueurs de l'aube commencent à pénétrer Washington par un beau rayon de soleil. A l'intérieur d'une maison assez grande aux murs et fenêtres teintés se trouve un homme d'une soixantaine d'années aux yeux bleus et cheveux gris assis dans le salon devant son poste de télévision un verre de whisky dans une main et la télécommande dans l'autre. Sur l'écran on aperçoit le président des Etats-Unis Joseph Hodges tenir ses quelques mots : «Je sais que la plupart de nos concitoyens considèrent cela comme le désespoir de notre nation et c'est en effet le cas. Quand je vois les massacres ethniques que fait vivre tous les jours Isaac Hallouin à son peuple, je m'avoue profondément choqué par ses actes. Je maintiens ma décision ce malgré les manifestations qui furent nombreuses ces derniers jours ici à Washington, je déclare officiellement la guerre à l'Irak».
A la fin de l'allocution présidentielle l'homme sort de son domicile après avoir éteint la télé et s'être levé, aussitôt sorti il se fait abattre par un sniper et meurt sur le coup.
08h07'01''
Dans la cellule anti-terroriste de Los-Angeles on aperçoit un agent fédéral d'une trentaine d'années aux yeux verts et cheveux marrons assis devant son poste de travail. Il paraît agacé par les nombreux coups de téléphone qu'il reçoit depuis son arrivée il y a deux heures. En effet en temps de guerre les agences gouvernementales sont surchargées d'appels. Au moment ou il s'apprête à décrocher pour la énième fois il voit arriver le patron de la CIA Alex Manrex, homme d'une quarantaine d'années aux cheveux mi-long venu exceptionnellement aider la cellule en temps de crise. A ce moment l'agent s'exclame:
«Monsieur Manrex, est-ce que vous savez ou est monsieur Mason, le remplaçant de Jack Bauer?.
-Il était temps que j'arrive pour remettre de l'ordre dans ce bâtiment.
-Excusez-moi, il faut que je décroche.
-Mais je vous en prie.
-Allo, agent Fenn. C'est pas vrai, vous êtes sûrs? On avait pas besoin de ça aujourd'hui. Je vous remercie. Au revoir".
Après avoir raccroché Fenn semble ému et désemparé à la fois. Alex s'exprima:
«Il y a un problème ?
-Le vice président Reynolds vient de se faire assassiner par un sniper".
A cet instant précis les deux hommes virent devant eux un homme d'une cinquantaine d'années au crane presque chauve en costume cravate et n'ayant pas repris contact avec son fils depuis un mois; il s'agit de Georges Mason en principe travaillant pour la direction centrale. Le patron de la CIA l'interpella:
«Si vous voulez diriger la cellule, au moins soyez à l'heure.
-Désolé j'avais beaucoup de dossiers à étudier et à laisser à la direction centrale en raison de mon absence.
-Bon venons en aux faits : Burt Reynolds est mort.
-Dites moi que c'est une blague?
-Je regrette.
-On a arrêté le coupable"?
L'agent Fenn fit non de la tête et répondit:
«Ce ne sera pas la peine monsieur Mason. Le sniper qui l'a abattu s'est suicidé.
-Agent Fenn joignez moi la maison blanche, il faut que je parle au président tout de suite.
-Vous voulez que je reporte le briefing qui devait avoir lieu dans cinq minutes dans la salle de crise?
-Non, je serai bref avec Hodges.
-Bien monsieur Mason".
Fenn décrocha son téléphone et composa le numéro de la maison blanche. Il attendit quelques secondes puis une voix se fit entendre:
«Cynthia Cole, conseillère du président, que puis-je pour vous?
-Bonjour, je suis l'agent Marc Fenn de la cellule anti-terroriste de Los-Angeles, notre directeur Georges Mason souhaiterait avoir le président en ligne si possible.
-Je vais voir s'il est disponible. Vous patientez une minute s'il vous plaît?
-Bien sûr".
La conseillère entra dans le bureau ovale après avoir frappé trois coups contre la glace et après que le président lui ai fait signe d'entrer. Elle s'exprima :
«Monsieur le président, il y a le remplaçant de Jack Bauer qui veut vous parler.
-Passez -le moi.
-Bien".
Elle appuya sur une touche de l'interphone qui était posé sur la table pour que le président puisse être mis en relation avec la cellule. Le président se leva de son bureau et alla jusqu'à la table. Au moment où Cynthia s'apprêta à partir, le président la retint et lui dit de rester le temps de la communication. Elle parût étonnée mais resta. Au moment où le président commença à parler, Marc fit signe à Georges Mason de venir. Le nouveau directeur s'empressa d'y aller et prit le téléphone à Fenn puis répondit à son interlocuteur qui n'était autre que l'homme le plus puissant du monde :
«Je vous présente toutes nos condoléances monsieur le président.
-Je vous remercie monsieur Mason. Je suis en compagnie de ma conseillère Cynthia Cole. Cela ne minimise en rien l'émotion que nous ressentons mais nous sommes sur le pied de guerre. Alors ne parlons que du strict nécessaire. Est-ce qu'on a arrêté le ou les coupables?
-Nous en sommes loin monsieur. Le meurtrier s'est donné la mort après avoir tué Reynolds.
-"Vous avez identifié ses empreintes" dit la conseillère présidentielle ?
-Je viens à peine d'arriver. J'avais beaucoup de paperasses à la direction centrale. Je vais me renseigner.
-Quand ce sera fait pourrez vous me tenir au courant?
-Bien sûr monsieur le président.
-Et bonne chance pour aujourd'hui monsieur Mason.
-Merci monsieur".
Georges Mason raccrocha puis vit que Alex Manrex était en train d'étudier quelques protocoles. Il s'approcha de lui avant de dire:
«On a identifié l'ADN de l'assassin de Reynolds?.
-L'agent Almeida vient de me dire que ses empreintes ne sont pas répertoriées sur nos serveurs. J'ai bien sûr demander à la CIA, la NSA ainsi que d'autres agences mais aucun résultat.
-Si je comprends bien ce type n'existe pas.
-Disons plutôt qu'il n'a pas d'identité.
-Marc, repassez moi le président.
-L'agent Fenn vous attend dans la salle de crise avec tous les chefs de département reprit Alex avec un air condescendant.
-Vous avez raison, mais sans vous je ne peux aller nul part. C'est bien la première fois que le protocole veut que vous quittiez votre bureau pour cette cellule. Alors je me doute que vous ne voudriez pas rater notre réunion.
-Bien sûr, je vous accompagne mais en vous attendant j'ai pensé que je pouvais voir le protocole".
Le téléphone de monsieur Manrex se mit à sonner et après s'être excusé auprès de Mason, ce dernier le laissa répondre et se dirigea vers la salle de crise.
08h15'16''
Dans un hôtel un téléphone sonna. Une personne d'une quarantaine d'années à la peau, cheveux et yeux noirs le décrocha et dit de sa voix caverneuse:
«Allo.
-Monsieur Palmer, c'est Joseph Hodges à l'appareil.
-Je suis sincèrement désolé pour Burt monsieur le président, je viens de l'apprendre.
-Merci monsieur Palmer. Et moi de même.
-Désirez vous quelque chose?
-En effet, si je vous appelle aujourd'hui en ces circonstances c'est pour vous demander de venir à la maison blanche. Il faut que je vous entretienne. Je ne peux rien dire au téléphone.
-A la maison blanche? Quand ça monsieur?
-Le plus tôt possible, c'est vraiment important.
-A vos ordres monsieur le président".
David Palmer prit sa veste, l'enfila puis se dirigea vers la chambre de son conseiller Mike Novick, homme presque chauve aux yeux verts et portant des lunettes. Il frappa trois coups contre la porte. Ce dernier en sortit et après que le sénateur noir lui ai appris la nouvelle, Mike se prépara à partir.
08h27'02''
Le chef de la CIA fit son entrée dans la salle de crise. Cette dernière était assez grande avec une table ainsi qu'une dizaine de chaises, où reposaient les représentants, et équipée d'un écran géant qui pouvait servir pour les téléconférences avec par exemple le président même si ce dernier préférait être joint par téléphone, d'où la raison pour laquelle le remplaçant de Bauer l'avait joint par ce moyen de communication. Georges Mason qui se trouvait debout à un coin de la table ironisa:
«C'est gentil de vous joindre à nous.
-Désolé, mais Langley avait besoin de moi.
-Bien nous allons pouvoir commencer. Bonjour à tous, je suis Georges Mason de la direction centrale. Comme je me doute depuis ce matin on a du vous raconter tout et n'importe quoi, mais ce ne sont que des rumeurs. On ignore encore s'il y a un lien entre l'assassinat du vice président et la déclaration de guerre à l'Irak. Mais c'est trop rapide pour n'être qu'une simple coïncidence. Étant donné que nous n'avons aucun suspect si ce n'est un cadavre qui d'après l'agent Almeida n'aurait pas un ADN répertorié sur les principaux serveurs des agences fédérales".
Tony Almeida ayant la quarantaine ainsi que des cheveux noirs et des yeux marrons prit la parole :
«En effet, le médecin légiste nous a fait parvenir ses empreintes et elles ne correspondent à aucun individu. Cependant le légiste m'a confié que le sniper vient du proche orient et pourrait bien être de nationalité irakienne. Ce qui pourrait tout expliquer : une vengeance d'un terroriste sur le gouvernement américain.
-Je vous remercie Tony dit Georges". Puis il reprit :
«Comme vous avez pu le remarquer Jack Bauer m'a laissé le commandement de la cellule durant son absence. En réalité il se rend en Irak aujourd'hui. Il va atterrir dans environs une demi heure. Les forces spéciales l'ont envoyé là bas en mission avec l'unité Tempête du désert commandé par Curtis Mannings. Ce que je vais vous dire ne doit en aucun cas sortir de cette pièce,(tous les chefs de département acquiescèrent de la tête) d'ici ce soir la déclaration de guerre à l'Irak sera peut-être annulée par le président. Tout ça va dépendre de la mission de Jack qui consistera en réalité à supprimer le président irakien. La déclaration de guerre n'était en réalité qu'un prétexte pour qu'il y ait aujourd'hui une rencontre entre le président Hallouin et l'ambassadeur américain d'Irak John Harris".
A ce moment précis deux images apparurent sur les écrans de la salle de crise; sur l'une on voyait Jack Bauer et sur l'autre John Harris. Tout le monde dans la salle était ébahi sauf Mason et Manrex qui étaient bel et bien évidemment déjà au courant.
L'agent Almeida enchaîna :
«Oh là là pas trop vite. Jack ne vas pas se faire passer pour cet homme dans le but d'éliminer Hallouin. Ils ne ressemblent pas trop".
Monsieur Manrex répliqua :
«Vous avez tout compris Tony. Et puis ils sont blonds tous les deux, la même coiffure»
L'agent Fenn s'interposa :
«Almeida a raison. Jack va se faire tuer, c'est une mission suicide».
Le nouveau remplaçant reprit la parole :
«Vu les propos méprisants que tient Isaac Hallouin sur les Etats-Unis, je doute que lui et l'ambassadeur boivent le thé tous les jours ensemble.
-D'accord, mais le président l'a forcément vu une fois et il connaît le visage de l'ambassadeur. Il le voit même probablement tous les jours à la télé, c'est de la folie renchérit Almeida.
-Ecoutez Almeida, vous avez raison sur un point : ça peut très mal se finir. Mais les forces spéciales et le président l'ont décidé ainsi. Alors on espère que Hallouin n'y verra que du feu et on fait avec" conclut Georges Mason.
Tony parût nerveux et tendu comme s'il venait de recevoir une claque au visage, il était totalement ébahi. Alex Manrex se leva et dit :
«Jack et son équipe vont tenter de kidnapper l'ambassadeur et après l'agent Bauer ira au rendez vous dans le but d'éliminer le président Hallouin»
Une certaine tension s'installa dans la pièce, la peur pouvait se lire sur les différents visages des représentants de ce briefing. A peine avaient ils eu le temps de digérer la nouvelle que le nouveau directeur dit à tout le monde de se remettre au travail, ce qu'il firent de suite en quittant la salle. Il interpella Almeida :
«Tony, vous n'auriez pas vu l'agent Meyers par hasard?.
-A vrai dire elle nous a appelés avant le briefing, elle est malade et ne pourra venir.
-On manque de personnel. Elle est vraiment mal?
-Je sais mais la division va nous apporter quelqu'un en échange. Et elle a une terrible migraine, elle ne nous serait d'aucune utilité.
-Bien, faisons en sorte que cette journée se termine bien, évitons cette guerre".
Chacun des deux hommes partit de son côté.
08h39'56''
A l'intérieur d'une voiture on pouvait entendre la radio :
«Nous venons de l'apprendre, c'est officiel depuis que le représentant de la maison blanche Allan Foote l'a confirmé : le vice président Burt Reynolds a été assassiné alors qu'il sortait de chez lui...»
Dans cette voiture se trouvaient à l'avant un chauffeur et un garde du corps ainsi qu'à l'arrière le sénateur David Palmer accompagné de Mike Novick. Ce dernier relança la conversation :
«Vous pensez que ça a un rapport avec Reynolds David?
-Je n'en sais rien Mike. Mais une chose est sûre, je ne veux pas être impliquer dans cette boucherie irakienne. Quand le président aura fini de m'entretenir, je quitterai aussitôt les lieux. Je ne resterai pas longtemps.
-Vous savez qui va remplacer Reynolds?
-Sans doute le président du congrès pendant l'intérim puis après nous verrons bien".
Comme il y avait des embouteillages, le chauffeur décida de prendre un raccourci pour aller jusqu'à la maison blanche. Le sénateur et son conseiller s'en aperçurent et le conducteur se retourna vers eux pour leur expliquer la situation : ils mettraient plus de temps que prévu par le raccourci mais ça serait moins long que le chemin habituel à cause des bouchons. Le sénateur acquiesça en signe d'approbation. A l'extérieur des gens voyaient le convoi du sénateur; certaines personnes le reconnaissaient même de loin ou hésitaient à cause de la distance. Le sénateur noir était très apprécié par l'opinion publique, surtout depuis son engagement contre la guerre en Irak.
08h50'34''
Georges Mason vit Fenn complètement abattu à son poste et s'approcha de lui et prononça ces paroles :
«Je suis désolé pour Burt, je sais que vous étiez proches"
En effet, Fenn devenu orphelin à l'âge de six ans avait été adopté par le vice-président Reynolds, ce dernier étant un très proche ami des parents de Marc. Burt l'avait toujours considéré comme son propre fils et avait été très ému de la mort des ses amis suite à un accident de voiture. C'était même Reynolds qui avait joint Bauer pour qu'il engage l'agent Fenn à la cellule anti-terroriste de Los-Angeles. L'agent Fenn avait démissionné de l'armée quatre ans plus tôt suite à la perte d'un camarade sur le terrain sous ses yeux qui l'avait choqué. Par conséquent il n'était qu'un informaticien à la cellule et pas agent de terrain. Fenn se retourna vers Mason et lui répondit :
«Je vous remercie monsieur Mason.
-Vous croyez que ça va aller?
-Oui, je pense.
-Mais le penser ne suffit pas.
-Je vais faire de mon mieux monsieur et si je flanche, je vous ferai signe.
-Bien. Pourriez vous aller me chercher un café s'il vous plaît?
-Bien sûr".
Le remplaçant de Bauer voulait voir si Fenn était capable de le lui apporter sans que le stress ne le paralyse complètement. Fenn se leva et alla jusqu'à la machine à café et après avoir introduit l'argent à l'intérieur prit la boisson et la renversa par terre car il ne se contrôlait plus surtout que Mason venait de lui donner le trac. Heureusement Mason fut interpeler par l'agent Almeida quand l'incident se produit. Tony l'avait fait exprès pour protéger Marc. Ce dernier se dépêcha de reprendre un autre express et alla le donner à Georges Mason qui était en train de consulter la liste des terroristes irakiens récemment arrivés dans le pays faite par Tony.
«Beau boulot Tony, réduisez moi cette liste en ne prenant que ceux arrivés depuis la semaine dernière» dit Mason.
-Entendu.
Mason prit une gorgée de son café, trop amère à son goût. Il n'aimait pas le sucre qui se trouvait dans le gobelet. Il le jeta à la poubelle et en prit un autre. Par chance il ne vit pas les dégâts occasionnés par l'agent Fenn un peu plus tôt. Quand Mason monta l'escalier qui allait le conduire au bureau du directeur de la CAT de Los-Angeles, Tony alla nettoyer près de la machine à café tout en veillant à ce que personne ne le voit.
08h56'00''
(19h56'00'')
Un modèle d'avion, un 747 atterrit sur le sol de Bagdad. A bord se trouvait le capitaine d'équipe Jack Bauer, homme d'une quarantaine d'années aux cheveux longs blonds et yeux bleu-verts en principe dirigeant la CAT et ayant longtemps travaillé pour la CIA. Il descendit et rejoint l'équipe de Curtis Mannings Tempête du désert qui l'attendait depuis quelques minutes. Curtis, homme aux yeux et cheveux noirs et revêtu de noir et étant âgé de 37 ans s'approcha de Jack et lui dit :
«Monsieur Bauer, je suis l'agent Mannings, je vous présente mes hommes : Frank Wonder, Steve Garcia et William Hurt.
-Enchanté répondit Jack".
Il reprit :
«A quelle heure doit avoir lieu le rendez-vous entre l'ambassadeur et le président.
-On l'ignore encore.
-Il faut que je joigne la cellule anti-terroriste pour leur annoncer mon arrivée.
-Bien sûr".
Curtis lui passa son portable. Bauer composa le numéro de la CAT de Los Angeles et tomba sur l'agent Almeida :
«Almeida.
-Tony, c'est Jack, je viens d'atterir à l'instant.
-Il faut que vous sachiez que le vice président est mort.
-Je sais, une hôtesse me l'a dit quand j'étais dans l'avion.
-Je vous passe Mason.
-Entendu, merci Tony.
Tony appela Georges qui comprit tout de suite qu'il s'agissait de Jack :
«Il y a Bauer sur la trois.
-Je prends dans mon bureau".
Georges qui était descendu pour aller voir Manrex remonta à son bureau et décrocha et dit :
«Allo, Jack.
-Comme vous avez pu le deviner, je viens d'atterrir. J'ai appris durant mon vol pour Reynolds. A t-on un suspect?
-Non, ce dernier a mis fin à ces jours après l'avoir tué. D'après le légiste, le tireur vient sans doute du proche orient et pourrait être irakien. Ce qui expliquerait tout.
-Je vois.
-De toute manière ça ne change rien à nos plans.
-Je suis en ce moment même avec l'agent Manning et son équipe. On va élaborer une stratégie pour l'enlèvement de l'ambassadeur.
-A ce sujet, le chef de la CIA qui est venu en renfort aujourd'hui à la cellule vient par une source à la NSA d'intercepter un appel entre le président et l'ambassadeur.
-Est-ce que l'heure de la rencontre a été mentionné lors de cette conversation?
-Pour l'instant il y a trop de fritures sur la communication mais la NSA va essayer de la rendre plus audible. On a entendu que quelques mots. L'idée générale étant celle qu'on connaît déjà : une rencontre entre les deux hommes.
-D'accord, je vois. Si vous en savez plus, tenez moi au courant.
-Entendu Jack. Comment comptez vous vous y prendre pour Harris?
-On a plusieurs scénarios envisageables, on va tous les étudier.
-Bien, je vous laisse par conséquent.
-A plus tard Georges".
08h58'46''
Une fois arrivés devant la maison blanche, le garde du corps, David Palmer et Mike Novick sortirent de la limousine spacieuse aux vitres teintées. Le sénateur paraissait décontracté mais il n'en était rien, en réalité il était nerveux mais cachait bien son jeu. Même son conseiller et ami de longue date ne s'en aperçut pas. Plusieurs question lui revenait dans la tête sans cesse depuis dix minutes : pourquoi le président voulait le voir? Cela avait-il un rapport avec Reynolds et pourquoi l'avait-on assassiné? Comment justifier à la presse sa présence à la maison blanche? Combien de temps le président allait l'entretenir? Une fois à l'intérieur, ils virent des agents de sécurité qui se trouvaient là car la sécurité du président avait été renforcé suite au décès du vice président. Un des agents s'avança vers les trois hommes et salua plus particulièrement le sénateur que son conseiller ou son garde du corps :
«Monsieur le sénateur Palmer, le président vous attend dans son bureau» en lui montrant la direction du doigt.
«Je vais vous attendre ici David» dit Mike.
Un des agents lui donna un siège sur lequel il pût s'assoir.
-C'est entendu répondit David.
Le garde du corps accompagna Palmer jusqu'au bout du couloir et ce dernier lui dit :
«C'est bon John, vous pouvez disposer.
-Bien monsieur le sénateur".
Palmer toqua quatre coups contre la glace. Hodges l'aperçut et lui dit d'entrer. Ce qu'il fit d'ailleurs avant de s'asseoir en face de Hodges.
«Bonjour monsieur Palmer, je vais prendre un verre, voulez vous boire quelque chose?
-Non, ça ira.
Le président se leva de son fauteuil et se servit un cognac avant de se rassoir. Il posa le verre sur son bureau après en avoir pris une gorgée.
«J'espère ne pas vous avoir déranger, je sais que vous aviez un emploi du temps chargé ce matin.
-Etant donné les circonstances d' il y a moins d'une heure, je comprends tout à fait. Que puis-je faire pour vous?
Hodges essuya à l'aide d'un mouchoir son front perlé de sueur puis s'exprima :
«Je sais que vous et moi avons eu des désaccords par le passé et en particulier ces dernières semaines.
-Je vous en prie monsieur le président, aller droit au but.
-J'ai besoin de quelqu'un de confiance pour remplacer Reynolds. Je veux que ça soit vous, seulement pour cette journée.
-Je ne fais même pas partie du gouvernement.
-Vous serez là en tant que conseiller.
-Je regrette Joseph, vous savez que je désapprouve votre décision d'envahir l'Irak et je ne veux pas y être mêlé.
-Vous ne comprenez pas toute la situation ni les décisions que j'ai du prendre en conséquence.
-Je sais juste que vous commettez là une erreur tragique.
-Laissez moi vous exposer les faits et après vous prendrez votre décision.
-Si vous voulez.

Le télephone du nouveau directeur de la CAT sonne. Ce dernier le décroche et après avoir prononcé son nom entend :
«C'est Tony Almeida, je viens de réduire la liste à la semaine dernière. J'ai fait vite alors il se peut qu'elle soit incomplète.
-Beau boulot Tony, j'arrive dans quelques minutes. Essayez de voir s'il y a ou non d'autre noms?
-Entendu".
08h59'57''
08h59'58''
08h59'59''
09h00'


Dernière édition par dr house le Jeu 31 Déc 2009 - 19:47; édité 2 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 1:44    Sujet du message:
Répondre en citant

Cette fanfiction se déroule un an après l'opération crépuscule et par conséquent un an avant la saison 1 de la série 24.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Heller The Killer
Dingue de 24-fr
Dingue de 24-fr


Inscrit le: 11 Nov 2007
Messages: 2148
Localisation: À la conférence du Bilderberg Group pour remercier les patrons de presse

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 2:15    Sujet du message:
Répondre en citant

Tu as une façon bien étrange d'écrire les dialogues, pas facile de s'y retrouver. Dommage, je me suis arrêté de lire à cause de ça. Pourquoi ne pas mettre des tirets à chaque fois, et pourquoi fermer les guillemets dès la première phrase ?

Attention aux fautes aussi. Wink
_________________

Je suis Helric Fredou
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 7:46    Sujet du message:
Répondre en citant

Merci d'avoir posté un commentaire heller the killer. Je mets des tirets à chaque fois qu'on change d'interlocuteur. Quand un discours commence je mets des guillemets à la première citation puis ensuite les tirets. Si tu préfères, je n'en mettrai plus. Sinon, à part ça quels dialogues n'a tu pas compris?
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 7:50    Sujet du message:
Répondre en citant

Je pense avoir bien relu pour les fautes, ou en a tu vu?
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Heller The Killer
Dingue de 24-fr
Dingue de 24-fr


Inscrit le: 11 Nov 2007
Messages: 2148
Localisation: À la conférence du Bilderberg Group pour remercier les patrons de presse

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 14:42    Sujet du message:
Répondre en citant

Citation:
«On a identifié l'ADN de l'assassin de Reynolds?».
L'agent Almeida vient de me dire que ses empreintes ne sont pas répertoriées sur nos serveurs. J'ai bien sûr demander à la CIA, la NSA ainsi que d'autres agences mais aucun résultat.
Si je comprends bien ce type n'existe pas.
Disons plutôt qu'il n'a pas d'identité.
Marc, repassez moi le président.
L'agent Fenn vous attend dans la salle de crise avec tous les chefs de département reprit Alex avec un air condescendant.
Vous avez raison, mais sans vous je ne peux aller nul part. C'est bien la première fois que le protocole veut que vous quittiez votre bureau pour cette cellule. Alors je me doute que vous ne voudriez pas rater notre réunion.
Bien sûr, je vous accompagne mais en vous attendant j'ai pensé que je pouvais voir le protocole.
Citation:
«Monsieur Manrex, est-ce que vous savez ou est monsieur Mason, le remplaçant de Jack Bauer?».
Il était temps que j'arrive pour remettre de l'ordre dans ce bâtiment.
Excusez-moi, il faut que je décroche.
Mais je vous en prie.
Allo, agent Fenn. C'est pas vrai, vous êtes sûrs? On avait pas besoin de ça aujourd'hui. Je vous remercie. Au revoir.
Après avoir raccroché Fenn semble ému et désemparé à la fois. Alex s'exprima:
«Il y a un problème ?»
-Le vice président Reynolds vient de se faire assassiner par un sniper.

Quand il n'y a pas de tirets, comme ci-dessus, ce n'est pas très agréable à lire.

Sinon pour les fautes, voici les premières :

- un homme d'une soixantaine d'années aux yeux bleu et cheveux gris.
- Sur l'écran on aperçoit le président des états-Unis Joseph Hodges tenir ses quelques mots (bon c'est pas vraiment une faute -la 1ère- mais autant mettre des majuscules partout).
- allocution présidentiel.
- Au moment ou il s'apprête à décrocher pour la unième fois (j'imagine que c'est énième fois, sinon ça veut dire que c'est la 1ère fois qu'il décroche).
- Au moment où Cynthia s'apprêta à partir, le président la reteint et lui dit de rester le temps de la communication.

Un autre truc, tu commences au présent et continue au passé.
_________________

Je suis Helric Fredou
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 15:00    Sujet du message:
Répondre en citant

Je tape d'abord mon texte sur Oppenoffice, et il y a du y avoir une erreur de copier coller pour les tirets car sur l'original les tirets sont toujours présents. Comme tu me la fais remarquer, j'ai fait des fautes d'innatention. Merci de les avoir remarquées. Pourrais tu me dire comment on fait pour rectifier ses erreurs dans un post déjà envoyé?
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 15:02    Sujet du message:
Répondre en citant

J'essaye de faire la concordance des temps, mais j'avoue que c'est le plus difficile à faire quand on écrit.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Heller The Killer
Dingue de 24-fr
Dingue de 24-fr


Inscrit le: 11 Nov 2007
Messages: 2148
Localisation: À la conférence du Bilderberg Group pour remercier les patrons de presse

 Message Posté le: Mar 01 Sep 2009 - 15:12    Sujet du message:
Répondre en citant

Pour modifier ton message, clique sur le bouton "éditer", en haut dudit message.

Ca permet également de ne pas faire plusieurs messages courts à suivre. Si tu es le dernier à avoir posté dans un sujet, édite ton dernier message au lieu d'en taper un nouveau. Wink
_________________

Je suis Helric Fredou
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web du posteur
céciliabaueralméda
Meilleur(e) ami(e) de Kim
Meilleur(e) ami(e) de Kim


Inscrit le: 11 Sep 2009
Messages: 3

 Message Posté le: Ven 11 Sep 2009 - 18:29    Sujet du message:
Répondre en citant

super
_________________
cécilia
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Lun 14 Sep 2009 - 17:51    Sujet du message:
Répondre en citant

[quote="Heller The Killer"]
Citation:
«On a identifié l'ADN de l'assassin de Reynolds?».
L'agent Almeida vient de me dire que ses empreintes ne sont pas répertoriées sur nos serveurs. J'ai bien sûr demander à la CIA, la NSA ainsi que d'autres agences mais aucun résultat.
Si je comprends bien ce type n'existe pas.
Disons plutôt qu'il n'a pas d'identité.
Marc, repassez moi le président.
L'agent Fenn vous attend dans la salle de crise avec tous les chefs de département reprit Alex avec un air condescendant.
Vous avez raison, mais sans vous je ne peux aller nul part. C'est bien la première fois que le protocole veut que vous quittiez votre bureau pour cette cellule. Alors je me doute que vous ne voudriez pas rater notre réunion.
Bien sûr, je vous accompagne mais en vous attendant j'ai pensé que je pouvais voir le protocole.
Citation:
«Monsieur Manrex, est-ce que vous savez ou est monsieur Mason, le remplaçant de Jack Bauer?».
Il était temps que j'arrive pour remettre de l'ordre dans ce bâtiment.
Excusez-moi, il faut que je décroche.
Mais je vous en prie.
Allo, agent Fenn. C'est pas vrai, vous êtes sûrs? On avait pas besoin de ça aujourd'hui. Je vous remercie. Au revoir.
Après avoir raccroché Fenn semble ému et désemparé à la fois. Alex s'exprima:
«Il y a un problème ?»
-Le vice président Reynolds vient de se faire assassiner par un sniper.

Quand il n'y a pas de tirets, comme ci-dessus, ce n'est pas très agréable à lire.

Sinon pour les fautes, voici les premières :

- un homme d'une soixantaine d'années aux yeux bleu et cheveux gris.
- Sur l'écran on aperçoit le président des états-Unis Joseph Hodges tenir ses quelques mots (bon c'est pas vraiment une faute -la 1ère- mais autant mettre des majuscules partout).
- allocution présidentiel.
- Au moment ou il s'apprête à décrocher pour la unième fois (j'imagine que c'est énième fois, sinon ça veut dire que c'est la 1ère fois qu'il décroche).
- Au moment où Cynthia s'apprêta à partir, le président la reteint et lui dit de rester le temps de la communication.

Je reviens de deux semaines de vacances d'ou ma réponse tardive à heller the killer. J'ai corrigé tous les dialogues avec les tirets et les guillemets ainsi que les fautes d'orthographe. Tu peux donc enfin lire sans problême.

Heller The Killer a écrit:
Pour modifier ton message, clique sur le bouton "éditer", en haut dudit message.

Ca permet également de ne pas faire plusieurs messages courts à suivre. Si tu es le dernier à avoir posté dans un sujet, édite ton dernier message au lieu d'en taper un nouveau. Wink


Merci pour le tuyau.

céciliabaueralméda a écrit:
super

Merci, et n'hésites pas à me dire ce que tu as aimé ou moins.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
céciliabaueralméda
Meilleur(e) ami(e) de Kim
Meilleur(e) ami(e) de Kim


Inscrit le: 11 Sep 2009
Messages: 3

 Message Posté le: Lun 21 Sep 2009 - 18:21    Sujet du message:
Répondre en citant

super j'ai hâte de lire la suite
_________________
cécilia
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Jeu 24 Sep 2009 - 1:26    Sujet du message:
Répondre en citant

Je tiens à t'informer que l'épisode 2 arrivera très prochainement.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Jeu 31 Déc 2009 - 19:27    Sujet du message:
Répondre en citant

Je tiens tout d'abord à m'excuser auprès de mes lecteurs du retard. Cela fait quatre mois que mon premier épisode est paru. J'avais annoncé le second début octobre, et manque de chance j'ai perdu à cette même date toutes les données de mon ordinateur. L'épisode 2 étant parti avec. J'étais pas très motivé pour le réécrire de nouveau Mad . Mais je l'ai fait il y a quelques jours et voici par conséquent sans plus attendre le 2ème épisode de "La Mission Hallouin":

Ces événements se déroulent entre 09h00’ et 10h00’ du matin, le jour de la déclaration de guerre des Etats-Unis à l’Irak.

09h01’09’’.
A l’intérieur de la CAT de Los-Angeles, l’informaticien Milo Pressman, cheveux en pique et avec un petit bouc au menton, se leva de sa chaise après avoir effectué quelques manipulations sur son clavier d’ordinateur et se dirigea jusqu’au bureau de monsieur Manrex. Il lui expliqua la raison de sa visite :
« Monsieur Manrex, je peux peut-être décrypter la bande de la NSA d’ici une heure.
-Voila une bonne nouvelle.
-Mais il se peut qu’une fois la bande formatée, le disque dur puisse durant cette manœuvre être endommagé…
-Je ne comprends même pas ce que vous dîtes.
-Je ne vous cache pas qu’à la moindre erreur, elle sera totalement détruite.
-Etant donné qu’on ne dispose, sans doute, de pas de beaucoup de temps, je vous prie de faire au plus vite et de votre mieux. Dans le pire des cas, c’est la NSA qui va s’y coller, l’agence a en effet gardé une copie au cas où. Mais vous n’êtes pas s’en savoir que leur principale priorité est de savoir qui et pourquoi on a tué Reynolds.
-Je comprends monsieur et je vous promets de faire le maximum.
-Merci monsieur Pressman, vous pouvez disposer ».
Milo retourna d’où il venait, il transpirait à cause du stress. C’était un excellent informaticien, mais il savait très bien que chaque homme pouvait avoir recours à l’erreur. Et ce n’était vraiment pas le moment d’en faire une aujourd’hui et encore moins maintenant.
09h07’45’’.
A l’intérieur du bureau ovale, le président Hodges venait d’exposer les faits de cette journée à David Palmer. Ce dernier étonné reprit la conversation :
« Vous voulez dire que d’ici ce soir la guerre en Irak sera terminée. Tout ceci n’était qu’un canular, permettant ainsi d’éliminer le président Hallouin.
-Vous avez tout compris David.
-Et pourquoi avez-vous besoin de moi ?
-Je sais qu’il y a un an, quand vous étiez à la commission sénatoriale, vous aviez autorisé l’opération crépuscule, visant à exterminer le criminel de guerre Victor Drazen. J’ai besoin de vous pour surmonter cette crise. Je ne vous ai pas choisi par hasard, je compte bien sur votre expérience d’il y a un an déjà. Vous pourrez par conséquent mieux me conseiller que quiconque.
-Je dois encore vous poser une question ?
-Allez-y, je vous en prie.
-Si cette opération échoue, vous annulerez quand même votre déclaration de guerre ?
-Ecoutez David, mon but principal est d’éliminer Isaac Hallouin. Ce dernier commet tous les jours dans son propre pays des massacres ethniques, des génocides et j’en passe. Je ne peux pas laisser cet homme là plus longtemps au pouvoir. Je conçois que la guerre n’épargne personne, et que cette dernière provoquera toujours des dommages collatéraux.
-Allez droit au but monsieur le président.
-Si l’équipe « tempête du désert » n’arrive pas à atteindre son objectif, je n’annulerais pas la déclaration de guerre officielle. Comprenez-moi David, pour avoir la paix, il faut faire la guerre. C’est inévitable.
-Monsieur le président, si vous pensiez vraiment cela, vous n’auriez pas engagé ce commando pour exterminer le président irakien. Et ce n’est pas parce qu’il échoue aujourd’hui, qu’un autre ne pourra pas y arriver demain.
-Sauf que demain, quand je lirais le journal, j’aurai encore des milliers d’innocents sur la conscience que Hallouin aura fait exécuter.
-Et vous croyez qu’en déclenchant une guerre, vous arriverez encore à dormir la nuit.
-Ma décision est prise David. Si vous voulez empêcher cette guerre, aidez- moi à l’arrêter aujourd’hui. A vous voir, on dirait que vous envisagez directement le pire comme si vous ne croyez pas à mon opération de sauvetage.
-J’espère que vous réussirez à tuer Hallouin aujourd’hui monsieur le président. Ou plutôt j’espère que nous arriverons à tuer Hallouin aujourd’hui monsieur le président. Ce que je regrette, c’est votre alternative à cette fin de journée, si elle tournait mal.
-Vous voulez dire que vous acceptez de m’aider en tant que conseiller ?
-Oui, mais ça ne sera pas en votre nom monsieur le président mais au nom de ce pays.
-Ce sera au nom de tout ce que vous voudrez David
-J’ai toutefois une faveur à vous demander.
-Faites donc.
-Je voudrais que mon conseiller Mike Novick soit présent à mes côtés aujourd’hui. Il m’a été d’une aide précieuse il y a un an, il le sera tout autant aujourd’hui.
-C’est entendu. Je connais bien Mike, et je sais que les intérêts de ce pays lui tiennent à cœur. Il est à votre QG de campagne ?
-Non, il m’a accompagné jusqu’ici. Il est dans l’entrée.
-Bien. Je vais demander à mes gardes de le faire venir ici après l’avoir fait mettre au courant de cette journée.
-J’aimerais autant que ce soit moi qui lui annonce la nouvelle.
-Comme vous voudrez David.
Palmer se leva en direction de la poignée de la porte-glace du bureau ovale. Au moment où il s’apprêtait à la tourner, le président l’interpella et lui dit :
-Merci beaucoup David.
-C’est tout naturel monsieur le président".
9h16’12’’
(20h16'12'')
A l’intérieur d’un hangar désaffecté, le capitaine d’équipe de la journée Jack Bauer exposait les différents scénarios envisageables pour l’enlèvement de l’ambassadeur américain d’Irak. Au milieu du hangar se trouvait une table. Sur celle-ci était posée une carte, représentant l’ambassade et ses environs. Le hangar dans lequel se trouvait l’équipe avait été évacué par les services secrets américains deux jours auparavant. Jack Bauer prit la parole :
« Comme vous avez pu le voir sur la carte, le véhicule de notre contact Paul Zerweck est a à peine un mètre de l’ambassade.
Sur la carte, on pouvait voir la ferrarie entourée de bleu. C’est Bauer qui l’avait fait à l’aide d’un feutre, qui lui avait sali les doigts. Cela l’avait fortement excédé, à cause du stress que la mission suscitait pour lui.
« Il surveille l’ambassade depuis ce matin. Si l’ambassadeur fait le moindre fait et geste, il nous préviendra. Quant à nous, une fois arrivé à l’ambassade il ne faudra pas traîner. Moi et l’agent Manning…
-Appelez-moi Curtis, Jack.
-Entendu. Moi et Curtis rentreront discrètement dans le taxi du chauffeur de l’ambassadeur. Si ce dernier ne coopère pas avec nous, on n’aura pas le choix : on l’assommera, et je prendrai sa place en attendant l’ambassadeur. Et par conséquent Curtis et le corps du chauffeur seront derrière baissés. Sinon, s’il coopère, il reste à sa place jusqu’à l’arrivée de l’ambassadeur. Et dans ce cas, moi et Curtis seront planqués à l’arrière du véhicule. Après cela, les agents Hurt, Garcia et Wonder se cacheront derrière cet arbre, en montrant du doigt l’arbre entouré de rouge sur la carte…
-Appelez nous aussi par nos prénoms Jack.
Jack ne voulait pas paraître trop familier avec l’équipe « Tempête du désert ». C’est pour cela qu’il les avait surnommés par leurs noms. Mais en règle générale, l’agent Bauer préférait appeler ses coéquipiers par leurs prénoms. Toutefois, il préférait attendre que son équipe lui donne la permission pour le faire.
-Bien. Franck, Steve et William se prépareront à la venue de l’ambassadeur, qui aura bien entendu avec lui ses gardes du corps. A partir de ce moment là, vous interviendrez par surprise en brutalisant les gardes du corps. Une fois fait, il faudra que vous retourniez dans ce hangar pour, soit attacher les corps, soit cacher les cadavres".
La peur pouvait se lire dans les yeux des trois hommes, qui n’avaient jusqu’à présent jamais été entraînés à tuer. En même temps, ils n’avaient rejoint Curtis que depuis une semaine. Une semaine ou l’agent Manning leur avait appris à tirer ainsi qu’à combattre, mais pas à exterminer son adversaire. William Hurt avait été pendant trois ans dans les marines, était un patriote, et avait une femme et deux enfants. Il était de grande taille, environ 1m90, avait le crâne rasé, des yeux couleur rubis et un nez qu’on aurait pu comparer à celui de Cyrano de Bergerac. Frank Wonder, quant à lui était célibataire, et avait fait au cas où avant de partir en mission son testament, ou figuraient les noms de ses parents, grands-parents, frères et sœurs, cousins, tantes… Issu d’une famille nombreuse, il s’était toujours considéré comme différent des autres et semblait être en quelque sorte le petit vilain canard de sa famille. C’est pour cela qu’il s’était engagé dans l’armée il y a déjà deux ans. Il aimait l’aventure ainsi que le goût du risque. Steve Garcia était un ami de longue date de Curtis Manning. A vrai dire, avant de rejoindre son unité il y a une semaine, il était sapeur-pompier. C’est Curtis qui l’avait convaincu de venir le rejoindre en Irak. Il était divorcé depuis un an, et père de trois enfants. Ces trois derniers vivant essentiellement avec leur mère, et passaient un week-end sur deux chez leur père. Il aimait toujours son ex-femme mais était devenu dépressif depuis la mort de son père il y a déjà un an et demi. Curtis l’avait aidé à surmonter tout cela depuis le départ de Sonia, son ex-femme.
9h23’55’’
Georges Mason s’approcha du post de Tony Almeida. Ce dernier paraissait stupéfait. Le nouveau directeur ne s’en aperçut pas et demanda à l’analyste de lui montrer la liste des terroristes récemment arrivés dans le pays. L’agent Almeida, qui jusque là était dans la lune attira l’attention de Mason sur un nom en particulier en le montrant du doigt sur son écran d’ordinateur et lui dit ceci :
« Il y en a un qui sort un peu du lot, si vous voyez ce que je veux dire.
-Chris Hallouin, un rapport avec le président ?
-C’est son fils.
-Et alors, c’est un terroriste ?
-Interpol nous avait envoyé un dossier sur lui il y a environ deux ans. Durant ses nombreux voyages à l’étranger, il a fait pas mal du sale boulot de son père.
-Et comme par hasard il est sur le sol américain le jour de la déclaration de guerre à l’Irak. Ca a forcément un lien.
-Ou alors il fuit tout simplement, pour ne pas faire partie des dommages collatéraux.
-Non, vous avez eu raison d’attirer mon attention sur lui. Est-ce qu’Interpol nous avait fourni ses empreintes digitales ?
-Oui, très certainement. Pourquoi ?
-Vérifiez si elles correspondent avec celles du sniper.
-Ca ne servirait à rien. Nos serveurs l’auraient identifié quand le médecin légiste nous a envoyé ces empreintes. Toutes les données d’Interpol sont immédiatement répertoriées sur nos serveurs.
-Ne serait-ce que par mesure de précaution, vous voulez bien vérifier ?
-Bien ».
Tony trouvait cette démarche inutile, mais étant donné que son supérieur hiérarchique de la journée le lui avait demandé, il le fit mais sans grande conviction. En réalité, il avait bel et bien raison, les empreintes ne correspondaient pas. Il en fit part à Mason. Ce dernier monta quelques marches de l’escalier menant à son bureau et commença un discours à l’ensemble de la CAT :
« Votre attention, s’il vous plaît. On a des raisons de croire que le fils du président, Chris Hallouin est impliqué. Ce n’est en aucun cas le sniper, mais il paraît évident qu’il a quelque chose à voir dans l’assassinat de Reynolds. Il est sur le sol américain depuis déjà une semaine. Je veux tous vos rapports sur mon bureau avant la fin de l’heure. Je veux tout savoir de lui : son passé, ses nombreux voyages à l’étranger, sa famille, ses contacts, l’aéroport ou il a atterri. Je ne vous cache pas que pour l’instant nous n’avons aucune piste. Le fils du président est par conséquent la seule, ça peut vous sembler futile, mais croyez moi c’est sans doute la case départ de cette journée, qui je le précise sera longue. Je sais que certains d’entre vous n’ont pas dormi depuis plus de 24 heures, j’en suis vraiment désolé mais je ne tolérerai aucune fatigue de votre part et vous demande de faire le maximum. Si l’un d’entre vous ne s’en sent pas capable, il est temps pour lui de me présenter sa démission, qui prendra effet immédiate. Quant à vous Tony, je veux que vous appeliez notre contact d’Irak, Paul Zerweck.
-Il m’a joint il y a déjà deux heures pour me dire qu’il n’y avait aucun changement, et m’a promis de me rappeler au moindre changement, répondit l’agent Almeida.
-Mieux vaut être sûr Tony. De toute manière, ça ne coûte rien de le joindre.
-Sauf la communication, rétorqua Alex Manrex qui arriva juste en face du nouveau directeur de la CAT et avait bien entendu la conversation en cours.
-Tony, appelez-le. C’est un ordre, reprit Mason excédé par le patron de la CIA. Que désirez-vous monsieur Manrex ?
-Je venais vous voir, pour que vous veniez signer ce document, dit-il en montrant un papier.
-Qu’est-ce que c’est ?
-L’informaticien Pressman a peur de détruire malencontreusement, en allant trop vite, la bande envoyée par la NSA.
-Dîtes lui de ne pas confondre vitesse et précipitation.
-C’est ce que je lui ai suggéré. Mais au cas où, ce document serait une demande à la NSA pour que cette dernière puisse analyser sa bande en question, en effet, l’agence a gardé une copie.
-Vous avez un stylo ?
-Tenez !, en sortant un stylo qui se trouvait dans sa veste ».
9h42’00’
A l’intérieur d’une ferrari bleue aux vitres flexibles, garée tout près de l’ambassade américaine d’Irak, un portable vibra. Le propriétaire de la voiture, qui se trouvait au volant et semblait ne pas avoir dormi depuis la veille, le décrocha et dit :
“Zerweck, avec une certain fatigue dans la voie.
-Salut, c’est Tony.
-Ah! Salut, bon de mon côté il n’y a pas eu de changement depuis tout à l’heure. John Harris est probablement en train de préparer son entretien d’avec le président. Ce qui pourrait expliquer le fait qu’il n’est pas bougé depuis cette après-midi.
-Ok. C’est ce que je voulais savoir. Bon, au moindre changement tu nous préviens ?
-Je n’y manquerai pas.
Au moment où Tony s’apprêtait à raccrocher le téléphone, il entendit dire :
-Attends Tony, l’ambassadeur vient à l’instant sous mes yeux de sortir de l’ambassade.
-Tu penses qu’il se rend au rendez-vous prévu avec le président.
-C’est impossible. Le président est actuellement en réunion avec ses généraux et chefs d’état-major, et ce jusqu’à 21h30. Peut-être que John Harris ne veut pas arriver en retard à cause des embouteillages. S’il y va, il va arriver là-bas avec une sacrée avance.
-Suis le, et tiens nous au courant.
-Il faut que je te laisse Tony, il vient de monter dans le taxi de son chauffeur. Je te rappelle dès que possible.
A ce moment précis, l’agent Almeida entendit trois coups de feu résonner dans le téléphone. Du sang giclait à l’intérieur du véhicule, tachetant Zerweck et les vitres brisées, ainsi que le pare-brise. Zerweck venait de se faire abattre par un garde de l’ambassade. Paul mourut sur le coup. Le garde termina la conversation via la cellule en éteignant le portable. Tony criait de toutes ses forces :
« Paul, Paul, Paul, vous m’entendez, si vous m’entendez répondez ! ».
Tony, qui finit par entendre que la ligne avait été coupée, renouvela un nouvel appel, et bien évidemment il tomba sur la messagerie du regretté Zerweck. Tony avait comme un mauvais pressentiment. Il songeait bien au fait que Zerweck venait de se faire abattre. Par conséquent, il courut jusqu’au bureau de Mason avant de dire à ce dernier :
« Je viens de parler à Zerweck, tout était normal jusqu’au moment ou Paul a vu Harris s’apprêter à quitter l’ambassade.
-Est-ce qu’il sait à quelle heure va avoir lieu la rencontre entre les deux hommes ?
- Non, il ne le savait pas mais il m’a affirmé que le président Hallouin était en réunion avec ses généraux, et ce jusqu’après la fin de l’heure. Je lui ai demandé de suivre l’ambassadeur pour savoir ou il allait et après cela…
-Bien, beau boulot Tony. Il nous rappellera quand il sera arrivé à destination ?
-Je crains qu’il ne puisse pas le faire.
-Que voulez-vous dire ?
-Au moment où il allait raccrocher, j’ai entendu des coups de feu, et la ligne a été coupée. J’ai comme un mauvais pressentiment monsieur Mason.
-Vous avez essayé de le rejoindre depuis ?
-Oui, mais je suis tombé sur sa boîte vocale.
-Et merde ! Il faut que je prévienne Jack ».
9h48’24’
(20h48'24'')
L’équipe « Tempête du désert » entendit un téléphone portable vibrer, c’était celui de Curtis Manning. Il le décrocha après l’avoir sorti de la poche de son blouson noir.
-"Manning ?
-Ici, George Mason, patron de la CAT. Il faut que parle à Jack Bauer immédiatement.
-Bien, je vous le passe, en tendant son portable à Bauer.
-Ici Bauer, je vous mets sur haut-parleur George.
-Je crains qu’à l’heure qu’il est, Zerweck soit mort.
-Et merde. Qu’est-ce qui s’est passé ?
-Alors que l’agent Almeida était en communication avec lui, il a entendu trois coups de feu résonner dans le téléphone et plus rien.
-Vous avez essayé de le rappeler ?
-A plusieurs reprises Jack, intervint Tony.
-Tony, est-ce qu’il a eu le temps de te dire à quelle heure allait avoir la rencontre entre l’ambassadeur et le président Hallouin.
-A vrai dire, la dernière chose qu’il m’a dite, c’est que Harris s’apprêtait à quitter l’ambassade. Je lui ai demandé de le suivre et puis…
-C’est pas vrai.
-Ecoutez Jack, étant donné cela, vous comprenez que le plus sage est d’aller directement au palais de la république. Comme ça vous êtes sûr d’y croiser tôt ou tard John Harris reprit George Mason.
-On n’a pas le choix. Vous avez, ne serait-ce qu’une idée de l’heure approximative de la rencontre entre les deux hommes ?
-L’informaticien Milo Pressman y travaille Jack.
-C’est pas vrai, George. Il faut faire plus vite. Notre vie en dépend.
-On en est conscient Jack. Sachez seulement une chose : le président Hallouin est actuellement en salle de réunion avec ses généraux jusqu’après la fin de l’heure.
-Ok. On se rend au palais de la république.
-Ca va aller Jack, dirent en même temps Tony et George.
-Ca risque d’être dur. On n’a pas envisagé cette option. On vient de travailler sur les plans de l’ambassade, pas sur ceux du palais. Il va falloir qu’on improvise une fois là-bas. Il faut que je vous laisse, on doit se mettre en route.
-Entendu Jack, et bonne chance.
-Merci".
9h54’16’’
A l’intérieur d’une discothèque, un homme était accoudé à un bar avec à la main un verre de tequilla sunrise. En arrière son, on pouvait entendre « Let’s groove » des Earth Wind and Fire. Au moment ou l’homme s’apprêtait à aller offrir un verre à une danseuse qui venait de finir son service, son téléphone se mit à sonner. Cela l’excéda fortement. La danseuse en question qui s’était rendu compte de la démarche de son probable futur client parût soulagée. Elle allait avoir encore quelques minutes de tranquillité avant de reprendre son boulot. Elle n’aimait pas son travail, mais était obligé de le faire pour pouvoir nourrir ses trois enfants.
-"Hallouin ?
-C’est moi. Reynolds est mort mais…
-Je sais, j’ai entendu à la télévision. Et pour Jack Bauer et son équipe « tempête du désert ».
-Tu as ma parole, ils seront morts avant ce soir.
-J’ai lu le dossier de Bauer. Il ne sera pas facile à faire tomber. Tu sembles bien optimiste. Il serait tout à fait capable de faire capoter toute l’affaire. Je regrette que ce genre d’individu ne puisse pas être corrompu. Il nous serait d’une aide bien précieuse. Parfois, je regrette qu’on doive tuer ce genre de patriote, mais c’est notre bouleau.
-Gilberto est mort.
-Quoi ?
-C’est son employeur qui l’a tué. Et le pire est qu’il a tout deviné. Il sait tout sur nous à présent et devient dangereux.
-Bordel de merde. Retrouvez-le et tuez- le. C’est clair ? Sinon pourquoi je vous paie ?
-Entendu monsieur Chris Hallouin".
Chris Hallouin raccrocha énervé. La danseuse, qui ignorait qu’il s’agissait du fils du président s’approcha de lui. Ce dernier n’était plus d’humeur et par conséquent la repoussa d’un signe de la main. Elle partit vexée sans rien y comprendre.
09h59'57''
09h59'58''
09h59'59''
10h00'


Dernière édition par dr house le Ven 22 Jan 2010 - 4:06; édité 4 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
dr house
Conscience de Jack
Conscience de Jack


Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 1675

 Message Posté le: Mar 12 Jan 2010 - 2:55    Sujet du message:
Répondre en citant

A EFFACER!
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
:: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum » Fan-fictions 24-fr » La mission Hallouin.
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 


- Ce site n'est en aucun cas un site officiel de la série "24" - "24" TM and © Fox and its related companies. All rights reserved - CNIL 1025857 -

Powered by phpBB © 2005 phpBB Group - Traduction par : phpBB-fr.com - Sonnerie 24 - BSG Encyclopédie - SeriesNews