24-FR Site des fans de la série 24 heures chrono Boutique 24!
Connexion S'enregistrer Rechercher Galerie Photos :: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum
Fan-fiction de Mr. Jack S3: Opération Eclipse
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
:: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum » Fan-fictions 24-fr » Fan-fiction de Mr. Jack S3: Opération Eclipse
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Seriez-vous interessé par le concept de mettre des images s'inspirant du réçit ( forêts, rues, champ de bataille... ) ?
Oui
63%
 63%  [ 54 ]
Non
14%
 14%  [ 12 ]
Peu importe
22%
 22%  [ 19 ]
Total des votes : 85

Auteur Message
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Dim 25 Mai 2008 - 2:07    Sujet du message:
Répondre en citant

J'ai déja bouclé le tiers de l'épisode, et je voulais préciser que l'épisode se décomposait en 4 parties, à chaque fois délimitées par les split-screens (toutes les 15mn donc).

- La 1ère partie introduit les enjeux finaux et résume les points à régler
- La 2ème partie est plus centrée sur l'action, c'est là que tout va pèter Twisted Evil
- La 3ème partie conclut les intrigues avec quelques rebondissements
- La 4ème partie, bien que ne manquant pas d'action et de rebondissements est une ouverture à la saison 4

Je fais de mon mieux pour conserver un rythme dynamique et opressant, donc je vais peut-être retoucher quelques dialogues afin que la tension en baisse pas d'un cheveux Smile

Par ailleurs, je suis en train de préciser le scénario de la saison 4, comme je l'écrirais quasiment après le dernier épisode, mais je donnerais des détails un peu plus tard Wink
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Jeu 05 Juin 2008 - 14:41    Sujet du message:
Répondre en citant

Encore quelques précisions sur le dernier épisode.
Les 3/4 sont écrits, et l'épisode sera à peu près de la même longueur que le final de l'année dernière.

Seulement il se passe énormément de choses, d'intrigues à résoudre de façon cohérente, de n'oublier aucun détail et de conclure les plot lines des personnages que je pense ne pas mettre les coupures pub de 5mn (ça ne signifie pas qu'il n'y aura pas de split screen bien sûr).

Car dans le cas contraire, j'ai bien peur que l'épisode dépassera les 60mn de temps réel, et la conclusion de certaines intrigues pourraient paraitre baclé.

Il me reste encore beaucoup de travail de relecture et de correction, car je veux vraiment que ça fasse un bloc uni avec le reste, particulièrement l'épisode 23, qui est en quelque sorte la première partie du final. Smile
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Mer 18 Juin 2008 - 17:50    Sujet du message:
Répondre en citant

Episode terminé ce soir, et je vais tenter une publication dans la nuit, même s'il me reste un gros travail de correction et de publication.

Mais comme je pars demain en vacances, faut que je boucle ça avant, afin de commencer la saison 4 (et oui, enfin !) dans la semaine.

En tout cas, je peux affirmer avec certitude qu'il s'agit d'un des épisodes les plus riches que j'ai fait, énormément de révelations et de nouvelles pistes pour la saison à venir, et j'ai vraiment cherché à y placer tous les ingrédients pour que les attentes des fans de 24 soient ravis Smile
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Ven 20 Juin 2008 - 0:14    Sujet du message:
Répondre en citant

L'épisode 24 est disponible ainsi que le fichier en format rar qui comprend tous les épisodes Very Happy

Tout a été dit précedemment, il n'y a pas grand chose à rajouter. De l'action, du suspens, des rebondissements, un cocktail assez explosif en perspective Cool
Beaucoup de réponses, beaucoup de nouvelles questions aussi pour la saison à venir.

En conséquent, l'épisode est plus long que les précédents, mais je pense que si vous êtes allé jusque là, vous n'allez pas vous arrêter à un épisode de la fin Twisted Evil
Et puis je ne fais pas ça pour vous faire chier. C'est vraiment très particulier car il me restait beaucoup (trop ?) d'intrigues à conclure, et peut-être qu'en 2 épisodes, ça serait mieux passé...
Quoiqu'il en soit, au niveau du temps réel, ça équivaut à 1h Wink
Puis ce n'est pas comme si c'était quelques pages de lectures barbantes, chaque scène et dialogues sont vraiment importants dans cet épisode, et j'espère que vous prendrez de plaisir à le lire.

Je vais le présenter en 2 posts à cause de la coupure inexpliquée qui survient toujours en fin de post. Je vais tâcher de livrer une bonne présentation.

Niveau ambiance, j'ai pas mal écouté la B.O. de Metal Gear Solid 4 en écrivant, donc j'y ai intégré cinq musiques du jeu en liens. A vous de voir pour les écouter ou pas...
Même procédé que d'habitude, hormis un morceau (Paradise Lost), où j'ai mis un lien rapidshare puisque la taille dépassait 2 Mo.
Pour le reste, il y en a 2 à télécharger sur mon hébergeur et trois autres à découvrir sur des liens Youtube. Wink

J'ai mis beaucoup d'énergie dans cet épisode (et dans la saison toute enitère bien sûr), j'espère vraiment qu'il vous plaira, et je ne reste pas fermé à entendre vos critiques, je sais qu'il y en a, c'est de loin pas parfait, surtout au niveau du style.

Néanmoins, je crois avoir fait pas mal de progrès depuis le début de la saison. L'écriture de cette fan-fiction est un bon exercice au travail d'écrivain.

J'ai toujours dit que les bons écrivains sont ceux qui savent dire beaucoup de choses en peu de phrases, donc avec un vocabulaire très précis et descriptif, ce qui suppose de bien maîtriser la langue. Je sens que ce mécanisme vient peu à peu, même s'il me reste beaucoup de choses à améliorer (et je suis encore très loin de bien maîtriser la langue Laughing ). Et je n'aurais pas la prétention de me dire écrivain ( Exclamation ) , mais j'essaie de me corriger sans cesse pour justement en dire beaucoup avec peu et éviter en même temps que la taille de l'épisode soit trop conséquente (ce que j'ai raté pour l'occasion Laughing ). Peut-être que je m'appuie un peu plus sur le travail d'auteur des idées. Je n'ai jamais été excellent dans l'écriture, mais j'espère quand même m'améliorer dans ce domaine...

En tout cas, je suis content d'avoir fini cette saison, et j'en suis assez fièr car elle représente deux ans de travail qui n'ont pas toujours été simples à gérer avec le travail à côté...

Et donc je m'excuse une dernière fois d'avoir fait attendre mes lecteurs avec de grands retards...
Je vais faire tout mon possible pour que ce soit plus régulier avec la saison 4 (même si en théorie, j'aurais plus de boulot pour les cours).
Je me fixe le premier objectif d'un épisode toutes les deux semaines. Cela implique donc des épisodes plus courts, qui ne dépassent pas les 15 pages, ce qui est déja beaucoup.

Le second objectif est de taille, tout simplement proposer une saison d'une qualité encore meilleure que celle-çi. Car si à mon sens, je le répète, il y a énormement de choses à corriger au niveau du style, j'ai vraiment essayer de pousser toujours plus loin ma créativité et de créer un univers cohérent où beaucoup de choses sont reliés, sans pour autant aspirer à la théorie du complot parfaite.

Je vois quand même mal comment je pourrais proposer quelque chose de plus complet (après les histoires peuvent ne pas plair c'est sûr ! ), dans la mesure où si j'aurais vu que les épisodes pouvaient encore être comblés scénaristiquement parlant, je l'aurais fais d'avantage. Il est hors de question de poster un épisode dont je suis insatisfait, où si je juge que j'aurais pu faire mieux (car souvent, on remarque les erreurs après coup ! ). Et je ne peux pas me permettre de repasser toute la saison au peigne fin en corrigeant ce qui est moins bien.
Mais bon, si de votre opinion, ça pourrait encore être plus complet j'apprécierais bien une petite discussion pour voir quelles seraient les failles Smile

Il y a forcément quelques storylines que je regrette un peu plus, et d'autres dont je suis plus fièr, mais j'ai réussi à gommer presque intégralement cette erreur faite en saison 2, à savoir écrire des intrigues qui me plaisaient moyennement.

Je crois que ce qui m'a de plus en plus déterminé à écrire avec le temps, c'est justement de faire quelque chose qui me plaise de plus en plus, notamment parce que c'est mieux amené, mieux formulé littérairement, que ça implique la réalité historique parfois...

D'où l'ambition d'écrire une saison 4 qui convient parfaitement à mes attentes, ce qui n'est pas chose facile puisque je vois régulièrement des choses à critiquer Laughing

Mais sans l'idée d'un challenge, je ne peux pas progresser, et il n'y aurait plus aucun intéret. Il me reste encore un long chemin à parcourir, et je ferai tout pour qu'il ne s'arrête pas après l'écriture de la saison 4 Smile
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Ven 20 Juin 2008 - 1:07    Sujet du message:
Répondre en citant

Précédemment dans la fan-fiction " Opération Eclipse " :

Afin de localiser Tony, Jack décida de retourner auprès de Cassandra, en étant finalement convaincu, par logique, qu'elle était dans son camp. De plus, grâce aux indications de Linda Radford, qui connaissait la zone où pouvait siéger Bergman, Michelle prépara une opération sur la zone en question. Coordonnée avec la cellule de Washington, Caïn devait s'en charger après avoir réglé les relations conflictuelles avec le ministre coréen, mécontent d’ignorer où se trouvait Kao - San Lee. En même temps, Caïn se chargeait de médiatiser l'affaire des prisons clandestines, dont une se situait en Biélorussie, en espérant que Lane soit tenu pour responsable après son éviction, sur le point de se faire.

En Biélorussie, au studio télévisé national, Vargas, le vieil ami de Drakov se servait du président Yechevko, de Morrow et Matters, puis de quelques civils pris en otages pour diffuser l'information expliquant qu'il prenait la tête du pays, en précisant que son ambition était de dénoncer la présence des prisons secrètes, pour en réalité, empêcher l'ennemi américaine de tenter toute intervention. Préoccupés par le procès désiré par l'ONU, les USA étaient obligés de répondre aux exigences de Drakov et Vargas s'ils ne voulaient pas que l'affaire se médiatise. Pourtant, d'après Rosenberg, cela faisait toujours parti du plan.
Etrangement, ce dernier ordonna à Jack et Cassandra, sur place, cachés, d'intervenir et d'éliminer la menace Vargas, malgré les risques, comme s'il souhaitait bien que les américains soient pointés du doigt suite à l'existence de ces prisons. Drakov emmena Lyle Davies dans l'une d'elles, qui ressemblait plus à un camp de concentration qu'à une prison. Sans même hésiter, le biélorusse élimina le delta, qui succomba au gaz mortel.

Rosenberg n'avait plus qu'à gérer le cas Radford/Lane, puis Caïn. Au lieu d'éliminer l'ancien directeur Delta, il le laissa aux mains de Palmer en lui demanda de jouer un double jeu et de devenir agent de désinformation pour éviter que Lane ne craque. Cela lui évitait aussi d'être supprimé par les russes. En même temps, Novick s'assura que Scamps livre son témoignage sur le président du Congrès pour le décrédibiliser médiatiquement. Il prit donc la décision d'éliminer Carl Webb, sans en avertir Palmer.
Concernant Caïn, Bergman avait demandé à Tony de faire office d'informateur pour envoyer l'agent fédéral sur de fausses pistes. Pourtant, il ignorait tout au sujet du prince Nazr: Caïn lui avait demandé de fournir un enregistrement évoquant le lien entre Lane et Idéon, et la pression que le consortium exerçait sur les pays du Moyen-Orient, pression qui les obligeaient à baisser les exportations de pétrole en Europe pour enrichir Idéon, ce qui avait attisé la colère de la Biélorussie. Suite à leur décision d'arrêter la vente d'armes, fournies par les russes à l'origine, vers le Moyen-Orient, Nazr a alerté la Russie, qui s'est donc chargé de couper le transport de gaz pour forcer les biélorusses à relancer le marché. Ainsi, par cet enregistrement, Nazr espérait livrer une garantie pour qu'Idéon et Lane cessent leur politique de domination.



Episode 24 : ( 01h00 - 02h00 )

Ces événements se déroulent le jour de l'opération Eclipse, entre 1h et 2h, heure biélorusse.



La guerre avait changée.
Le regard vide, Mikhael Drakov contemplait le cadavre de Davies, gisant au milieu de la chambre à gaz.

La souffrance était devenue presque invisible, les mots inexistants, le silence l'emportait toujours après la souffrance et les cris. On avait honte de cette réalité, même le souvenir en était trop brutal, et Drakov ne le savait que trop bien. Rien n'était plus dur que de supporter ce lourd silence, d'enfermer toute peine, tout souvenir au fond de soi et d'oublier qu'elle sommeillait toujours au fond de nous.
Dans toute son activité violente, le silence cristallisait les peurs et toute opportunité de dialogue.

Le mensonge et le secret l'emportaient bien trop souvent. Pourtant, la guerre était encore là, aussi invisible qu'on se forçait à le croire.


- " Vous en êtes sûr ? ", s'interrogea le ministre coréen au téléphone " ... bien, je vais avertir Palmer de votre décision "

Il se leva de la banquette arrière et retourna sous le déluge incessant, pour informer le président de sa décision au sujet de Lee.

- " M. Palmer, sachez que je viens d'apprendre de bonne source que notre homme pourrait avoir été torturé, voir pire, assassiné. Etant donné la situation, je ne vous laisse pas le bénéfice du doute, et mon pays a décidé de contre-attaquer immédiatement "
- " Que voulez-vous dire par là ? "
- " Je crois savoir que l'ONU compte vous mener en procès après votre opération clandestine en Biélorussie. Nous avons pris position auprès d'eux, et nous allons les soutenir dans ce processus en leur délivrant certaines preuves de votre implication intolérable là dedans "
- " Mon implication ?? Il y a quelques heures encore, je n'étais pas au courant de cette opération ! C'est insensé ! ", sous l'attention de Caïn
- " Vous êtes lié d'une façon ou d'une autre à M. Radford et à M. Rosenberg, qui avaient connaissance de toute cette affaire. Croyez-moi, ces informations seront suffisantes pour produire un retrait de vos troupes partout dans le monde, et stopper votre propagande "
- " Je ne tolèrerais pas un instant de plus vos menaces ! Vous savez comme moi de quoi nous sommes capables... "
- " Je sais surtout ce dont vous n'êtes pas capable, et vous n'êtes pas en position de riposter contre nous avec ce qui vous arrive aujourd'hui. Malgré l'heure tardive, je vous donne un délai d'une heure pour me prouver que M. Lee va bien. Passé ce délai, la vérité sera révélée, je vous le promets M. Palmer ! "

C'était sans appel que le coréen retourna dans sa voiture, n'ayant plus la patience d'attendre un retour miracle de Lee, qui avait bien été assassiné, décision qui allait bientôt se retourner contre Rosenberg, pourtant si confiant à l'issue de cette journée.

- " Vous pouvez me rendre un service Danny ? "
- " Bien entendu Monsieur ", en avançant vers le jet qui l'attendait
- " Contactez les Deltas au plus vite, ordre d'extraction immédiat. Si la Corée fourre son nez là dedans, ça sentira mauvais pour nous "
- " Entendu. Mais qui s'occupera de la prise otages ? "
- " J'ai deux deltas à l'intérieur du studio, mais nous ne pouvons plus attendre. Et même si nous agissons, la Corée va découvrir que nous étions sur place "
- " Pas si nous passons pour l'armée biélorusse. Une fois les civils sauvés, là nous lançons l'extraction "
- " A deux ? C'est impossible, d'autant plus que l'OTAN hésite à intervenir...Assurez-vous qu'un hélicoptère armé les ramasse en bas du studio. On s'occupera de Vargas plus tard "
- " Bien Monsieur "
- " Bonne chance pour votre opération. Et ramenez-moi Bergman "

Caïn pénétra à bord de l'avion qui devait l'emmener jusqu'à la base de Snake River, entre Washington et le siège Delta. Toute une brigade d'intervention était déjà prête, sous le commandement de l'agent fédéral qui s'impatientait, prêt à tout pour découvrir la signification de cette Coalition.


[01:05:13]


Scamps jouait à son enfant capricieux, persistant à ne rien dévoiler tant que Webb n'était pas éliminé. Malgré ces mesures extrêmes, Novick avait déjà lancé l'ordre, et s'apprêtait à tirer le maximum d'informations de Radford avant que Lane ne soit décrédibilisé:

- " Dieu merci, sans vous je n'aurais pas donné chère de ma peau... ", signala Radford
- " Pourquoi dites-vous cela ? "
- " De sérieuses menaces de mort il y a une heure "
- " Ca pourrait expliquer les deux hommes assassinés dans le van ", murmura Wayne à l'oreille de Novick
- " Qui, et que voulaient-ils ? "
- " Que je garde le silence. Je les connais, ils sont capables de tout "
- " Vous voulez donc notre protection en échange de vos informations ? ", déduit le frère du président " Nous n'avons pas à négocier. Nous avons assez pour un procès, et pour l'organisation Delta aussi ! "

Le regard de Radford oscillait entre les deux hommes face à lui.

- " Ce matin, vous avez dit aux deltas que les avions attaquant la base étaient des TU-22. C'était faux, ils n'étaient pas identifiables. Vous cherchiez à rendre coupable les biélorusses. Pourtant, d'après mes renseignements, Lane aurait avoué à la Corée que les avions étaient de production européenne. Votre objectif était de troubler tout le monde: la vérité, c'est que vous avez ordonné le raid aérien sur la base militaire à 3h ce matin ", expliqua Novick
- " Qu'attendez-vous de moi ? ", sans nier
- " Nous pouvons vous éviter ce procès. Seulement, nous voulons savoir de qui venait cet ordre. Lane n'est pas à lui seul à l'origine de tout ça. De même que vous saviez pour Bergman et les prisons secrètes "
- " Que voulez-vous que je dise ? La CIA en a fait construire partout en Europe. Autriche, Hongrie...Ce n'est pas de ma faute s'il a reçu l'ordre de ne pas en parler au président ! "
- " Donc depuis le début vous étiez au courant et vous n'avez rien fait ? "
- " Vous ne comprenez pas, notre objectif était d'attirer Drakov ! Et nous sommes en passe de réussir "
- " Drakov ? Mais nous ignorons totalement où il est... "
- " J'ai bien disposé mes pions, mais je ne pouvais pas parler à Palmer de notre alliance avec les russes, il n'aurait jamais été d'accord. Je n'ai jamais perdu le contrôle des opérations, et si vous me laissez l'occasion de retourner aux commandes, je peux vous assurer que Drakov sera à nous dans la journée ! "
- " Arrêtez vos mensonges, vous êtes encore de mèche avec Bergman ! ", s'indigna Palmer
- " Bergman n'est pas à la tête de la CIA pour rien, il tient vraiment à Drakov, ça a toujours été son objectif ! "
- " Dans ce cas dites-nous où il se trouve et nous en discuterons avec lui "

Leur révéler l'emplacement du siège était le seul moyen de regagner leur confiance, et il savait que si l'information s'échangeait, Bergman allait apprendre qu'on préparait une intervention et allait donc avoir le temps de s'échapper.

- " Base de Snake River, quartier nord, 3ème sous-sol "
- " C'est ce que la cellule m'a dit ", confirma Wayne " Si on met la main dessus, on pourrait découvrir ses connections russes. Et si jamais Bergman s'avère être un agent double... "
- " Bien sûr que non ! Il en sait plus sur eux que l'inverse. Maintenant écoutez-moi bien, nous n'avons plus beaucoup de temps. Je dois connaitre la situation à Minsk et savoir comment sont disposés mes hommes. Nous avons encore une chance de retrouver Drakov, et Vargas par la même occasion "
- " Comment ? "
- " Par une connaissance commune... "


La panique ne cessait d'accroître au studio qui surplombait Minsk, point d'apogée où tout se jouait en ce moment. Matters et Morrow se préparaient à une potentielle intervention des deltas, tandis que Vargas venait tout juste de terminer son discours, en précisant certains points sur son accession à la présidence:

- " Qu'est-ce qui est prévu maintenant ? ", demanda son second
- " Je vais m'envoler pour la résidence. J'attends de voir si les américains réagissent "
- " Combien de temps on garde les otages ? "
- " Je dois être hors d'atteinte. Les américains voudront m'éliminer. Si c'est le cas, tuez les plus jeunes en premier "
- " Et pour Yechevko ? "
- " On ne peut pas le tuer publiquement "
- " Les gens savent que nous le tenons... "
- " J'ai précisé que s'il est ici, c'est pour éviter tout offensive rebelle, et pour le tenir loin des russes "


Derrière le conduit au niveau de la régie, Cassandra était restée en contact avec McGrady, qui recevait ses ordres directement de Rosenberg. Jack évaluait la situation en se préparant à une intervention comme le secrétaire d'Etat l'avait exigé:

- " Onze hommes armés en visuel, plus ceux qui sont dans le couloir et la vingtaine à l'extérieur ", calcula le capitaine
- " Quand ça ? ", chuchota t-elle en replaçant son oreillette
- " Tout de suite, ordre du président. L'hélicoptère sera là dans moins dans dix minutes, alors vous devez éliminer Romanenko maintenant ! ", exigea l'agent de liaison
- " On ne peut pas faire ça en dix minutes ! Ils sont une dizaine d'après Jack, et juste à l'intérieur "
- " Je répète, Palmer exige une extraction immédiate ! "
- " Quel est le point d'exfiltration ? ", demanda Jack
- " 800m au sud-ouest du studio, la garde est relâchée et il y a un terrain plat "
- " Quel est le modèle ? "
- " Un AH-64 Apache "
- " On va faire autrement alors... ", suggéra le delta avec une idée en tête

Transpirant, Vargas fixait les dernières consignes avant de partir du studio. Cassandra gardait un oeil sur lui.


A la CAT de Los Angeles, les portes d'accès à l'extérieur s'ouvraient enfin après plusieurs heures de cellule de crise, Palmer ayant exigé une baisse du niveau d'alerte pour stopper le contrôle étouffant de la CIA.
Le directeur de la Division, Ryan Chapelle, qui était annoncé depuis plus d'une heure entrait enfin dans ces bureaux qu'il aimait diriger avec tant de fermeté et d'aigreur.

- " On est bien d'accord, personne ne doit savoir pour cette intervention ? ", s'accorda t-elle par téléphone
- " Personne ne sait, surtout pas Bergman. Je vais arriver à Snake River dans une quinzaine de minute et le prendre de surprise "
- " Faites vite, nous n'avons plus beaucoup de temps ! D'ici peu, la CIA va l'apprendre, d'une façon ou d'une autre !
- " Faites-moi confiance "
- " Je dois vous laisser "

- " Ah, Michelle, vous avez reçu mon message je suppose ? ", questionna Chapelle en se précipitant sur elle
- " Au sujet de Mack, qui a été relaxé ? "
- " C'est exact. D'après lui, Chase l'aurait manipulé pour mettre fin à la cellule de crise "
- " Ce n'est pas possible ", intervint Chase, derrière le directeur
- " Pourquoi donc ? "
- " Parce que je travaille avec la CIA. Ils m'ont placé ici pour surveiller Tony ", avoua t-il
- " Ca risque de vous coûter cher, vous auriez dû nous en informer ! "
- " Pas selon la CIA. Ils ont exigés que ça reste secret. Ca faisait parti des conditions pour que je reste ici. Maintenant si vous voulez me mettre des bâtons dans les roues, faites-le, mais nous devons retrouver Tony au plus vite "
- " Des pistes ? ", pour ne pas évoquer la sanction qu'il allait imposer
- " Aucune pour le moment, mais la CIA et le FBI seraient sur quelque chose. Pour le moment l'ordre est de lister les potentiels terroristes biélorusses et russes présents à L.A "
- " Vous me ferez un débriefing complet dans 1h, pour l'instant je dois m'entretenir avec l'agent Barney et voir ce que l'enquête sur Almeida a donné "

Dès que Chapelle avait le dos tourné, les deux agents s'isolaient derrière un poste libre.

- " Tout devient clair maintenant...la CIA avait placée Mack dans l'éventualité d'une cellule de crise pour nous surveiller ", déduit-elle
- " Mais à quoi j'aurais pu servir alors ? "
- " Je ne sais pas, la CIA te testait peut-être... "
- " Me tester ? J'ai passé l'âge d'être un pion, je ne suis à la solde de personne... ", presque vexé
- " On l'est tous Chase "
- " Quand on a peur du destin peut-être. Mais je sais où je vais, et j'ai suffisamment d'expérience pour être un bon agent de terrain "
- " Je ne dis pas le contraire, mais tu ne sais pas ce qui peut arriver, la vie nous joue des tours. Il suffit d'un accident sur le terrain et du jour au lendemain, nous prenons une autre direction "
- " Il ne m'arrivera rien crois-moi. Et si quelqu'un tente de me tester, je découvrirais qui "

Chase semblait obstiné à poursuivre la même quête que Jack avait entamé quelques années auparavant, prêt à tout pour découvrir les personnes à l'origine des mécanismes qui régissaient ce système corrompu, prêt à faire émerger sa morale patriotique, prêt à se lancer à corps perdu au combat.
C'était bien dans ce processus que se situait le tragique. Cette situation se répétait au fil des générations, et combien d'hommes finissaient désenchantés d'avoir perdu tant d'années à s'investir dans une quête qui n'était au fond qu'une spirale infinie.


En voyant que la situation était devenue inespérée, Cassandra n'était plus aussi favorable qu'auparavant à intervenir par action directe:

- " Yechevko n'est pas notre responsabilité, le mieux à faire pour notre gouvernement est de laisser l'OTAN tenter une intervention, mais ils ne le feront pas ", expliqua Jack
- " Mais si nous sauvons Yechevko, il nous sera reconnaissant, et pourrait abandonner les charges contre la violation territoriale "
- " C'est pour ça que nous devons le faire, même si Palmer n'est pas d'accord "
- " Tu as entendu McGrady, nous devons partir tout de suite ! "
- " Je ne laisserais pas Jason et James ici ! "
- " Je sais, mais il y aura trop victimes...et on sera jugé dès notre retour "
- " Ce n'est plus question de patriotisme. L'Europe entière dépend de la survie de Yechevko, ainsi que l'influence exercée par la Russie. Je ne me bats pas pour un homme mais pour des valeurs. Si on arrête pas ça tout de suite, la Biélorussie va continuer de se transformer en dictature et ils peuvent dire adieu à leur indépendance ! Ce n'est pas les mérites que tu vantais ? "
- " Ce n'est pas parce que l'indépendance a toujours fait des morts que nous sommes obligés de passer par là "
- " On ne peut pas épargner nos ennemis, le temps nous est compté et si on agit pas maintenant, et de cette manière, il sera trop tard ! "
- " Tu crois vraiment qu'on peut réussir à nous deux, sans faire de dommage civils ? "
- " J'en suis certain ", en enfonçant le chargeur de son arme d'un coup sec


Un camion militaire attendait déjà Caïn près de la base de Snake River.
Matters avait identifié la situation des quatre soldats autour de lui.
Vargas faisait les cent pas en attendant que la passation de pouvoir soit proclamée par le nouveau juge.
Novick discutait au téléphone, probablement au sujet de Scamps.
Carl Webb parcourait une ruelle déserte de Chicago.



[01:12:45]


- " Monsieur Webb, agent Hayter, CIA ", en montrant sa plaque " Et voici l'agent Veda "

L'ancien bras droit de Palmer, lorsqu'il était encore sénateur, tâchait de ne pas montrer son étonnement ni le moindre signe de culpabilité.

- " Messieurs "
- " Veuillez venir avec nous je vous prie "
- " J'ai fait quelque chose ? "
- " Suivez-nous s'il vous plait "

Plus rangé depuis sa mutation aux Affaires Internes, Webb n'avait aucune raison de s'inquiéter, et exécuta la demande des fédéraux.


Wayne Palmer sentait dans la voix de Radford qu'il restait encore attaché à son ultime objectif, et qu'il ne lâcherait pas l'affaire de sitôt.

- " Je vous en prie, mettez-moi en contact avec les Deltas, je sais comment avoir Drakov ", argumenta l'ex-directeur des opérations spéciales

Novick demeurait embarrassé.

- " Je vais contacter Palmer et voir ce que je peux faire. Mais l'hélicoptère est déjà sur le point de les ramasser "

En voyant que Vargas allait officiellement être déclaré président d'une seconde à l'autre, les Deltas ne pouvait plus perdre une seconde, pris entre les exigences de Rosenberg d'un côté, et de Palmer de l'autre.


Piste n°1: Infinite Loop

- " On va intervenir d'ici ", ordonna le capitaine Delta " En lançant un grenade flash, ça va aveugler les hommes de Vargas mais pas les otages "
- " Comment éliminer ceux qui les surveillent ? "
- " Je lance un signal à Matters, je me concentre sur eux en premier. T'as encore des grenades ? "
- " Oui, quatre ", affirma Cassandra
- " Prend-les pour les six hommes devant le décor ", en dévissant la grille avec un cruciforme intégré à son couteau
- " Ca ne te fais donc rien de tuer Vargas de sang froid ? Je croyais que tu avais changé... "
- " Ce n'est pas gratuit. On peut sauver un pays de la dictature "
- " Il y a de la monstruosité en chacun de nous, je veux juste... "
- " Je sais... maintenant on doit y aller avant qu'il ne soit trop tard. McGrady, vous nous recevez ? ", en empruntant l'oreillette de Cassandra, afin de ne pas se faire repérer avec le brouillage radio
- " Affirmatif, vous êtes prêt pour intervenir ? "
- " Si l'hélicoptère est prêt, oui ! "

Quelques secondes plus tard, Vargas se dirigea vers la sortie, alerté par un de ses hommes.

- " Ses hommes ont dû repérer l'hélico ", remarqua Jack
- " J'ordonne quand même le lancement des missiles ! ", confirma l'agent de liaison

Malgré l'orage naissant, l'AH-64 planait au dessus du studio télévisé, sous les regards surpris des soldats, qui croyaient sans doute à une attaque du gouvernement.

Soudainement, l'hélicoptère utilisa son canon M230 pour décimer la garde de Vargas. L'idée de Bauer semblait marcher, en attirant les biélorusses vers l'extérieur.

- " Qu'est-ce que c'est ? ", demanda un militaire près des otages
- " Un hélicoptère de l'armée ! ", répondit un autre en biélorusse " Ils veulent libérer les otages ! "

- " On y va ! ", confirma Jack en prévenant Matters avec son laser

Cassandra dégoupilla la grenade flash et la balança à droite de la régie, où se trouvaient le caméraman et les soldats qui gardaient l'entrée du plateau. Une intense lumière aveugla les hommes armés, tandis que les deux deltas avaient fermés les yeux au moment de l'explosion. Jack s'aida de ses mains pour descendre au sol, et tira sur l'homme derrière Yechevko puis sur un autre derrière une famille de civils.

Après avoir prévenu Morrow de l'intervention, Matters se roula en arrière afin de saisir le militaire derrière lui, au niveau des mollets, en le faisant chuter par l'étreinte de ses jambes, et puis livra un coup de coude sur sa pomme d'Adam. Dès lors, un autre homme lui sauta dessus, stoppé par une balle qui Jack lui avait logé dans la jambe, puis achevé par Matters qui l'étrangla avant de lui briser la nuque, malgré les mains liées.

Morrow en profita pour lui prendre son canif, accroché au mollet, malgré ses deux mains attachées derrière le dos. Il se détacha, puis Matters ensuite, alors que Jack avait éliminé les deux autres soldats postés à l'étage, prêts à tirer sur les otages. Morrow veilla à sécuriser un partie des otages quand soudain, l'un d'eux reçu une balle perdue. Quelques secondes plus tard, un soldat tira volontairement sur un jeune homme, provoquant le désarroi de Jack. Sans s'y attendre, un biélorusse l'attrapa par derrière, et chercha à mettre le delta à terre. Alors que le militaire était toujours debout, derrière Jack, une main autour de son cou, l'autre sur son torse, le capitaine l'asséna d'un coup de pied au visage d'un mouvement rapide en arrière, puis se releva en le frappant de son pied gauche en pleine tête.

De son côté, Cassandra hésita à jeter une grenade, l'espace d'un instant, alors que les soldats arrivaient en surnombre, puis se décida à la balancer vers l'entrée, pour empêcher l'arrivée d'autres gardes.
La déflagration projeta Jack contre le cadavre d'un des mercenaires exécuté. Dès que la résonance s'estompa, le bruit des tirs libérés par l'hélicoptère refit surface.


[01:17:25]


Sur la côte est, l'avion de Caïn venait d'atterrir. Sans perdre une seconde, il descendit sur la terre ferme et rejoint l'unité d'élite qui l'attendait pour monter à bord d'un hélicoptère, décidément utile dans une journée pareille. Son téléphone vibra au moment de monter. Il constata que Brainer cherchait à l'appeler depuis un bon moment:

- " Kurt, du neuf ? "
- " Pas qu'un peu. Nos analystes ont cherchés à rassembler les donnés corrompues prises sur le serveur de la CIA. Quelques noms incompréhensibles apparaissent, mais il y en a un qui revient souvent "
- " Lequel ? "
- " La Coalition. Entièrement sur les messages à très haut cryptage. Je crois que seul Bergman et quelques autres y avaient accès "
- " Tu crois que c'est lié à Nazr ? "
- " On va le savoir dans peu de temps. Mais le nom de Lane apparaît dans le même dossier. Ainsi que le code CA3. On cherche ce que ça pourrait être "
- " Bergman pourra nous en dire plus. Préviens Palmer, il pourra peut-être faire parler Lane!"
- " Message reçu ! "

Brainer consulta sa montre, craintif que Nazr renonce à ses aveux. Il s'agissait à l'heure actuelle de la dernière option pour justifier les actes des russes à travers le marché qu'ils voulaient tenir avec le Moyen-Orient, et sans le prince arabe, Idéon allait garder toute son influence.


Jack s'approcha d'Anatoli Yechevko, plaçant amicalement sa main dans le dos.

- " M. le président, vous allez bien ? "
- " Qu'est-ce qu'il se passe dehors ? "
- " Un de nos hélicoptère ! Malheureusement, la priorité est Vargas d'après mon gouvernement. Pouvez-vous vous occupez des otages et prévenir une intervention de sauvetage ? "
- " Ou...oui sans doute, mais les soldats contrôlent la ville ! "
- " Le président Palmer négocie avec l'OTAN pour envoyer des troupes dès que possible. La mis en suspens de l'Organisation semble ralentir les choses, mais nous allons sortir le pays de cette crise. On va vous mettre en relation avec le président. Pour le moment, nous devons nous occuper de Vargas avant qu'il ne s'échappe "
- " Je comprends... "
- " Jack attention ! ", hurla Morrow en surprenant un tireur ennemi placé à l'étage

Le delta sauta presque par instinct sur son capitaine, en se prenant une balle à l'épaule. Cassandra élimina aussitôt la menace.

- " Jason ! ", en regardant la blessure
- " C'est rien "
- " Agent Evans, vous me recevez ? "
- " Qui est-ce ? ", demanda Morrow à Cassandra
- " Le pilote de l'hélicoptère. McGrady m'a mis en relation. La situation est quasiment dégagée ici, mais le principal suspect est monté à bord d'un hélicoptère lui aussi "

Elle transmis alors le message au reste de l'équipe, qui prévenait les otages de la situation, tout en les libérant.

- " Combien d'hommes peuvent monter sur le votre ? "
- " Cinq maximum "
- " Alors tenez-vous prêt, on sera dehors dans 1mn ! ", ordonna Cassandra
- " Mais ce ne sont... "

A peine venait-elle de mettre un terme à la liaison qu'elle alerta les deltas de la situation. Jack n'appréciait pas de laisser les civils et Yechevko ici, mais il fallait à tout prix attraper Vargas avant la passation de pouvoir.

- " Ici Bauer, vous me recevez McGrady ? "
- " La liaison est mauvaise... "
- " Combien reste-il d'hommes ? ", presque en hurlant
- " J'en compte...3...5..., tous à l'abri dans le couloir d'entrée ", grâce au scan thermique
- " Ecartez-vous ! ", aux civils " M. Yechevko, emmenez-les dans une pièce sûre "
- " Bien... "

Jack chercha tout autour de lui et attrapa l'extincteur le plus proche, afin d'éteindre le feu dans le couloir. Une fois fait, il laissa le champ libre aux hommes de Vargas.

- " Je me rends ", feint Matters, les mains en l'air, derrière un bureau

Les deux biélorusses qui étaient entrés en premier eurent droit à une surprise qui les avait conduit à la mort...Cassandra et Jack s'étaient parfaitement placé pour les éliminer d'entrée de jeu.
Morrow, qui avait récupéré un fusil d'assaut parvint à achever les deux autres hommes dans le couloir, qui n'avait nulle part où se cacher. Ironiquement, le dernier soldat s'avouait vaincu et se rendait aux deltas.
Alors que Cassandra s'apprêtait à le laisser sauf, Matters le tua froidement d'une balle en plein poumon.

- " Simple précaution... ", en se dirigeant vers la sortie en premier

Bergman ne suspectait pas la moindre intervention, en train de consulter les dernières requêtes informatiques de Tony. Caïn n'était plus très loin.

L'hélicoptère était resté en hauteur, à un mètre. Matters monta le premier, secondé par Cassandra, et puis Morrow, qui regardait l'hélicoptère de Vargas s'éloigner.
A l'intérieur, Jack donnait les derniers objectifs à Yechevko, pour ne pas lui laisser un sentiment d'abandon.

- " Ne vous inquiétez, Vargas doit être la priorité. Si jamais il vous échappe, la Russie n'hésitera pas à annexer l'est du pays pour dénoncer l'existence de ces prisons "
- " Dites-moi juste une chose, c'était réellement votre idée ? ", s'informa Jack
- " C'est votre gouvernement qui a construit ces prisons, la CIA plus exactement. A croire qu'il ne se doutait pas que la Biélorussie et Vargas allaient retourner leur veste "
- " Et si les russes avaient fait ça pour que la Biélorussie ne se tournent pas vers nous ? Avec le pacte de Lane, les relations étaient menaçantes pour les russes, qui ont décidés de couper le gaz en s'assurant que jusqu'au bout, la Biélorussie dénoncera ces prisons. L'Europe fait alors pression sur votre pays, et vous n'avez pas le choix, vous devez suivre le plan de Vargas "
- " Si je suis au pouvoir, c'est grâce à eux et leur fonds. Ils voulaient que je ne renégocie pas les prix du gaz, pour s'assurer de l'embargo jusqu'à admettre notre dépendance envers eux. Mais croyez-moi, Vargas ne se laissera pas faire. Il a d'autres idées en tête, et vous devez l'arrêter maintenant ! "
- " Il est à nous M. le président ", en se précipitant dehors


[01:23:56]


A quelques mètres de la base de Snake River, deux hélicoptères survolaient la zone déserte, presque plongée dans le noir jusqu'à l'entrée du secteur militaire, hormis la lumière portée par les phares qui guidait le camion en dessous. Caïn croisait les doigts en espérant que Bergman ne s'était pas volatilisé, car il restait son dernier espoir pour mettre un terme à cette opération médiatique, et comme Newell le préconisait, stopper le mal à sa racine.

- " Agent Caïn, vous êtes prêt pour l'intervention ? ", demande le pilote
- " Vous pouvez entrer dans la base ! ", en finissant d'accrocher son gilet pare-balles
- " Attendez, un appel pour vous "
- " On a plus le temps ! Dans 2mn on se pose sur le terrain du quartier nord ! "
- " C'est urgent apparemment, un certain Mike Newell "
- " Merde...passez-le moi "

Caïn saisit le casque relié à l'ordinateur de bord.

- " Mike, je vais intervenir ! "
- " J'en ai pour une minute ! Le Washington Post aurait des informations sur toi d'après une source inconnue. Je pense qu'il s'agit d'Eve Thompson, elle travaille toujours pour Lane à mon avis ! "
- " Qu'est-ce qu'ils savent ? "
- " Ils disent que tu es impliqué dans cette affaire de suicide mais que ça pourrait être une couverture. Et le mot Crépuscule revient de plus en plus... "
- " Qu'est-ce qu'on peut faire ? "
- " Une conférence de presse au plus vite, et trouver pourquoi la conseillère de Lane veut t'évincer "
- " Parce que ces personnes savent que je suis prêt de découvrir la vérité ! ", plus qu'à 100m de la base
- " Il va falloir riposter Danny, et avec du concret. Cette histoire de prisons a ses avantages..."
- " Ca a l'air suffisamment gros pour nous faire gagner du temps et retenir la presse. C'est peut-être beaucoup demandé, mais j'aimerais que tu t'occupes du témoignage de Nazr. Arrange-toi avec Brainer, il te dira tout "
- " Bon sang...ça prend des proportions qu'on ne pourra pas maîtriser... "
- " Je te laisse, on va atterrir ", en rendant le casque


Une fois Jack à bord, le pilote était paré au décollage, se dirigeant vers l'ouest afin d'extraire les deltas comme prévu. Conscient des enjeux, le capitaine livra les nouveaux ordres, armé de son 9mm:

- " Je veux suivre l'hélicoptère là bas ", en le menaçant
- " Le président a été formel, je... "
- " Ne discutez pas ! Si on arrête pas cet homme maintenant, le pays sera plongé dans un embargo sans fin et l'Europe restera en crise ", argumenta Cassandra " Nous en prenons la responsabilité ! "
- " La pluie est beaucoup trop forte, je ne vois rien à 100m ! "
- " Servez-vous de votre écran de contrôle ! Maintenez décollez ! ", toujours en pointant son arme

Malgré la rage qui se déployait dans le ciel, les deltas étaient obstinés à suivre Vargas


Dans son bureau, insouciant et apaisé, Frank Bergman, recevait un coup de fil, en ouvrant quelques dossiers sur son ordinateur en même temps.

- " Oui. La Coalition l'avait sur écoute, c'est elle qui a tout divulguée ... ", avoua t-il " Radford avait oublié ce petit détail très contrariant ... Non non, je ne vais plus avoir besoin de lui, je trouverais un autre informateur ... Oui, il va partir dans peu de temps Monsieur, tout est prêt...


De même que la garde de Vargas quelques minutes auparavant, les militaires de Snake River étaient en alerte, se regroupant tous autour du quartier Nord où les deux hélicoptères cherchaient à se poser. Les armes étaient déployées, et le moindre incident pouvait causer l'ouverture des tirs.

- " Vous survolez une zone militaire du gouvernement à accès non autorisé. Veuillez repartir immédiatement où nous ouvrons le feu ", lança un porte-parole entendu depuis les haut-parleurs

Les faisceaux lumineux se croisaient, mêlée au vacarme militaire, ce qui causait une certaine confusion entre les acteurs de la scène.

- " Nous investissons la base, ordre du président. Baissez vos armes et tout ira bien ! ", déclara Caïn par mégaphone
- " Nous exigeons une confirmation officielle du Secrétaire ! "
- " Négatif, cette opération est confidentielle, nous venons arrêter un officier supérieur pour haute trahison ! "

Il ordonna à l'hélicoptère de se poser, pour ne pas laisser à Bergman le temps de fuir, puis une fois à terre, montra le mandat au Lieutenant colonel qui se présentait à lui, méfiant.

- " Pour qui venez-vous ? "
- " Frank Bergman, au 3ème sous-sol "
- " Il n'y aucun Frank Bergman ici ! "
- " Contactez M. Palmer, il confirmera. Mais nous perdons du temps, et il sera bientôt trop tard ! "

L'agent fédéral fit signe à ses troupes de le suivre et d'encercler le bâtiment pour gérer toutes les issues. Depuis le sous-sol, les analystes, dont Tony étaient isolés du bruit et ignoraient l'intervention qui se déroulait.


Avant le retour de Palmer, Novick tenait à s'assurer que Scamps tienne bien sa parole de déclarer publiquement les écarts qu'avait commis Lane et ses alliés. Il réglait les deniers points concernant l'assassinat de Carl Webb, ultime requête de Scamps:

- " Tout est réglé concernant Carl Webb ? ", interrogea le conseiller de Palmer, durant ses dernières minutes au sein de son administration
- " J'ai fais comme vous avez demandé. Il faudra maintenir le silence pendant une journée "
- " Je suis de cet avis. Je viens de prévenir la presse pour l'intervention de David, rassemblant immédiat. Scamps livrera son témoignage après lui "
- " Je vous envoi les photos, j'espère que Scamps y croira... "
- " C'est quelqu'un de niais, ça devrait bien se passer. Je l'espère... "


Alors que les journalistes se préparaient dehors, Palmer était de retour au parti démocrate.
Radford et Lane étaient séparés d'un mur de vitres, mais leurs regards en disaient longs sur les attentes de l'autre.
A cause de la pluie battante, le pilote de l'hélicoptère peinait à apercevoir celui de Vargas.
Drakov se dirigeait en voiture vers une villa au nord de la ville.
Caïn et ses hommes investissaient le bâtiment principal du quartier Nord.
Nazr avait terminé l'enregistrement vidéo où il faisait part de son témoignage.



[01:28:35]


Dès l'arrivée de Palmer, Radford tenta d'éclaircir les raisons qui le feraient revenir à la tête des opérations jusqu'à la capture de Drakov. Préoccupé par le conflit avec les coréens, le président se montrait moins confiant que d'habitude, conscient qu'il pouvait perdre le contrôle des choses à tout instant. L'essentiel était là, il s'était admis qu'il n'avait jamais vraiment maîtrisé ou gouverné ce pays, si tout dépendait des consortiums comme Idéon, et de cette Coalition au nom intriguant.

- " J'ai programmé votre discours comme vous l'avez demandé ", précisa Novick avant de laisser la parole à Radford " Dans 15mn devant l'entrée du parti "
- " Et pour Scamps ? ", demanda Palmer
- " La question est réglée "
- " Bien. A nous deux maintenant M. Radford. J'ai cru comprendre que vous suivez Mikhael Drakov à la trace ? Si c'est vrai, ça pourrait donner raison à l'OTAN, et calmer ce conflit "
- " Alors il faudra suivre à la lettre mon plan, et sans plus tarder "
- " Donnez-moi une bonne raison de le faire "
- " Parce que comme je vous l'avais proposé, si nous avons Drakov, nous pourrons infiltrer le marché noir "
- " D'après lui c'était leur but depuis le début ", ajouta Novick
- " Développez... "
- " Pendant notre collaboration, nous avons mis la main sur un homme surnommé Karamazov. Il vendait des informations confidentielles à plusieurs grandes nations "
- " La Russie ? "
- " Par exemple. C'est justement grâce à Karamazov que nous allons retrouver Drakov "

- " M. Novick ! ", criait Scamps depuis le bureau d'à côté
- " Que voulez-vous ? "
- " Qu'est-ce que c'est que ces photos ? "

Scamps révéla les clichés que l'homme avait envoyé à Novick quelques minutes plus tôt. On y voyait Carl Webb à terre, mort et couvert de sang.

- " Vous faut-il mes lunettes ? "
- " Ce sont des photos truquées ! "
- " Que vous faut-il de plus ?? Dans quelques heures à la télé vous allez entendre parler de sa mort, arrêtez donc de croire au complot "
- " Alors nous allons attendre quelques heures... "
- " Trop tard, Palmer va faire son intervention et vous allez parler. Sinon on annule tout, et vous ne voulez pas que ça arrive... "
- " Mike, que se passe t-il ? "
- " Rien David...une précision sur ses aveux "
- " Et ces photos ? ", en s'approchant
- " Des détails sur Crépuscule, comme il le voulait "
- " Je peux jeter un coup d'oeil ? ", en tendant sa main

- " M. Palmer, Anatoli Yechevko au bout du fil ", évoqua un bureaucrate inconnu

Le conseiller fit signe à Webb de cacher les photos. En montrant qu'il ne voulait pas que Palmer apprenne la vérité, cela appuyait le fait que Novick avait pu vraiment tuer Webb aux yeux de Scamps, et ce dernier se montrait un peu moins réticent à faire sa déclaration devant la presse.
Webb ignorait les raisons de cette mascarade, mais ce dont il était sûr, c'est qu'on lui avait sauvé la peau. La CIA le déposait devant chez lui, avec pour ordre de ne pas donner le moindre signe de vie dans les heures à venir.


A la cellule de Washington, Brainer s'empressa de s'enfermer dans le bureau de Caïn, en prenant le soin de fermer la porte et les stores, puis entama une vidéoconférence à le prince Nazr, suant à cause de la chaleur, presque au point d'en étouffer.

- " Prince Nazr, tout s'est bien passé ? "
- " Ou...oui, tout est mis sur disque. Mais je pourrais être suivi... "
- " Quelque chose d'anormal ? "
- " Rien, mais c'est cette atmosphère... "
- " Renforcez votre garde et tout ira bien. J'ai appelé vos hommes pour pouvoir surveiller votre palais en cas d'intrusion. Maintenant, j'aimerais savoir, par pur précaution ce que vous avez avoué "
- " En plus de ce que j'ai dit avant, que l'opération Crépuscule avait pour but de donner un crédit mondial au consortium de Kingsley, de le rendre assez puissant pour faire peur aux pays du Moyen-Orient, et s'accaparer d'une partie de leur pétrole. Je ne sais pas tout, mais c'est aussi une affaire de désinformation. Les américains ont passés quelques marchés avec les russes et avec nous "
- " De la désinformation ? "
- " J'en dis plus sur le disque "
- " Ca pourrait expliquer pourquoi Idéon n'a rien fait, prévenu que vous collaboriez avec les russes, mais avec la désinformation, vous étiez trop utile "
- " Ce n'est pas tout. La Russie a fait un pacte secret avec les USA, dont le nom code est ParadiSe LoSt. Tout ce que je sais, c'est que Lane a demandé à la Russie d'engager ce conflit pétrolier et gazier avec la
Biélorussie, menaçant dès lors toute l'Europe, ce qui permettait aux russes de gagner les nanotechnologies "
- " Vous avez quelque chose qui le prouve ? "
- " Plusieurs registres qui témoignent des nouvelles exportations pétrolières exigées par Idéon, ainsi que des conversations. Mieux encore, ça va me demander du temps, mais je pourrais localiser l'homme qui est derrière tout cela. Je suis persuadé que Lane travaille pour lui "
- " Qui est-ce ? "
- " Je n'ai ni son nom, ni son visage, mais je pourrais entrer en contact avec lui. Il dirige une organisation du nom de Coalition, d'après mes recherches "
- " Vos informations nous seront très précieuses, merci "
- " Le disque est situé... ", regardant autour si personne ne l'écoutait " A Riyad, dans la banque Fadl Sekroui, coffre 5179, code 108-021203. Mais vous ne devriez pas tout dévoiler..."
- " Nous trierons les informations. Je ne peux pas me permettre de tout dire au président, ce serait le mettre en danger. Restez sur vos gardes vous aussi. Je vais essayer de vérifier si un de mes contacts peut vous surveiller "
- " Je suis conscient des dangers, mais c'est un sacrifice que je fais pour tout le Moyen-Orient"
- " Je vais faire tout mon possible pour mettre fin à Idéon, et découvrir ce qu'est cette Coalition "
- " Merci infiniment M. Brainer "
- " Considérez cela comme la volonté d'une alliance durable entre nous ", esquissant un léger sourire

Le prince Nazr éteignait l'écran, puis se releva de sa chaise encore plus dégoulinant et craintif, après s'être rassuré par la présence de ses deux gardes du corps. Tout à l'opposé de Brainer, qui de son rictus, était persuadé de toucher au but. L'émir parcouru quelques mètres dans un couloir de son palais, situé au sud d'une grande cour lumineuse à cause du soleil tapant, dont l'ombre posée sur le carrelage du corridor rendait Nazr encore plus anxieux. Après avoir formulé un ordre en arabe à son bras droit, il constata avec effroi que ce dernier gisait dans une marre de sang, à quelques mètres de l'autre corps.
Pris de panique, le prince descendit les escaliers à toute vitesse, cherchant à se rapprocher d'une zone de lumière, puis fut subitement abattu d'une balle dans le dos. L'assassin, dont le visage restait cachée, replaçait son gant, en prenant garde de ne pas rester à la vue des caméras. Comme Brainer le souhaitait si fort, la fin d'un règne était annoncée.


[01:32:28]


Le calme et le silence gouvernaient le siège de la campagne démocrate. Malgré la présence d'Anthony Lane, marqué d'une patience d'ange, chacun tentait de ralentir la crise sans être pris de panique.
Si Novick était occupé à régler le cas Webb, et Wayne celui de Radford, David Palmer se préparait à un dernier affront face à Lane. La fin de son investiture avait sonné, et pour le président du Congrès, il était évident que le bilan était le même pour son ennemi, ce qui expliquait sa sérénité. Le charismatique président entrait dans la mezzanine, sous porte close pour discuter seul à seul avec son rival:

Piste n'°2: Paradise Lost

- " Etes-vous un homme qui souffre M. Lane ? "
- " Pardon ? "
- " Est-ce que votre souffrance vous permet de justifier tous vos actes ? "
- " Je ne regrette rien, j'ai milité pour des valeurs qu'il fallait conserver. Personne n'aurait osé prendre ces risques. Vous croyez qu'en me renvoyant, vous allez mettre fin aux crises. En réalité, ça ne fera qu'empirer "
- " Vous n'avez pas répondu... "
- " Vous savez David, vous n'avez jamais eu la rigueur suffisante pour cette responsabilité. Vous êtes un homme brave, mais qui ne sait pas faire les bons choix, ceux qui sont les plus difficiles à prendre. Précisément parce que jusqu'à la fin de la partie, on ne sait pas si ce sont les bons. Et vous, vous avez peur de vous écarter du bon jugement du peuple. Toute la différence entre vous et moi est là: vous n'assumez pas la certitude, sinon je ne serais pas là aujourd'hui "
- " Je suis pourtant certain d'une chose, c'est d'aspirer à un progrès qui se fera sans vous "
- " Pourtant tout revient encore à la guerre. Votre idéal, c'est de stopper la crise en Biélorussie, d'identifier mes contacts, mais qu'est-ce que ça vous apportera de découvrir qui je suis réellement, et quelles sont mes intentions ? Vous n'en resterez pas moins statique. Il n'y a là aucun projet de faire un meilleur pays dans le futur "
- " Puisque vous y tenez tant, je vous fait part de mon projet. Ou plutôt, est-ce une proposition mûrement réfléchie: je vous propose de sortir par la petite porte, sans attirer l'attention des médias, en vous plaçant dans une maison en bord de mer, et en abandonnant toutes les charges à votre encontre "
- " Et en échange ? ", dit-il à moitié intéressé
- " En échange, je veux savoir ce quel est cette organisation qui vous dirige. Cela prendra effet immédiatement, mais je veux des noms. Vous savez comme moi que vous risquez la prison à vie, et que les médias ne vous épargneront pas "
- " Une organisation ? C'est une plaisanterie ? Je ne sais pas d'où vous tenez ces informations mais ça n'améliorera pas votre état de santé ", moqueur
- " Effets immédiats, je le répète. Vous avez 15mn, après ce sera la prison, devant les photos des journalistes "
- " Vous semblez si pressé par le temps. Vous ne le voyez que comme une contrainte, et après, vous vous parler de progrès ? "
- " Parce que je suis impatient de connaitre la vérité ! ", imposa t-il d'un ton grave et intense
- " Vous savez ce qu'est le temps ? C'est savoir gérer les imprévus, et c'est ce qui fait le succès des présidents n'est-ce pas ? Savoir anticiper et agir instinctivement. La vérité, c'est que nombre d'événements aujourd'hui n'ont pas été prévus. Il n'y a jamais de complot parfait. En toute franchise, je ne me fais pas de soucis pour votre mandat, bien qu'il n'y en aura pas d'autre. Vous allez le finir, mais avec un ennemi quoiqu'il arrive "
- " Vous refusez donc ma proposition ? Vous croyez que votre proposition d'abolir les commissions parlementaires va marcher ? Vous vous trompez, je sais que vous faites ça dans l'intérêt d'éviter tout procès aux Etas-Unis à cause de ces prisons clandestines, que vous avez vous même crée ! "
- " Pourquoi restez-vous acharné à découvrir la vérité ? Vous n'avez rien compris au sens du mot Eclipse... ", se vanta Lane
- " Qu'est-ce que cela signifie ? "
- " Qu'à vouloir faire l'histoire de la vérité, on finit par faire l'histoire de l'illusion "
- " Quinze minutes. Le temps qu'il vous reste pour changer d'avis "

Palmer s'échappa de la pièce, comme sous l'emprise d'une vérité qu'il reniait par dessus tout, et qui le conduisait à une mort lente et à un mandat dont l'intérêt s'avérait inexistant.

- " Alors ? ", demanda Novick
- " Je ne sais plus quoi faire... ", avoua Palmer dans son propre bureau
- " Radford nous en dira peut-être plus. Vous croyez à son histoire sur Karamazov ? "
- " Pas vraiment. C'est peut-être une fausse piste pour m'occuper. Mais je vais faire semblant d'y croire, et voir où ça nous mène. Radford sera persuadé qu'on sera de son côté "
- " Si on veut l'assassiner comme il le dit, il ne nous aurait pas menti. Je pense qu'il agit toujours pour quelqu'un, peut-être Drakov "
- " On maintient son plan. Si je lui fait croire que je mords à l'hameçon, il va baisser sa garde"
- " Je vais lui dire de joindre les deltas ", annonça le conseiller


Depuis le studio, Yechevko avait réussi à rappeler quelques unités de sa garde militaire pour sécuriser la zone, même si le centre-ville était encore fortement touché par l'embargo et l'interdiction de circuler dans les rues. Le président veilla à ce que les otages prennent le lit de la vallée pour regagner la ville une fois la crise terminée, en comptant sur une intervention de l'OTAN dans les jours à venir pour reprendre le contrôle des infrastructures. Le soutien de Palmer était d'une aide précieuse, car c'était l'opportunité pour Yechevko d'échapper à l'emprise des russes. Pourtant, le président démocrate ignorait totalement l'alliance opérée par Lane avec la Russie, et en libérant le biélorusse, la crise était vouée à s'amplifier.


L'hélicoptère des deltas traquait Vargas avec quelques centaines de mètres de retard, en descendant progressivement la falaise malgré les rafales de vent à contresens.
Le leader biélorusse venait tout juste de se poser sur l'héliport de sa résidence privée, bâtie sur la roche en biais. Elle surplombait toute la ville, mais se situait pourtant loin du sommet de la montagne. La demeure au style toscane, soutenue du côté ville par des piliers italiens pour rester droite malgré la pente montagneuse était presque sous les flots. Tandis que Vargas s'empressait de rentrer à l'intérieur, accompagné de ses hommes, les deltas cherchaient un endroit où se poser:


Piste n'°3: Violent Ceasefire


- " Aucun terrain plat à l'horizon, il va falloir descendre à la corde ",
- " Lâchez-nous à 200m de la demeure et repartez en sens inverse ! ", ordonna Jack au pilote
- " Bien reçu ! "
- " Jack, je suis en contact avec les bureaux ", révéla Cassandra " Radford veut te parler "
- " Radford ? ", confus
- " Prends cet appel ", comme s'il elle savait de quoi il s'agissait
- " Gabriel, qu'est-ce que tu fais là bas ? ", après avoir activé son oreillette
- " Je t'expliquerais une autre fois ! Je me suis entretenu avec Palmer, il me laisse diriger l'opération sous sa surveillance "
- " Il a tort ! Et je lui dirais tout... "
- " Ecoute moi Jack ! Nous sommes au courant pour Vargas. Ordre de l'éliminer quoiqu'il arrive. C'est pour la suite qu'il va falloir m'écouter "
- " Pourquoi je ferais ça ? "
- " Car on est à deux doigts d'avoir Drakov et d'empêcher en même temps ce coup d'Etat ! "

Matters et Morrow, exclus de la conversation, admiraient le paysage sous la pluie. Ils dressaient un triste constat sur cette journée, désabusés, avec ce regard morne:

- " Une journée...le temps qu'il faut pour changer l'ordre et les frontières d'un pays... ", dit Morrow avec amertume
- " Ce pays devait changer un jour ou l'autre... "
- " La géopolitique, les marchés énergétiques, la diplomatie, j'ai étudié ça toute ma vie, et quand je vois que tout se joue toujours selon la force, rien n'a changé. Il suffit toujours d'un même dictateur avide de pouvoir pour renverser tout ce qui a été édifié "
- " Tu espérais changer le monde en t'engageant ? Nous ne sommes là que pour prévenir du pire, et faire ce que les pires politiciens n'ont pas le cran d'affirmer "
- " Alors quel est l'intérêt de dépasser tout code morale ou éthique pour servir ces hommes?"
- " Parce qu'au fond, nous les tenons en laisse. Ils sont dépendants de nous. Rappelle-toi que nous n'existons pas sans la force. La Biélorussie devait passer à autre chose, et il n'y a que de cette façon que c'était possible, crois-moi. Notre rôle, c'est d'empêcher que ça dégénère, de tenir des limites, parce que sans la force, il n'y en a pas, et tout reste possible"

- " Tu es fou ! ", lança Jack à Radford " Je crois en avoir fait assez ! "
- " Jack, réfléchis bien, tu parlais d'agir sur le long terme ", ajouta Cassandra

- " Mais qu'arrive t-il quand des hommes comme nous franchisent ces limites ? Plus personne n'est là pour les arrêter ", continua Morrow
- " Une seule chose...Le mensonge, encore plus terrifiant et dangereux que la vérité. N'oublie jamais ce que disait Stevenson: " un silence peut-être parfois le plus cruel des mensonges "

Matters avait toujours su parler sur ce ton dramatique, conscient du tragique de vivre dans cet océan de mensonge dicté par les politiques afin de veiller à la stabilité du monde. Car malgré cet aspect cancérigène, il en était parvenu à la triste conclusion qu'il fallait s'adapter à un doute permanent, ce qui en fin de compte, était plus un avantage qu'autre chose, puisque cela lui avait évité de se faire avoir à mainte reprises par le gouvernement et tout autre figure autoritaire. Pour lui, il n'y avait ni de quête de la vérité, ni d'échappatoire au mensonge. Le seul remède, c'était de douter jusqu'au bout. La méfiance était reine.
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.


Dernière édition par Mr. Jack le Ven 20 Juin 2008 - 1:53; édité 2 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Ven 20 Juin 2008 - 1:46    Sujet du message:
Répondre en citant

[01:39:08]


Après avoir écouté les directives que Radford confiait aux deltas, Palmer se décida à aborder un sujet qui le tourmentait depuis tout à l'heure:

- " Mike... "
- " Oui ? "
- " Ces photos, qu'était-ce au juste ? "
- " Seulement..."

Sur le départ, Novick ne voyait plus l'intérêt de mentir à son ami de longue date. Il se décida à lui révéler la vérité, prêt à en payer les frais.

- " Scamps voulait voir Carl Webb assassiné. Je me suis arrangé pour faire croire à sa mort. Webb était conscient lorsque les clichés ont été pris ", poursuivit-il
- " Vous avez fait cela sans m'en parler ? ", déçu de sa décision
- " Vous n'auriez jamais été d'accord ! Scamps n'aurait jamais accepté ! "
- " Les conspirations secrètes sont toujours de la partie à ce que je vois... ", les mains sur la taille
- " Je n'ai pas eu le temps de réfléchir ! "
- " Pas plus que moi en vous disant que vous pouvez partir "
- " Mais David... "
- " Mike, j'en ai plus qu'assez d'être la dernière roue du carrosse ! J'en ai plus qu'assez de passer pour un homme fermé à toute alternative radicale ! Bon sang, on ne devient pas président sans quelques décisions peu morales...et je ne souhaite plus collaborer avec quelqu'un qui dont l'estime est si incertaine... "
- " J'aurais souhaité que ça finisse autrement...sachez juste que tout ce que j'ai fais, c'était dans votre intérêt "

La réaction de Palmer était disproportionné, mais en plus des tensions qui pesaient sur le pays, le président n'avait cessé d'accumuler les trahisons, mensonges de la part de ses plus proches alliés, et aujourd'hui, tout semblait exploser, las d'être considéré comme un homme trop faible et sans opinions fortes tel que Lane.

- " Je serais curieux de savoir quel est mon intérêt... "
- " Tout a commencé ce jour où vous avez frôlé la mort... "
- " En quoi est-ce lié à notre problème ? "
- " Avant de partir, si telle est votre décision, j'aimerais vous montrer une dernière chose ", en cherchant un dossier rangé dans une pochette " Drakov est bien le centre de convergence. Son importance a été sous-estimée "
- " De quoi parlez-vous ? "
- " J'ai découvert pourquoi Bergman, Radford et Lane s'intéressaient tant à lui. Et si vous voulez mon avis, c'est une raison de plus pour infiltrer le marché noir "

L'homme chauve lui révéla les motifs de cet intérêt par quelques feuilles du dossier remis.

- " Nom de...je n'arrive pas à y croire... ", lâcha Palmer, ahuri

- " Monsieur, les journalistes attendent ", prévint le directeur de presse " Il va falloir y aller "
- " J'arrive... "

Le regard renversé et perdu par cette découverte, Palmer s'éloignait de Novick sans dire un mot, à petit pas, en tentant de retrouver ses esprits pour s'adresse au peuple en toute confiance. Finalement, son intérêt n'était peut-être rien de plus que de préserver l'unité du pays par un discours rassurant, et que toutes les tâches exécutives devaient être laissés à des hommes prêts à en assumer les lourdes conséquences, pour les enfouir ensuite sous les fabulations.


Arme au poing, Caïn fracassa la porte du service de contre-espionnage, suivi par l'équipe d'assaut, et exigea de parler au directeur immédiatement:

- " Je suis là ! ", dit ce dernier alors que les analystes n'y comprenaient rien
- " Agent fédéral Danny Caïn, le président m'envoie ", présentant son badge " Bergman, où il est ? "
- " Quoi ? "
- " Bon sang... Quel est le niveau le plus bas du bâtiment ? "
- " B3, département tactique pourquoi ? "
- " Il me faut le code d'accès dans l'ascenseur "
- " Je ne d... "
- " Le bâtiment est encerclé et sera fermé jusqu'à nouvel ordre si vous ne coopérez pas ! Le FBI est prêt à prendre le relais ! ", ajouta un agent
- " Ok...Essayez 3691 "

Après le leader de la brigade, Caïn s'empressa d'entrer dans l'ascenseur, épaulé par trois autres hommes, et entra le code.
Dès l'ouverture de la porte, les agents investirent les lieux. Chaque officier semblait plongé dans ses activités jusqu'à l'intervention des hommes armés.

- " Qui êtes-vous ? ", demanda le responsable du département
- " Nous recherchons Frank Bergman, voici le mandat d'arrêt, délivré par le procureur Meade "
- " Aucun de mes hommes ne porte ce nom "
- " C'est le responsable de l'agence, vous l'avez sûrement vu ! "

- " Moi je l'ai vu "

De sa voix suave, Tony Almeida était intervenu du fond de la pièce.

- " Caucasien, 1m87, cheveux gris ? ", se renseigna t-il
- " Je ne sais pas à quoi il ressemble... "
- " Le gouvernement a mis la priorité sur lui...ça ne m'étonne pas "
- " Pardon ? ", les sourcils froncés
- " Je suis Tony Almeida, ça vous dit quelque chose ? "
- " Almeida ?...Je croyais... "
- " Ecoutez on a pas de temps à perdre. Etant donné l'isolation, je crois que nous sommes sous l'eau. Bergman peut s'échapper par bateau "
- " Avec les caméras du complexe il y a des chances. On perdrait trop de temps à inspecter les étages un par un, et il sait sûrement que nous sommes là "
- " Agent Caïn, on a un couloir qui mène à un sas là bas ", précisa le chef d'équipe
- " C'est vous Caïn ? Je suis l'informateur ! "
- " Quoi ?? Mais pourquoi Bergman voudrait me donner des renseignements ? ", en avançant vers le sas
- " Aucune idée, mais j'ai réussi à trouver certaines informations à son sujet "
- " Et la Coalition ? "
- " Jamais entendu parler. Mais j'ai des dossiers qui évoquent plusieurs opérations en Afghanistan, avec l'aide des Delta Force "
- " Je sais, Bergman organise des missions là bas, de la désinformation "

Après avoir posé quelques kilos de C4 sur la porte du sas, un des agents de Caïn demandait à chacun de se mettre à l'abri.
Une fois que tout le monde était planqué derrière le mur à l'intersection, le soldat enclencha le détonateur et fit voler la porte en éclat. L'agent de Washington se précipitait à l'intérieur, et observa la pièce avec émerveillement, comme tous ceux autour.

- " Qu'est-ce que c'est ? ", se demandait Tony
- " Un ancien poste d'observation tactique naval "


Les quatre deltas dans l'hélicoptère descendaient un à un par la corde, munis de parachutes.
Caïn observait la pièce et cherchait toute issue pouvant le mener à une salle de départ pour navire.
Avant de descendre dans la fosse aux journalistes, Palmer s'approchait une dernière fois de Lane.
Matters apercevait un homme qui sortait en voiture de la cour d'entrée à Vargas.
Newell naviguant sur le net, en voyant que Caïn était déjà au coeur des discussions.



[01:43:39]


Le capitaine Delta profita de l'ouverture de la grille d'entrée pour se rapprocher, au moment où la voiture sortait de la villa. Attendant son passage, il fit signe aux autres de le rejoindre:

- " La fréquence de Davies ne répond toujours pas ", signala Morrow
- " On s'en occupera plus tard ", en cherchant à identifier le passager du véhicule

Puis lorsque la Mercedes arriva à sa hauteur, Jack fut frappé par le regard foudroyant de l'homme à bord: Mikhael Drakov. Avec les tombés d'eau, le biélorusse n'avait peut-être rien remarqué, alors Jack saisit l'occasion et pénétra dans l'enceinte malgré les risques.

- " McGrady, vous me recevez ? ", contacta Cassandra

La radio grésillait, ce qui était un mauvais présage pour Jack, qui avait connu la même situation lors de Crépuscule, avant que ses hommes soient éliminés par Drazen.

- " C'était Drakov. Quelqu'un doit le suivre ! "
- " Jack, on peut le faire après ! On devrait... "
- " Cette route mène aux bois à l'ouest de la ville, ça ne peut être que là bas Cassandra ! "
- " De quoi vous parlez ? ", demanda Matters

Jack saisit sa radio et se brancha sur la fréquence 120.33:

- " Ici Flying Bird ! Nous avons repéré Drakov, et nous préparons une embuscade au sud de la route menant chez Vargas ! Je répète, nous sommes sur le point d'attraper Drakov ! Nous sommes situés à 50m nord-est de l'entrée des bois à l'opposé de la ville ! "
- " Jack, qu'est-ce que tu fais ? ", s'inquiétait Morrow
- " Suivez-moi ! ", en partant se cacher derrière une voiture garée près de la fontaine centrale " J'ai utilisé la fréquence de Roy Garber, je savais que les biélorusses l'ont toujours sur écoute "
- " Les hommes de Vargas vont tenter de nous arrêter et on pourra s'infiltrer à l'intérieur ! ", poursuivit Cassandra


David Palmer resserrait sa cravate une dernière fois. Malgré l'heure tardive, il devait se présenter sous son meilleur jour pour paraître crédible aux yeux des médias à propos de la maîtrise des événements. Il fit un ultime détour dans le bureau où Anthony Lane était retenu, parfaitement conscient des charges qui pesaient sur lui:

- " Vous avez fait votre choix ? "
- " La guerre ne se terminera pas en un jour... ", se vanta le président du Congrès
- " Celle entre vous et moi, je crains que si "
- " Vous ne changerez jamais, c'est comme ça que vous courrez à votre perte. Vous aspirer à un idéal illusoire. L'idée même de justice est une illusion "
- " Vous enfermer en prison le serait plus que de vous laisser dehors..."
- " Je m'en sortirais. Mais vous...le temps ne fera qu'accroître vos illusions "

Bien qu'il le cachait, Palmer avait le visage teinté de mélancolie et de regret, de ne pas avoir pu comprendre Lane, de ne pas avoir eu le temps de le changer. Au fond, il semblait comprendre: c'était peut-être dans cette ambition que se situait l'illusion.
Il emprunta l'ascenseur, un peu confus, puis traversa le hall d'entrée marbré du parti démocrate. Il percevait déjà la foule à l'extérieur, armée d'appareils photos et caméra, tout en commençant à montrer sa confiance aux gens autour. Juste avant de descendre les marches, alors que Scamps était déjà prêt, Palmer fut interrompu par un homme en costume:

- " M. le secrétaire Rosenberg ? Je vous cherchais ", stricte " J'ai appris pour votre ordre d'éliminer Vargas en Biélorussie. Je n'en ai jamais donné l'autorisation ! "
- " Mais Monsieur, c'était notre dernière chance pour..."
- " J'avais ordonné d'extraire les deltas ! L'ONU ne va pas du tout apprécier..."
- " Ecoutez-moi Monsieur. Sauf votre respect, c'était notre meilleure option. Lorsque l'hélicoptère pour extraire Yechevko a été attaqué il y a 2h, Vargas est devenu criminel de guerre, en plus de sa prise d'otage et son coup d'Etat peut conventionnel qui sont connus publiquement. Une fois président, il aurait été intouchable, et nous n'aurions jamais pu l'éliminer sans salir plus notre réputation ! Tout le monde aurait découvert notre implication, et là, nous aurions commis un acte de guerre, ce qui vous aurait causé du tort pour le procès"
- " Vous m'avez donc sauvé la mise, à en croire vos dires "
- " J'ai fais de mon possible. Ca devrait remettre les pendules à l'heure avec Yechevko "
- " Et que préconisez-vous ? "
- " Montrez cela à la presse, pour appuyer l'argument que Vargas est un criminel ", en lui donnant les photos des tanks que Jack avait pris " C'est le seul moyen pour éviter que ça vous retombe dessus. Vargas passera pour le responsable ", suggéra Rosenberg
- " Vous me demandez d'oublier les russes ? "
- " Vu que tout cela s'est déroulé en Biélorussie, le mieux serait de lâcher l'affaire avant de déclencher une guerre... "

En voyant que le porte-parole annonçait la venue du président, Palmer tentait de se libérer de la conversation:

- " Ce sera plus sage...mais nous avons toujours la Corée sur le dos "
- " Je m'en occupe Monsieur. Tout rentrera dans l'ordre "

Le porte-parole eu la confirmation que Palmer s'apprêtait à franchir la porte.

- " Mesdames et Messieurs, je vous prie d'applaudir M. le président David Palmer "

La foule l'acclama unanimement, convaincus qu'ils allaient avoir les explications attendues. Palmer monta sur l'estrade, le grand sourire aux lèvres, comme sept mois plus tôt avant son attaque. D'un signe de la tête, il remercia le public d'applaudir, puis entama son discours:

- " Merci pour votre accueil chaleureux, je sais que vous attendez des réponses à vos questions, et je suis précisément là pour y répondre. Tout d'abord, je m'aviserais d'évoquer la situation déplorable en Biélorussie. Depuis quelques heures, un homme dénommé Emil Vargas, ancien acteur du marché noir européen, a organisé un coup d'Etat suivi d'un embargo à Minsk, en compliquant les relations avec l'Europe de l'ouest. Sans trop m'avancer, je peux affirmer avec certitude que M. Vargas a ordonné la construction de mille tank de guerre, dont voici les clichés ", en montrant les photos donnés par Rosenberg


[01:48:03]


Comme les biélorusses recevaient la fréquence, ils avaient dû saisir le message aussitôt, et au bout de quelques minutes, un premier groupe armé s'empressa de rejoindre la route pour rattraper les deltas. Une fois la voie libre, l'équipe de Bauer entra dans la cour principale. La demeure présentait un contour carré, dont un bassin au milieu de la cour, entouré de piliers qui marquaient des allés baignant dans l'obscurité, dans lesquelles progressaient les deltas.

- " Il doit rester une dizaine d'hommes. Profitez-en pour partir d'ici ! ", ordonna le capitaine aux deux hommes
- " Quoi ? Sûrement pas, on doit rester ensemble ! ", répondit Matters
- " Faites ce que je dis ! Prenez le sud sur 1km en contournant la route. L'hélicoptère nous attends derrière le mirador, après le grand champ "
- " Jack ! "
- " Depêchez-vous, je sais ce que je fais ! On vous retrouve là bas ! "

Malgré l'incompréhension, Matters et Morrow exécutèrent les ordres, persuadés que Bauer avait une idée maligne derrière la tête.

- " Et pour Davies ? Drakov l'a sûrement caché ! "
- " On coincera Drakov dès que l'hélico nous aura récupéré ! Foncez maintenant ! "

Les deux soldats s'effaçaient peu à peu de la vue de Jack et Cassandra, alors qu'un premier militaire était en approche, sortant d'un couloir perpendiculaire à l'allée des deltas. Par son attitude flasque, Jack sentait que la garde était relâchée à droite, d'où l'homme venait. Collé au mur, il envoya son couteau en pleines côtes. Cassandra se chargea de déplacer le corps, puis inspecta le couloir avec son 9mm Parabellum.


Par de grands mouvements théâtraux et une aisance oratoire remarquable, Palmer regagnait de plus en plus l'intérêt des citoyens devant lui:

- " Nous comptons sur l'intervention de l'OTAN pour mettre fin à l'embargo dans les jours à venir. De plus, je m'efforcerais de déplacer plusieurs de nos troupes dans la Caucase jusqu'en Biélorussie pour épauler la milice et désarmer l'armée de Vargas "

Par cette décision, Palmer pouvait enfin affirmer une politique plus offensive, sans pour autant vanter un certain nombrilisme patriotique.


Si Chapelle revenait habituellement à la cellule en freinant les ambitions de Michelle, il semblait cette fois sur la même longueur d'onde qu'elle. Concernant la crise en Biélorussie, le relais allait être pris entièrement par la CIA, tandis que le FBI et Washington géraient la Corée du Nord. Le temps de l'intervention, Michelle avait momentanément coupée le contact avec Caïn, et s'occupait de classifier les preuves de l'implication de Bergman, que la Division finirait de toute façon par rendre à la CIA, qui allait s'efforcer d'étouffer l'affaire.

Le poste d'observation présentait des commandes en état d'arrêt sur toute sa largeur, écrasées par quelques écrans vieillis et deux grands bureaux en chêne.

- " Agent Caïn, venez voir par là ! ", à côté d'une étagère poussiéreuse où se situait une sortie condamnée

Tony fixait Caïn depuis quelques minutes avec ce regard énigmatique:

- " Votre visage m'est familier "
- " La presse sans doute
- " C'est autre chose... "
- " Peut-être cette af... "
- " Je me souviens ", le coupant " Au tribunal de Los Angeles, en 2001. Un collègue, Jack Bauer était interrogé. Vous étiez juste devant moi "
- " Ca fait plus de six ans que je ne suis plus allé à Los Angeles... "
- " C'était bien vous, avec vos notes "

La presse en savait trop sur lui, et en le secourant, Tony, figure emblématique de la cellule de Los Angeles pouvait s'avérer un allié précieux pour s'occuper de la côte ouest.

- " Ecoutez ", en l'emmenant à part " Je menais une enquête sur Bauer, depuis plusieurs années déjà Mais ça doit rester confidentiel. N'en parlez à personne "
- " C'est lié à Crépuscule n'est-ce pas ? "
- " Oui, et plus que ça même. Palmer m'a demandé de monter ce dossier "
- " Je ne dirais rien... "

Au même moment, le téléphone de Caïn sonna. Relié à son oreillette, il décrocha l'appel:

- " Caïn "
- " C'est Michelle Dessler. Vous l'avez retrouvé ? "

Caïn leva la tête et fixa à son tour Tony, dans ses pensées.

- " Il est avec moi ", en s'approchant de lui " Un appel pour vous "

Après avoir décroché le téléphone de l'oreillette, il le confia à Tony, à la fois terrifié et nerveux à l'idée que Michelle était au bout du fil.
De son côté, Caïn examinait de plus près la sortie condamnée, pensant qu'elle pouvait sûrement déboucher sur un ponton d'amarrage.

- " Monsieur, on va dégager la porte ", en prenant le chalumeau à cause de l'acier renforcé

Le ministre coréen suivait le discours de Palmer depuis le parlement.

- " De plus, une enquête a été ouverte sur la nanotechnologies de Dr. Avnar, et le danger que peuvent représenter de telles inventions pour les générations à venir. Après plusieurs heures de recherches, nous n'avons retrouvé aucune trace de ces puces, ce qui tend à prouver leur destruction lors d'une opération militaire près de la capitale biélorusse ", alors qu'il ignorait que les russes disposaient des pièces

Au premier plan, la presse photographiait Hal Bates, présent pour l'événement afin d'évoquer le rôle de l'ONU suite aux décisions de Palmer.


[01:51:51]


Piste n'°4: Sorrow

Depuis le couloir extérieur de l'aile ouest, Jack cherchait à localiser la chambre où se trouvait Vargas. Dans l'ombre, fouetté par les gouttes de pluie qui viraient à cause d'une forte rafale, il lançait les paris sur la seule pièce éclairée à l'étage de l'aile nord, dont les vitres étaient couvertes par des rideaux blancs, qui laissaient transparaître une silhouette.

- " La corpulence correspond à Vargas ", confirma Cassandra, accroupie derrière un arbuste en haut de l'escalier
- " La garde est plus soutenue dans ce secteur ", avec ses jumelles " Il y a un homme à l'entrée des deux côtés

Au bout des couloirs extérieurs ouest et est, deux soldats se tenaient devant les portes qui menaient au bâtiment du fond, plus une demi-douzaine qui poursuivaient les patrouilles au rez-de-chaussée.

- " Les hommes de Vargas vont revenir...on peut essayer d'ici ", poursuivit-elle
- " Ou aller dans la gueule du loup... "
- " J'ai ce qu'il faut pour distraire la garde. Occupe-toi de Vargas. On pourra ensuite accéder au toit et sauter dans la forêt avec le parachute "
- " Cette journée finira comme elle a commencée... "
- " Sauf que Drakov est bientôt à nous... "

Cassandra balança une grenade Chaff afin de brouiller les appareils électroniques, puis dégaina son tranquillisant. Une fois que les caméras ciblées sur les gardes étaient hors d'usage, elle tira sur l'homme à portée, alors que Jack s'occupait du couloir parallèle. Il lui fit signe avec ses doigts de patienter dix secondes avant de s'introduire dans l'aile nord, et toqua à la porte. Un militaire vint à sa rencontre, aussitôt étranglé par le capitaine, qui se chargea de retourner l'arme contre lui. Après avoir envoyé une grenade incendiaire à hauteur de l'escalier, Cassandra s'introduit à l'intérieur et jeta un fumigène qui se dispersait dans tout le couloir.

Dans sa chambre, Vargas avait eu connaissance de l'intrusion, et s'apprêtait à plier bagage. Cassandra élimina la patrouille de son secteur, obligé d'en venir aux mains pour achever le plus coriace. Dos à terre, elle l'asséna d'un coup de genou dans le ventre avant de se retourner et de le frapper à la nuque, pendant que Jack éliminait les deux soldats de son côté.

- " Les soldats arrivent ! ", dit-elle en s'occupant de ceux qui venaient de dehors

Jack se dirigea jusqu'au milieu du couloir et défonça la grande porte qui donnait accès à la chambre. Avant même d'apercevoir Vargas, il fut poussé à terre par un biélorusse, muni de son couteau. Par la force des bras, il parvint à lui faire lâcher l'arme en se relevant ensuite. Le delta ressaisit la sienne, jetée sur le tapis, mais fut à son tour surpris, au moment où Cassandra déclenchait une nouvelle explosion. Jack se débrouillait au combat rapproché, malgré l'imposante stature de l'adversaire. Il attrapa alors le bras droit du soldat, derrière lui, et le souleva par dessus son dos pour le projeter à terre, et l'immobiliser avec son genou en l'achevant des poings. Pendant ce temps, Vargas traversait le salon pour prendre une trappe, jusqu'au moment où il trébucha à cause de la balle qui l'avait blessé au mollet.

- " Me tuer n'arrangera rien ! "
- " Ce pays sera mieux sans vous ! ", renchérit Jack en pointant l'arme sur Vargas
- " Mais vous vous resterez un pantin ! Vous ne connaissez pas la liberté, vous resterez à tout jamais dépendant de votre gouvernement ! "
- " Quoi ? ", le regardant de haut
- " Je sais ce que vous préparez avec Drakov ! Croyez-moi, vous n'êtes pas prêt de tirer votre révérence "
- " J'ai choisi ma direction, c'est là que se trouve ma liberté "
- " Ah, votre destiné est de m'abattre froidement ", plaisanta le biélorusse " Alors allez-y, si vous voulez perdre toute dignité en vous "

- " Jack ! ", cria Cassandra en entrant dans le salon " Les autres seront là dans une minute!"

- " A chaque fois que vous appuierez sur cette gâchette, retour au point de départ ", poursuivit-il
- " Qu'est-ce que t'attends Jack ??? "
- " Le monde est réglé sur les affaires, et vous n'êtes qu'un exécutant. Tant que vous n'êtes pas comme ceux que vous pourchassez, vous resterez en bas de l'échelle ! "
- " Jack !!! "
- " Vous êtes si inutile...c'est une mort anticipée "
- " Pas en vous éliminant. Votre plan n'aboutira pas, et vous ne serez qu'un mauvais souvenir pour ce pays "
- " Après quoi ? Vous retrouverez votre paisible pays, votre foyer rassurant, mais tout ne sera qu'illusion ! En me tuant, quelqu'un d'autre viendra après moi ! "
- " P...pour qui travaillez-vous ? ", demanda Bauer
- " Appuie Jack ! "
- " Pour moi seul, à l'inverse de vous. Au moins, je sais ce qui m'attends, alors que vous...un jour, vous allez comprendre que personne ne sera réellement à vos côtés, qu'ils sont morts ou qu'ils vous ont tous trahis, et vous mourrez seul ! "

Le soldat s'avança de pied ferme, et colla son arme au front de Vargas.

- " Toute votre vie se résume à fuir cette solitude. Pathétique...vous ne faites que vous échapper à vous-même ! "

La balle transperça le cerveau de Vargas, tombant de tout son poids, en emportant avec lui toute l'injustice qu'il l'avait tant transformé.

- " Je le devais...une dernière fois ", libéra t-il, abattu presque autant que son ennemi
- " C'était le bon choix...viens maintenant, on doit partir ! "
- " Juste une question...pourquoi tu ne m'as rien dit dès le départ ? "
- " Parce que...j'avais trop peur que tu te penses trahi, en me voyant comme une étrangère..."
- " C'est justement ce que j'ai ressenti... "
- " Je suis désolé, la guerre exige parfois de se taire, mais le résultat n'est pas toujours celui qu'on espère... "

Elle l'aida à traverser le couloir, alors qu'ils étaient poursuivis par les soldats de la garde, qui utilisaient leurs dernières munitions. Ils accédèrent ensuite au toit de l'aile ouest par la fenêtre, forcés à le traverser en courant pour éviter les tirs de l'hélicoptère en face, malgré les tuiles glissantes. Détruites une à une par le canon, les deltas échappaient de peu aux tirs adverses. Une fois arrivé au bout, Jack prit de l'élan sans même regarder derrière, et sauta dans le vide, en sortant immédiatement son parachute, rejoint par Cassandra, qui se dirigeait vers une grande infrastructure grisâtre naissant au milieu de la forêt.

Perdu dans la nuit étoilée et froide, plongés dans le ciel trouble, Jack avait raison: cette journée finissait comme elle avait commencée, toute cette opération n'était qu'une immense leurre, ou plutôt la désillusion, celle de découvrir que l'illusion allait le poursuivre toute sa vie.

Piste n°5: Everything Begins

- " Il est hors de question de laisser une quelconque influence à Emil Vargas. Je vous en fais le serment, ces prisons n'ont jamais été entreprises sous mon mandat. C'est pourquoi j'en suis venu à la conclusion que seul le président du Congrès Anthony Lane, par son soutien avec les pays de l'est par ce pacte a pu mettre en oeuvre cela. Je suis encore sous le choc de son implication, mais au vu des preuves qui se multipliaient, il a fallu réagir vite. Avant de céder la parole à John Scamps, ancien soutien du parti qui a versé des informations au profit de M. Lane, j'aimerais vous dire une dernière chose, en clarifiant les raisons de ma politique. Churchill disait que " la politique est plus dangereuse que la guerre. A la guerre, vous ne pouvez être tué qu'une seule fois. En politique, plusieurs fois ". Il n'y a pas plus vrai, encore faut-il savoir s'y prendre, et parvenir à amasser les mensonges et à troubler l'opinion publique. Au risque de vous decevoir, je ne suis pas de ceux là. Je préfère n'avoir qu'une vie sincère, plutôt que dix corrompues. La guerre n'a jamais été une opportunité au dialogue et à la parole, c'est pour cette raison que je ne la tolère pas. La politique est le meilleur moyen de s'exprimer librement, de clamer haut et fort ses idées. Le seul silence que je peux espérer, c'est le jour de mon enterrement. Car en politique, rien au monde, n'est plus destructeur que cela "

Etrange ironie, le silence gagna la foule et personne n'osa faire un bruit, alors que Scamps était prêt à prendre la parole. En regagnant le hall du parti, Palmer retrouva Rosenberg, un téléphone en main:

- " C'est le ministre coréen. Il est persuadé que Lee a été assassiné et il est sur le point d'apporter certaines informations à l'ONU..."
- " Mettez le haut-parleur ", en s'isolant dans un couloir déserté " M. le ministre... "
- " Le temps est écoulé M. Palmer. Je n'ai eu aucune nouvelle de l'agent Lee ", alors que Rosenberg semblait inquiet
- " Tout simplement parce que je ne sais pas plus que vous où il se trouve "
- " Votre discours n'aura plus aucun impact après cela... ", lança le coréen sur un ton menaçant
- " Ar...arrêtez. Je sais ce qu'il s'est passé ", avoua Rosenberg " Palmer n'est responsable de rien "

Le président savait qu'il pouvait faire pression sur le secrétaire d'Etat à cause de cette fausse histoire de bouclier anti-missiles, ce qui pouvait expliquer ses aveux.

- " Kao-San Lee a bien été tué, mais le président l'ignorait "
- " J'en étais sûr ! Croyez-moi, il va y avoir des représailles ! Je veux connaître le nom du coupable ! "
- " Il s'agit d'Anthony Lane. Lee était susceptible de parler de leur collaboration, et Lane ne pouvait pas le tolérer. Toute représailles seraient peu avantageuses pour vous. Il est le seul responsable, et la prison l’attend"

Le ministre ne savait quoi répondre.

- " M. le ministre ? "
- " Je suis là...nous en rediscuterons ", en raccrochant

Un autre politicien coréen avait suivi la conversation d'une oreille attentive, et s'adressa au ministre:

- " Vous croyez qu'il dit vrai ? "
- " Pas vraiment...mais nous ne pouvons pas faire grand chose, l'ONU est inefficace, et l'OTAN est de leur côté. Cette journée leur a donné trop d'indépendance, je vois mal comment revenir en arrière... "

Jack posait le pied sur la terre ferme, poursuivant sa fuite à l'apparition des lumières ennemies. Les troupes biélorusses étaient armés par les russes et accompagnés d'un troupeau de chiens libérés dans la forêt.
Matters et Morrow cherchaient à rejoindre le point d'exfiltration, mais les hommes de Vargas ratissaient le moindre secteur, et ils furent eux aussi amenés à fuir.

Au milieu de la foule tumultueuse, vêtu de son costume noir et blanc, un homme se frayait un passage jusqu'à l'estrade, où Scamps expliquait le travail que Lane avait attendu de lui lorsqu'il travaillait auprès de Palmer. Mélangé à l'auditoire, il se révéla à la lumière du projecteur: il s'agissait de Sullivan Mack, qui semblait plus confiant qu'il ne l'avait jamais été. Il décrocha son portable sans même chercher à s'isoler,
le bruit autour empêchait tout accès à la conversation.

- " M. Bergman, tout se passe bien ? "
- " Oui, j'ai réussi à embarquer à bord du sous-marin à temps. Il ne reste aucune trace de mes activités "
- " Caïn ne va pas lâcher l'affaire... "
- " Nous ne l'avons pas mis sur la piste des prisons pour rien. Il va exactement là où la Coalition le souhaite "
- " Elle savait dès le départ que l'affaire allait éclater je suppose. Le peuple tolèrera ces prisons, tant qu'on leur faire croire qu'ils sont en sécurité... "
- " Ca permet surtout d'étouffer les bruits de l'opération Eclipse ", traversant la cale B du sous-marin " Almeida en a découvert assez pour parler de ces prisons "
- " Et si ça vous retombe dessus ? "
- " La Coalition et Rosenberg se chargent de ma protection. Les Delta Force risquent de tomber, un procès pourrait détruire l'organisation. Mais il fallait s'y attendre... "
- " Mais si Almeida parle de vous et de vos tests ? "
- " La CIA s'assurera de négliger ce mot, et Almeida ne fera pas le lien avec Edmunds. Nous devons continuer à évaluer des gens comme eux, il nous faut encore une dizaine d'agents doubles, et peu correspondent à nos critères "
- " On laisse donc tomber Edmunds ? "
- " Votre rapport était clair. Il n'a pas le profil pour voler des renseignements aux russes, ni pour en livrer... "
- " Je le savais dès le départ ", se vantait Mack " Depuis Nina Myers, Los Angeles est peu prometteuse. Ils surveillent bien leurs agents. Et si maintenant Caïn connait votre rôle, ça ne va pas s'améliorer "
- " Ca ne vous a pas empêché d'infiltrer la cellule. Personne n'aurait imaginé que vous êtes un agent double M. Mack"

Le public se montrait réceptif aux vérités arrangées de Scamps. En tête du rassemblement, Mack paraissait parfaitement intégré et insignifiant, devenu maître de la dissimulation au service de Bergman, par son charme hypocrite qui avait autant tendance à intéresser les foules autant qu'à les emplir de dédain. Mais s'il y avait bien une leçon qu'il avait bien apprise, c'était bien qu'un agent double trop discret et parfait était le premier sujet des suspicions.


[01:56:33]

Piste n'°6: Dies Irae

Le déluge s'abattait sur les quatre deltas dispersés dans la forêt. La course effrénée ne laissait aucun temps d'arrêt, Morrow était déjà dans le viseur d'un soldat. Les branches sous leurs pieds craquaient, piétinant la boue à chaque seconde, le visage trempé.

David Palmer était ébloui par les flashs des photographes, aux côtés de Scamps et de son frère. Bates et Mack étaient présents, de même que Novick, qui s'éloignait de la foule avec regret.
Peu après, Anthony Lane était mis aux arrêts devant les journalistes. Une fois menotté, il fut escorté jusqu'à la prison fédérale. Lui qui aspirait tant à la dépendance du pays, il était désormais sous l'emprise de ses propres chaînes. Depuis la fenêtre du premier étage, Rosenberg observait la scène, déçu de perdre un pion important de la partie.

A Snake River, l'équipe d'intervention venait de dégager la sortie condamnée.

Le calme regagnait la CAT. Chapelle sentait que la CIA et Barney géraient l'affaire, alors que Michelle esquissait un sourire partagé avec Tony au téléphone.
A Washington, la tension restait palpable pour Brainer et Newell, entre la presse et le témoignage de Nazr. Au Moyen-Orient, son corps venait d'être retrouvé.


Pendant sa course, un soldat logea une balle dans le dos de Morrow, tombant violemment à terre, le visage caressant le feuillage d'hiver.
Matters, touché par un tir pouvait apercevoir l'hélicoptère, à une centaine de mètres.
Cassandra fut attrapée par un groupe de trois hommes, sans résistance, puis conduite jusqu'au bâtiment grisâtre.
Les balles fusaient autour de Jack, et malgré toute sa détermination à les éviter, il fut touché à son tour, avant d'être traîné par les biélorusses.


Renée Walker et Shane Summers plaçaient corps de Kao-San Lee au crématoire.

Au bout d'un couloir cafardeux, Eve Thompson dévoilait à quelques personnes un dossier qui évoquait le meurtre que Caïn avait commis sur son mentor.

Radford était perplexe à l'issue de cette journée, pensant que l'opération était par dessus tout une victoire à la Pyrrhus. Prenant à coeur son rôle, il semblait prêt à tout pour sortir les deltas de la situation.
Pourtant, Linda ne semblait pas prête d'oublier sa trahison.

Leemore bouclait la zone du studio télévisé, en veillant à sécuriser l'accès pour les otages libérés. Malgré l'intervention de l'OTAN, les bureaux étaient quasiment déserts et le soutien allait s'avérer maigre.

Bergman s'éloignait peu à peu de la côte américaine pour rejoindre les eaux internationales.

Matters fit signe au pilote de décoller, distancé d'une trentaine de mètres par deux chiens. Blessé à la jambe, il rampa jusqu'à l'hélicoptère, réussissant à se hisser à l'intérieur. Le décollage fut imminent, alors que le réservoir d'essence était percé par un tir ennemi. Plus loin, Morrow, recroquevillé et le visage en sang était frappé à mort.

Caïn enjamba l'ouverture de la porte et entra dans la nouvelle salle qu'il observait, ébahi: c'était un immense hangar à sous-marins militaires de dernière génération. Soudainement, une détonation provoquée dans l'immeuble causa l'effondrement d'une partie du plafond. L'équipe d'intervention fuyait les lieux avant que la secousse ne fasse des victimes.

Dans le complexe militaire, Jack fut balancé au fond d'une cellule miteuse, laissé pour mort dans un coin humide de la pièce.
A l'autre bout du bâtiment, Cassandra traversa un couloir de la prison, imperturbable et remise de ses émotions. Elle s'approcha de l'homme au fond de la salle de repos et lui serra la main: Mikhael Drakov, discutant ensemble comme de vieux amis.


[01:58:22]


L'oeil omniscient sur les événements, toujours aussi impassible et distant, Rosenberg s'écarta de la foule pour traverser une galerie souterraine de la capitale fédérale, saisissant son téléphone une fois à l'abri des regards indiscrets.

A l'étage d'une maison traditionnelle en bois, le paysage verni d'un teint de neige qui rendait la scène d'une poésie exquise, un vieil homme décrocha un téléphone noir de la fin des années 1970.

- " Quelle est le couleur du soleil ? "
- " Sombre dans peu de temps ", répondit Rosenberg au code de son interlocuteur
- " J'attendais votre appel, Bauer vient juste d'être jeté en prison "
- " L'un d'eux nous a échappé, James Matters. Mais n'ayez crainte, on s'en occupera plus tard"
- " Les consignes étaient claires: l'opération Eclipse devait être la reconstitution de Crépuscule. Toute l'équipe de Bauer devait être éliminée "
- " Et pour la femme ? "
- " On la laisse en vie pour le moment, je pense qu'elle travaille toujours pour le compte de Bergman et de la Coalition "
- " Vous croyez vraiment que la Coalition se sert d'elle et de Drakov pour vous retrouver ? ", s'exclama le secrétaire d'Etat
- " Je suis peut-être repéré oui. Heureusement que Drakov est en fait à mon compte. Ca nous permet de devancer une nouvelle fois la Coalition "
- " Mais elle sait qu'Old Fates a un contrôle invisible sur les choses et qu'elle a tout mis au point..."
- " Ce n'est pas grave. En cherchant à enrichir la Coalition, Lane n'a fait que nous enrichir. Old Fates dispose de plus de moyens maintenant "
- " Si jamais la Coalition apprend que je travaille dans votre intérêt...pire, si elle a la confirmation que vous dirigez Old Fates... "

Le vieil homme se posait devant la fenêtre, observant ces enfants jouer dans la neige, rire et se courir après. Mais il ne voulait pas laisser le temps arranger ses souvenirs et les rendre plus heureux qu'ils ne l'étaient.

- " Je ne me soucie pas d'eux, plutôt de Caïn. Vous êtes sur qu'il ne se doute de rien ? ", s'assura l'homme énigmatique
- " Non Monsieur, il ignore totalement que vous êtes en vie. Et il n'aura jamais le niveau d'accès pour découvrir ce qu'est réellement Pluie Noire. Même Bergman et Radford ignorent qu'il ne s'agit pas des tanks "
- " Je sais, c'est bien le but de cette opération médiatique. Les nanotechnologies et les tanks ne sont que l'éclipse qui couvre Pluie Noire. C'est bientôt le moment de passer à la seconde partie du plan. Nous devons mettre en route le plan Sombres Soleils "
- " Ca ne saurait tarder. Les choses vont bientôt dégénérer "
- " Il le faut, nous n'avons plus beaucoup de temps. La guerre est inévitable, même si les gens refusent d'en parler "
- " Tout a tellement changé depuis le début de ce plan...1962 est bien loin "
- " Peut-être est-ce notre regard sur le monde qui a changé. Le temps a fait ses dégâts, et tout ce que nous avons de plus précieux reste notre souvenir "
- " Je vous ai toujours pensé trop pessimiste... "
- " Sombres Soleils pourrait changer cela...Maintenant, si vous voulez bien m'excusez, je dois bientôt rentrer au pays. Là où la guerre fait des morts à perte de vue "
- " Il y en aura toujours, même si la guerre a changée "
- " Oui, la guerre a changée... ", d'une nostalgie incompréhensible

Le regard étincelant et clairvoyant, l'homme contemplait les enfants comme avec un souvenir démystifié, sans plus aucune illusion. Le temps avait eu son impact, et il abordait maintenant l'avenir avec lucidité.
Malgré la beauté de l'horizon, la guerre laissait ses marques à chaque seconde. Le temps du crépuscule et de l'éclipse était révolu, c'était bientôt l'heure d'un nouveau jour, d'un nouvel avenir, sous la lumière tragique et flamboyante des Sombres Soleils.





[01:59:57]
[01:59:58]
[01:59:59]
[2:00]



Ending Credits: Karrin Allyson - You don't know what love is
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.


Dernière édition par Mr. Jack le Mar 01 Juil 2008 - 14:26; édité 2 fois
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Ven 20 Juin 2008 - 12:39    Sujet du message:
Répondre en citant

Avant de partir pour quelques jours en vacances, je tenais à souligner quelques points, ou plutôt à pointer du doigt mes propres erreurs puisqu'une auto-critique ne fais jamais de mal Smile

Le premier reproche que je ferais à cette saison, et d'ailleurs à toute ma fan-fiction en général, c'est d'avoir ce style assez progressif qui témoigne un peu du gain de maturité au fil des années.
Même si cette saison 3 présente un univers d'ensemble assez cohérent (on progresse dans l'intrigue, mais on garde toujours le même cadre, en Biélorussie surtout), je trouve que plus on avance dans la saison, et plus elle gagne en complexité.

Ce qui n'est pas forcément bon en soin puisque le but n'est pas de rendre la fan-fic inacessible. Seulement le fait est que j'ai cherché à me détacher de l'étiquette de fan (quoi, ca ne vous surprend pas ? Mr. Green), dans la mesure où cette saison s'ancre vraiment dans ma propre mythologie et se détache de plus en plus de celle de 24. C'est une sorte de transition vers une indépendance des idées en fait.
Je ne vais pas nier que les séries complexes comme The Wire m'ont assez influencés, d'autant plus que j'aime les univers assez vastes et riches comme Star Wards ou Le Seigneur des Anneaux. J'ai vraiment tenté de pousser à fond le côté mythologique. Du coup, les intrigues, les questions fusent, et même si je pense fournir beaucoup de réponses et de rebondissements, ça peut être difficile à suivre. Mais bon, comme je l'ai dis, je préfère le challenge, et la facilité n'en fait pas partie Wink

Ensuite, et c'est déja ce que j'avais reproché à l'opération Aurore Boréale, il y a trop de personnages. Pas forcément gênant en soi, mais quand on est seul à écrire, pas évident de gérer la psychologie et l'évolution d'une vingtaine de persos...
C'est surtout au niveau des Deltas (comme pour la saison 1 d'ailleurs) que ça embête, puisque je n'ai pas pu mettre chacun en avant comme je l'espérais. Diffficile de se concentrer sur tout le monde avec le temps réel, surtout quand il faut faire avancer l'histoire, et il est évident que je ne maîtrise pas tellement cet aspect. Je pense que le caractère des différents acteurs doit vraiment être mis en évidence, ça compte autant que l'histoire en soi.
Pour la saison 4, hors de question de commettre à nouveau cette erreur, je cherche déja à m'organiser en fonction d'un éventail réduit de personnages, et plus aboutis.

D'ailleurs, autre défaut vis à vis des Deltas, il manque vraiment ce côté "opération militaire". Je suis conscient que mon modèle est loin de ressembler à la réalité (en même temps, je n'ai jamais vanté un quelconque réalisme). Peu de termes techniques, de situations tactiques, l'intelligence militaire est peu évoquée...
Pas évident de le faire quand on ne connait pas vraiment cet univers. Je veux dire Clancy excellait dans ce domaine, mais c'est précisement parce qu'il avait fait parti des Marines. Moi je rentre à peine dans la vie active c'est pour dire Laughing
Mais je rêverais vraiment de cotoyer quelques jours une agence fédérale américaine telle que la CIA, ou même une agence de renseignement française...la meilleure option pour l'instant me semble être de lire les bouquins à la Littell, ou ceux du style Le grand roman de la CIA.
A corriger...

Enfin dernière chose (mais il y a d'autres choses à dire, juste que je n'ai pas vraiment le temps là, mais ça va me revenir...), comme je l'ai dis plus haut, je gomme un peu l'univers de 24 au profit du mien. Ce qui signifie moins de CAT, de Tony Almeida, de Michelle Dessler, rélégués au second plan, bien que Palmer garde une importante particulière...
Mais comme dit, c'est vraiment dans l'option de gagner en indépendance et d'écrire vraiment une oeuvre qui m'est propre, à part les noms utilisés dans la série et quelques situations...Et dans l'espoir d'une publication, ça pourrait me faire gagner du temps...
Je n'ai pas vraiment eu de retour à ce sujet donc je suppose que ça ne gêne pas tellement. Mais je pense qu'il y a assez à lire avec les saisons 1 et 2 (réponses à Crépuscule, la saison 1 et la 2) à ce niveau, et qui sont mon travail vous intéresse vraiment, vous continuerez pour connaître toute la mythologie jusqu'à la fin de la saison 4.

D'ailleurs je vous rassure, il me reste encore beaucoup de choses à dire et à réveler, et la saison 4 ne manquera pas de révélations !

Je vais préparer le topic pour cette saison à venir. J'attends avec impatience vos avis sur le final ! Smile
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Invité






 Message Posté le: Lun 23 Juin 2008 - 2:29    Sujet du message:
Répondre en citant

un seul reproche:le gommage de l'univers de 24^^
enfin certains aiment ca,moi pas énormément,enfin c'est super réussi mais un peu plus ferait pas de mal a mon avis

moi j'arrive a faire très peu d'inventés dans ma fic a moi,
toi tu fait exactement le contraire^^en tout cas les rapports politiques sont bien décrits

perso le new pays impliqué dans la saison 4,c'est a mon avis Chine,Iran,Brésil ou Cuba^^
 Revenir en haut »
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Jeu 26 Juin 2008 - 15:46    Sujet du message:
Répondre en citant

Grand malheur, j'ai oublié de mettre la chanson la plus importante, celle du générique de fin Exclamation (même si y a pas de générique Laughing )

Elle me tient à coeur depuis longtemps, et je pense qu'elle permet un peu de digérer la saison...un peu comme la musique de fin des Metal Gear.
Je mettrais un lien téléchargeable dès que possible Wink


Sinon autre défaut que j'avais oublié d'évoquer, trop de conversations au portable, et trop d'hélicoptères/tanks.
Ca fait parti des contraintes spaciales et temporelles d'une telle entreprise, et je vois mal comment y remédier quand l'action se déroule aux quatre coins du globe...on voit bien à quel point la saison 2 de Prison Break en a pâtit...
A l'écran, ça va encore, mais je peux qu'à lire, ça peut laisser au bout d'un moment, et je ressère un peu les mêmes mots...

Donc je fais de mon possible pour innover, mais sur 24 épisodes, pas évident... Smile
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Mar 01 Juil 2008 - 14:30    Sujet du message:
Répondre en citant

Je viens d'ajouter la musique finale qui clot la saison à la fin de l'épisode 24. C'est téléchargeable par RS, mais croyez-moi, ça vaut le coup, il s'agit d'une chanson de Karrin Allyson, You don't know what love is, une reprise de ce grand standard de jazz et ça colle vraiment a l'ambiance que j'ai voulu donner cette saison.

J'aimerais également ajouter une chose à propos de l'idée que j'avais eu en début de saison, à savoir de mettre quelques photos des lieux pendant l'épisode. J'avais décidé d'abandonner ce système tout simplement parce qu'il était trop difficile de trouver les lieux dans ma tête en images, même les plus simples, et ça aurait demandé pas mal de temps en plus...

Néanmoins, concernant la saison à venir, je songe à insérer quelques images, 1 ou 2 par épisode pas plus, parfois aucune, afin de bien ancrer le lecteur dans la situation visuelle que je mets déja en place par le réçit Smile
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sharadim
Homme de main des Salazar
Homme de main des Salazar


Inscrit le: 26 Mar 2010
Messages: 35

 Message Posté le: Sam 27 Mar 2010 - 20:18    Sujet du message:
Répondre en citant

Bonjour Mr Jack,
Tout d'abord, bravo pour avoir écrit tout ça ; il faut un sacré courage. Cependant, je dois confesser que je suis incapable de lire tout ce que tu as pu écrire et ce, pour 2 raisons.
La première, et aussi la moins importante, est qu'il m'apparaît comme impossible d'adapter avec succès le format d'une série comme 24H à l'écrit. On y perdrait ce qui fait une de ses principales forces : son rythme, ses enchaînements.
La deuxième raison concerne la qualité de l'écrit lui-même. Dans le peu que j'ai lu (Opération Eclipse - épisode 1), il y a énormément de lourdeurs de style. Pour exemple, je prends juste la toute première phrase :
"Empoignant sa valise comme un fléau insupportable et nécessaire, l'inconnu à l'imperméable noir traversait la sombre ruelle morbide et dépecée de toute personne, sous une nuit presque trop effrayante pour être vraie."
Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres mais il illustre assez bien ce que j'ai pu lire. L'accumulation des adjectifs et des métaphores rend le texte "indigeste" en plus d'être bien trop lyrique. Si tu continues dans cette voie, je pense qu'il faudra que tu fasses attention à ça.
_________________
Sans la liberté de blâmer, il n'est pas d'éloge flatteur (Beaumarchais)
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mr. Jack
Disciple de Kant
Disciple de Kant


Inscrit le: 18 Avr 2004
Messages: 6698
Localisation: Living in Oblivion

 Message Posté le: Sam 27 Mar 2010 - 20:36    Sujet du message:
Répondre en citant

Je te contredirais pas sur ce point, à mesure que les mois passent et que je relis mes précédents épisodes, c'est en effet un style qui est plein de lourdeurs, qui essaie d'être littéraire sans parvenir à l'être réellement.

Après ça prouve que l'exercice marche: aujourd'hui, je suis assez satisfait en lisant certaines de mes scènes que j'essaie d'écrire de mon mieux (des derniers épisodes de l'opération Sombres Soleils), mais je sais pertinemment que dans quelques mois, je trouverais ça pompeux et indigeste au plus haut point...Tout comme à l'époque, j'étais sans doute satisfait d'avoir écrit cette scène alors qu'aujourd'hui, ça me repousse Laughing

Pour l'instant il est clair que mon problème vient surtout de la forme. Encore que le problème me parait relativement distinct de la forme qu'emploie la série, essentiellement au niveau des dialogues. Je reste très rebuté par cette forme simpliste et totalement irréaliste de faire parler les personnages comme la série le fait. Et quand je regarde d'autres séries (revisionnage de The Shield récemment, et beaucoup de show FX/HBO), je peux m'empêcher de sentir une grande influence parce que chaque personnage a sa manière propre de parler avec ses métaphores et sa manière de raconter, d'argumenter, sa manière de réfléchir, sa gestuelle, etc...ce qui dans 24, a toujours été très pale.

En fait, 24 est une série inanimée, et on a l'impression que ses personnages ne vivent pas d'eux-mêmes dès lors qu'ils ne sont pas dans le cadre, contrairement à une série comme Lost, qui pourtant fait aussi dans le grand public.

Enfin pour en revenir à la qualité de l'écrit, essaie de lire quelques passages de la 4ème saison, opération Sombres Soleils à l'occasion. Notamment les derniers épisodes (je publierais prochainement le 13ème), dont on sent clairement l'amélioration sur tous les plans avec l'opération Eclipse, bien que le début de saison a aussi sa part de lourdeurs.

Mais c'est un éternel recommencement. Je me souviens d'avoir beaucoup apprécié la scène d'introduction de Sombres Soleils, écrite il y a presque 2 ans. Aujourd'hui, je suis nettement plus exigeant, et je trouve de plus en plus de lourdeurs...Ce qui à long terme, peut-être un problème si je souhaite publier un roman, puisque je saurais toujours qu'un jour ou l'autre, avec le recul, je serais insatisfait de ce que j'écris au moment présent. Donc comment contourner (ou concilier) cette exigence avec cette intransigeance, c'est toute la question.

Mais merci d'avoir fait part de ton avis en tout cas.
_________________
Fan-fiction Operation Crepuscule:Terminée.
Fan-fiction Operation Aurore Boréale:Terminée.
Fan-fiction Opération Eclipse : Terminée.
Fan-fiction Opération Sombres Soleils: Terminée.
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
cécilia dalmeda
CTU Rookie
CTU Rookie


Inscrit le: 10 Juin 2007
Messages: 2

 Message Posté le: Mar 27 Avr 2010 - 11:55    Sujet du message:
Répondre en citant

super j'ai hate de lire la suite
_________________
cecila
 Revenir en haut »
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
:: 24-fr :: Forum 24 heures chrono Index du Forum » Fan-fictions 24-fr » Fan-fiction de Mr. Jack S3: Opération Eclipse
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 13, 14, 15
Page 15 sur 15

 


- Ce site n'est en aucun cas un site officiel de la série "24" - "24" TM and © Fox and its related companies. All rights reserved - CNIL 1025857 -

Powered by phpBB © 2005 phpBB Group - Traduction par : phpBB-fr.com - Sonnerie 24 - BSG Encyclopédie - SeriesNews